Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Analyse et Adoption du projet de loi portant Statut de l’Opposition politique au Burundi

Publié jeudi 11 octobre 2012
parChristine Nahimana
:

L’ Assemblée Nationale a adopté ce 10 octobre 2012 le projet de loi portant Statut de l’Opposition politique au Burundi. 102 sur 104 voix se sont exprimées POUR ce projet et deux ont été contre l’adoption de celui-ci.

JPEG - 32.5 ko
Le Ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana, à l’Assemblée Nationale

Le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma, a fait savoir que ce projet de loi a été sous analyse à l’Assemblée Nationale pendant plus d’une année. Un temps suffisant a été pris par cette Institution pour recueillir les points de vue des partis politiques non représentés à l’Assemblée Nationale lors de l’analyse de ce projet, en plus d’un atelier qui a été organisé à l’intention des responsables des partis politiques agréés au Burundi.

Le président de la Commission parlementaire chargée des Affaires politiques, Administratives, des Relations extérieures et de la Communauté Est-Africaine, Honorable Aimé Nkurunziza, lors de la présentation du rapport d’analyse de la Commission, a lui aussi adressé des remerciements aux organisations de la société civile dont le Forum de Renforcement de la Société Civile, FORSC, PARCEM, Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités, et CENAP, Centre d’Alerte et de Prévention des Conflits, pour leurs apports dans l’analyse de ce projet de loi. L’organisation AWEPA des parlementaires Européens pour l’Afrique et la Commission Électorale Nationale Indépendante, CENI, ont été également saluées pour leur contribution dans l’élaboration de ce projet de loi.

Selon le Ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana, ce projet de loi vient mettre en place un cadre légal qui permet à la minorité politique de s’exprimer librement, de participer pleinement au débat sur les questions d’intérêt national. Ce projet de loi est intéressant dans la mesure où il vient élargir l’espace du débat politique et du dialogue à côté du Forum Permanent de dialogue entre les partis politiques, a fait savoir le ministre Edouard Nduwimana.

A la question en rapport avec certains leaders des partis politiques qui ne sont pas au pays, le Ministre de l’Intérieur a répondu que leurs partis politiques continuent de fonctionner comme à l’accoutumée. Tous les partis politiques sont libres d’organiser des réunions dans les limites fixées par la loi. Il a alors conseillé aux honorables députés de ne pas confondre tout un parti politique à une seule personne.

Quant au climat existant entre les partis politiques, le Ministre Edouard Nduwimana a affirmé que celui-ci est bon. En effet, il n’y a pas actuellement de contentieux entre les partis politiques, a-t-il signalé. Aussi dans les provinces, la cohabitation entre les partis politiques est bonne. Il a également réfuté certaines accusations portées à l’endroit des ligues des jeunes des partis politiques dont les membres sont accusés de faire des exercices paramilitaires. Le Ministre de l’Intérieur a qualifié ces accusations de langage politique. En effet, la loi ne permet à aucune formation politique d’autoriser à ses jeunes de suivre de tels exercices physiques. Ce parti risquerait d’être radié sur la liste des partis politiques agréés au Burundi.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |