Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

1er juillet 2011 : Commémoration du 49ème anniversaire de l’Indépendance du Burundi

Publié lundi 4 juillet 2011
parChristine Nahimana
:

A l’occasion de la commémoration du 49ème anniversaire de l’indépendance du Burundi célébrée le 1er juillet 2011 chaque année, la Première Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Karerwa Mo-Mamo a célébré cette journée au chef-lieu de la province de Ngozi.

Cette fête a été célébrée au niveau national sous le thème de « Dutsimbataze umutekano no gusubiza hamwe mu kwijukira ibikorwa, niyo nkingi irashe yo gukomeza intahe y’ukwikukira » que l’on peut traduire littéralement (Consolidons la sécurité et la réconciliation en redoublant d’ardeur pour le travail, c’est la pierre angulaire pour le renforcement de l’indépendance).

C’est dans une ambiance de fête que les cérémonies de la journée se sont déroulées. En effet, une grande mobilisation a dû avoir lieu dans toute la province et particulièrement au chef-lieu de la province. Dans chaque conversation, tout le monde revenait sur la marée humaine qui était présente sur le stade de Muremera pour participer à un long défilé qui a duré plus de deux heures. Beaucoup d’individus n’hésitaient pas d’affirmer que c’était une des rares occasions où la population rurale avait participé massivement à la commémoration de la fête d’indépendance.

C’est un long défilé qui a ouvert les cérémonies au stade de Muremera où des populations civiles et les fonctionnaires, élèves et étudiants scandaient des slogans pour rendre hommage au héros et père de l’Indépendance, le Prince Louis Rwagasore. Ce défilé a été clôturé par celui des militaires et policiers.

Dans le discours de circonstance prononcé par l’Honorable Première Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale, Mme Karerwa Mo-Mamo, celle-ci est revenue sur la succession des événements qui ont abouti à la perte de la souveraineté du royaume du Burundi en 1903. A partir de cette année, le Burundi a été sous la domination allemande jusqu’en 1916, date à laquelle les Belges ont pris la relève et ont dirigé l’Urundi jusqu’à la date de la proclamation de l’indépendance le 1er juillet 1962.

Néanmoins, l’assassinat du Prince Louis Rwagasore laissa une grande fracture au sein des jeunes Institutions et les divisions sur base ethnique et régionale et ont trouvé une place au sein des dirigeants de l’époque.

Ce n’est qu’en 1992 que le peuple burundais a encore eu l’occasion de manifester sa souveraineté, a poursuivi dans son allocution la Première Vice-Président de l’Assemblée Nationale, en votant une nouvelle Constitution qui était le prélude des élections consacrant la mise en place des institutions démocratiquement élues. Là aussi, le premier Président démocratiquement élu en 1993, S.E.M.Melchior Ndadaye, est assassiné le 21octobre de la même année et la culture démocratique a peiné à s’enraciner car une guerre fratricide a très vite éclaté.

Néanmoins, avec l’appui des pays partenaires du Burundi et des Nations Unies, des Accords de paix et de Réconciliation inter-burundais ont été signés à Arusha et ceux-ci ont prévu dans leurs articles la mise en place d’une nouvelle Constitution et des Institutions démocratiques, de la mise en place des corps de défense et de sécurité, du corps judiciaire et une administration sans discrimination aucune.

Madame la 1ère Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale, Honorable Mo-Mamo Karerwa, a signalé que le pas déjà franchi dans la consolidation de l’indépendance est satisfaisant en ce qui est du respect de la souveraineté du peuple. Des institutions démocratiquement élues terminent leurs mandants et se succèdent comme le prévoit la constitution.

S’exprimant au nom des parlementaires, l’Honorable Karerwa Mo-Mamo a dit que les députés aussi bien que les sénateurs sont satisfaits du pas déjà franchi quant à l’implication du peuple dans les différents cadres de dialogue inclusifs inter burundais. Le Président de la République a promis de continuer à accorder la parole à la population provenant de diverses sensibilités politiques, de la société civile, de différences croyances religieuses, etc.

Le parlement aussi est d’accord avec l’appel lancé par le Président de la République aux hommes politiques qui vivent à l’étranger de rentrer au pays pour participer à la construction du pays et de préparer les élections de 2015.

Les hautes autorités sont satisfaites de la situation sécuritaire de ce pays. Cela est le fruit de la bonne collaboration entre la population, les corps de défense et de sécurité, l’administration et la justice. Ce travail en synergie a permis aux Burundais d’acquérir leur indépendance.

Avant de clôturer son discours, elle a réitéré ses remerciements à ceux qui participent aux travaux communautaires de développement. Ce sont ces travaux qui permettront la concrétisation de la Vision 2025. En effet, certains pays comme la Chine et la Corée ont trouvé leurs places dans la cour des grands de ce monde en ce qui concerne le développement. Cependant, cette étape ne sera pas atteinte qu’avec le renforcement de la bonne gouvernance.

Madame la 1ère Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale, Honorable Mo-Mamo Karerwa, a invité la population à travailler beaucoup dans le souci d’augmenter la production afin de faire face à la hausse des prix et à l’inflation.

Avec l’appui des partenaires du Burundi, d’autres problèmes sont en cours d’étude au niveau du Gouvernement. C’est entre autres le problème de chômage, les problèmes liés à la politique salariale au Burundi, la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation et de la justice transitionnelle, etc.

Le Gouverneur de la province de Ngozi, l’Honorable Claude NAHAYO, est revenu sur la succession des événements passant par la perte de la souveraineté du peuple burundais jusqu’à la reconnaissance de la souveraineté le 1er juillet en 1962.

Le Gouverneur a demandé à la population de ne pas donner la place à quelque comportement qui pousserait le pays à faire une marche en arrière, de ne pas être esclave de la paresse, rendre service à qui de droit, d’accroître le niveau de participation aux travaux communautaires de développement etc.

En plus du Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Mo-Mamo, qui était l’émissaire du Gouvernement dans la province, il y avait aussi dans ces festivités le Gouverneur de la province du Sud du Rwanda, M Alphonse Munyantwari. Celui-ci était à la tête d’une délégation composée de commandants des forces armées et de la police de la province du Sud et du représentant des opérateurs économiques de la province du sud du Rwanda.

Egide Kwizera

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |