Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Adoption du projet de loi portant Règlement et compte rendu budgétaire pour l’exercice 2013 et le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de la Charte de la Renaissance culturelle africaine

Publié vendredi 19 décembre 2014
parChristine Nahimana
:

Jeudi 18 décembre 2014, deux membres du Gouvernement avaient à s’exprimer devant l’Assemblée Nationale pour faire valoir leurs réalisations respectives.

Le ministre Tabu Abdallah Manirakiza en charge des Finances a, dans sa présentation du projet de loi de Règlement et compte rendu budgétaire de la République du Burundi pour l’exercice 2013, réaffirmé que les exonérations ont largement dépassé les limites à échelle de 56.573.641.349 BIF alors que la loi indique que le seuil de 18.000.000.000 ne doit pas être franchi. Le Ministre des Finances s’est excusé du retard que ce projet de loi a fait avant d’être soumis au Parlement pour approbation.

Se référant à l’article 56 de la Loi n°1/35 du 04 décembre 2008 relative aux Finances Publiques, « le projet de Loi de règlement et de compte rendu budgétaire est soumis au Parlement dans les 8 mois de la clôture de l’exercice »

JPEG - 44.4 ko
Tabu Abdallah Manirakiza, Ministre en charge des Finances

Tout de même le ministre Tabu Abdallah Manirakiza a fait savoir que le budget révisé de l’exercice 2013 a été préparé dans un contexte économique caractérisé par le taux de croissance de 4.7% et le taux d’inflation de 7.8%. En tout, le budget général révisé de la République du Burundi pour l’exercice 2013 totalise un montant de 1.314.041.367.492FBu.

Les Honorables Députés ont adressé des questions au Ministre en question en insistant sur l’utilisation effective du budget. D’autres se demandent pourquoi au niveau du paiement des salaires, on constate un écart de 7.871.787.055FBu entre les prévisions et les réalisations.

Le Ministre des Finances et de la Planification du Développement Economique a expliqué qu’après vérification, le constat est que l’écart entre les prévisions et les réalisations est dû au non paiement des retenus sur salaires de tous les fonctionnaires de l’État, y compris les corps de défense et de sécurité des mois de novembre et décembre 2013.

Après analyse approfondie de ce projet de loi, les Députés l’ont adopté à plus de 95% moyennant justement les amendements proposés.

Le deuxième invité de l’Assemblée Nationale, le Ministre de la Culture, des Sports et de la Culture, a défendu le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de la Charte de la Renaissance Culturelle Africaine, adoptée à Khartoum.

Selon le ministre Adolphe Rukenkanya, le contenu de la Charte présente les objectifs et principes affirmant la dignité de l’homme et de la femme africains ainsi que le fondement populaire de leur culture.

Au niveau de l’esprit du contenu de la Charte, sa ratification par le Burundi représente un grand intérêt pour le développement et l’épanouissement du secteur culturel. La commission de l’Education, de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, de la Culture et de la Communication a recommandé au Gouvernement d’écrire l’histoire du tambour au Burundi maintenant qu’il fait partie du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

JPEG - 3.1 Mo
Adolphe Rukenkanya, Ministre de la Jeunesse, des Sportset de la Culture

A la demande aux Etats de veiller à assurer l’égal accès des femmes et des hommes à l’expression culturelle, les Honorables Députés s’inquiètent qu’il y aurait contradiction avec certains aspects de notre culture. Ici l’allusion est faite à l’INGOMA, la danse guerrière INTORE et les AMAZINA qui sont réservés aux hommes. Le ministre Adolphe Rukenkanya a fait savoir que la culture dans son essence, ne pourrait être discriminatoire. Mais également, l’affirmation de l’identité culturelle devrait respecter le droit à certaines pratiques coutumières. Et de demander aux femmes de patienter aux pratiques que la coutume reconnaît aux hommes tout en assurant l’assistance.

L’Assemblée Nationale a remercié le ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture pour avoir réussi à inscrire sur la liste représentative du patrimoine culturelle immatérielle de l’humanité, le tambour burundais qui, désormais, est reconnu mondialement. Les Honorables députés reconnaissent qu’en dépit du budget alloué à ce Ministère, les responsables de ce secteurs parviennent à se tirer d’affaire.

JPEG - 238.8 ko
Vue partielle des Honorables Députés en plénière

Ce projet de loi a été adopté à l’unanimité par 81 Députés présents à l’Hémicycle de Kigobe.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |