Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

ANALYSE ET ADOPTION DU PROJET DE LOI PORTANT FIXATION DU BUDGET GENERAL DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI POUR L’EXERCICE 2011.

Publié mercredi 29 décembre 2010
parChristine Nahimana
:

Le projet de loi portant fixation du Budget Général de la République du Burundi a été analysé puis adopté à l’unanimité par l’Assemblée Nationale au cours de la séance plénière de ce 29 décembre 2010. Les charges des dépenses du Budget Général de l’Etat pour la Gestion 2011 sont évaluées à 1. 026. 173. 387 752Fbu. Le déficit global du budget général de 2011 est de 98,813 milliards de Fbu.

La Ministre des Finances, Madame Clotilde NIZIGAMA

Pour l’année 2011, a dit Mme la Ministre des Finances au cours de l’exposé des motifs de ce projet de loi, la croissance du Produit Intérieur Brut est estimée à 4,5% contre 3,9 % en 2010. La crise économique internationale a eu des effets négatifs sur les appuis budgétaires pour l’année2011.

Les secteurs ayant bénéficié d’augmentation des crédits budgétaires sont des secteurs sociaux et ceux qui permettent l’augmentation du Produit Intérieur Brut : Il s’agit de l’agriculture et de l’élevage, la santé publique, l’enseignement primaire et secondaire, l’enseignement des métiers, la formation professionnelle et l’alphabétisation, le secteur de l’eau et de l’énergie, le secteur de l’environnement, l’aménagement du territoire, l’urbanisme et les infrastructures.

Pour le secteur de l’agriculture et de l’élevage, le crédit accordé est réparti comme suit :

- la réhabilitation du secteur élevage avec 10,360 milliards de Fbu, la multiplication et distribution du matériel végétal sain du manioc, banane, maïs, pomme de terre, riz et palmier à huile : 9,723milliards de Fbu ;
- l’achat d’intrants agricoles : 9,6 milliards de Fbu
- la recherche : 1,642milliards de Fbu ;
- l’irrigation de grands périmètres régionaux (Kajondi,Nkokoma et Mugerero) : 1,403 milliards de Fbu ;
- l’aménagement Hydro-agricole de Gihanga III : 1,4milliards de FBu
- les études d’irrigation dans le Bugesera et le Mosso : 800millions de Fbu ;

L’aménagement des terrasses radicales : 500 millions de Fbu ;
- Le secteur de la Santé Publique et la Lutte contre le Sida a eu un crédit d’investissement de 19,003milliards de Fbu dont les grandes priorités retenues sont l’étude et la construction de l’Hôpital de Karusi : 14 milliards de Fbu ;
- La réhabilitation, la construction et l’équipement des centres de santé avec un crédit de 3,174 milliards de Fbu ;
- La poursuite de la construction des hôpitaux de Rutana et de Nyabikere, avec un crédit de 700 millions de Fbu ;
- la construction et l’équipement de l’Ecole Paramédicale de Cankuzo (complément) avec un crédit de 400 millions de Fbu ;

Dans le domaine de l’enseignement, le gouvernement y a affecté un crédit de 6,914milliards de Fbu. Néanmoins, la construction des écoles a été décentralisée et confiée au FONIC pour un montant de 4,5milliards et le Fonds Commun de l’Education intervient dans ce secteur pour un montant de 16,478 milliards de Fbu au cours de l’exercice 2011 dont 9 milliards affectés à la construction des écoles.

Le secteur énergétique est aussi l’une des priorités du Gouvernement.

Ainsi,
- la construction de la centrale hydroélectrique a eu 5milliards de Fbu ;
- la construction et la réhabilitation des microcentrales hydroélectriques avec un crédit de 3,173milliardsde Fbu ;
- électrification par l’énergie solaire photovoltaïque de la ville de Bujumbura avec un crédit de 1,2milliards de Fbu ;
- électrification par le système solaire photovoltaïque des centres de santé et collèges communaux pour 600millions de Fbu.
- des adductions d’eau potables ont été prévues les adductions d’eau à Carama, l’extension des adductions d’eau à Muramvya et Maramvya, l’adduction d’eau potable dans les nouveaux quartiers dont Gasekebuye, Rweza et Carama.

Le domaine de protection de l’environnement a été aussi pris en compte dans le Budget 2011, notamment dans la protection et aménagement des ravins de Vugizo avec un crédit de 1 milliard, le ravin de Nyabagere avec un crédit de 1,3milliards, le programme de reboisement avec un crédit de 2milliards et aménagement préliminaire du site ou sera érigé le Palais présidentiel avec un crédit de 2milliards.

Dans le domaine des infrastructures, la route Kayenzi-Buhinyuza-Nyabikere-Shombo sera réhabilitée avec un crédit de 656 millions de francs burundais, il y aura également une étude de la construction d’un stade moderne qui coûtera 500 millions de Fbu et la construction d’un building qui abritera le ministère des Finances avec un crédit de 1,082 milliards de Fbu.

Des questions ont été posées notamment en rapport avec les recettes qui ont été sous estimées alors que l’OBR a fait augmenter les recettes aux cours de ces quelques mois où il est devenu opérationnel, la nécessité d’analyse du budget au début de la session d’octobre, la réhabilitation de la Route Makebuko-Ruyigi tant promise mais qui n’est pas mise en exécution …

Les Honorables ont aussi exprimé leur satisfaction quant à l’octroi de crédits élevés au secteur productifs prometteurs de croissance du PIB notamment le secteur de l’agriculture et de l’élevage qui occupe presque 90 % de la population burundaise, le secteur de l’energie,...

En répondant à tous ces questions, la Ministre des Finances a d’abord expliqué le cadre dans lequel ce projet de loi des Finances a été élaboré. Il a d’abord fait savoir que les ressources de l’Etat sont limitées et faibles au regard des urgences à exécuter. Les membres du Gouvernement établissent alors des priorités qui sont élaborées dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et de promouvoir le développement comme c’est bien mentionné dans le Cadre Stratégique de croissance et de Lutte Contre la Pauvreté. Il est donc impossible de répondre favorablement à toutes les priorités car elles ne peuvent pas être exécutées au même moment. De plus, les priorités concernent les programmes porteurs de croissance économique. Il a aussi rappelé que le Budget est en partie financé de l’extérieur et qu’il impossible de dépasser les 11% du Produits Intérieur Brut qui constituent la marge de dépassement acceptable par les partenaires.

Concernant les recettes intérieures qui ont été sous évaluées selon certains Députés, la Ministre des Finances a dit qu’il est prudent de ne pas prévoir des recettes élevées avant d’avoir observé la tendance du montant des recettes après quelques mois.

Quant à la question du retard mis chaque fois dans l’analyse du budget, la Ministre Clotilde Nizigama a dit que les discussions budgétaires traînent car s’il est vrai que la lettre de cadrage est prête au mois de juin, la première rencontre avec les bailleurs se passe au mois d’octobre au cours des assemblées annuelles des Institutions de Bretton Woods et une délégation est envoyée pour voir si le Gouvernement a respecté les conventions signées entre eux et le pays . Le processus budgétaire continue mais le retard s’accumule du jour au lendemain jusqu’au mois de fin décembre.

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |