Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

ADOPTION DU PROJET DE LOI PORTANT RATIFICATION PAR LA REPUBLIQUE DU BURUNDI DE LA CONSTITUTION DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L’AVIATION CIVILE (CAFAC)

Publié vendredi 15 juin 2012
parChristine Nahimana
:

La séance plénière de ce jeudi 14 juin 2012 a adopté à l’unanimité (85 voix dont trois procurations) ledit projet de loi.
Dans l’exposé des motifs en rapport avec la nouvelle constitution de la CAFAC, le ministre du Transport, des travaux Publics et de l’Equipement a indiqué que la CAFAC a été créée par la Conférence constitutive convoquée par l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA, l’actuelle Union Africaine) à Addis Abeba en 1969.
C’est dans l’objectif de « statut d’agence d’exécution de la Décision de Yamoussoukro » que la Constitution de la CAFAC a été amendée, a dit l’honorable Moïse Bucumi avant d’expliquer que cette décision du 14 novembre 1999 qui est relative à la mise en œuvre de la Déclaration de Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) sur la libéralisation aux marchés du transport aérien en Afrique a été entérinée le 12 juillet 2000 à Lomé au Togo par la Conférence des Chefs d’Etats et de gouvernement de l’OUA.
Les honorables députés ont voulu savoir comment la CAFAC pourrait promouvoir le développement de l’aviation civile au Burundi et de la compagnie aérienne nationale Air Burundi en particulier. Le représentant du Gouvernement a rassuré. Les avantages attendus sont multiples à plus d’un titre.
Il a cité le cas de l’Autorité de l’Aviation Civile du Burundi (AACB) qui, en appliquant la décision de Yamoussoukro, verra sa santé financière nettement améliorée. Pour la compagnie aérienne Air Burundi, elle a besoin d’un portefeuille de droits de trafic pour lui permettre la mise en place d’un réseau d’exploitation plus étendu et flexible. Pour les consommateurs des services aériens, les usagers auront un choix entre plusieurs compagnies, ce qui présage des diminutions dans le coût du transport aérien en faveur des consommateurs, en plus de la flexibilité de choix des itinéraires. Quant au Gouvernement, il bénéficiera de la réduction des coûts de voyage pour les titres de transport aérien qu’il achète. Il percevra en outre des taxes dans le secteur de l’hôtellerie grâce au volume des touristes qui viendront visiter le pays suite à cette libéralisation du transport aérien.
Vous saurez que le Burundi s’apprête à recevoir ce 28 courant un don d’un avion de la part de la Chine. Un autre avion qui sera prêté à crédit est attendu en octobre prochain.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |