Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Analyse et adoption du Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de Financement N°D154-BI entre la République du Burundi et l’Association Internationale de Développement, en faveur du Projet d’Appui aux Filets Sociaux (Merankabandi), signé à Bujumbura le 12 janvier 2017.

Publié jeudi 23 mars 2017
parChristine Nahimana
:

Mercredi 22 mars 2017, les Honorables Députés ont analysé et adopté à l’unanimité le Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de Financement N°D154-BI entre la République du Burundi et l’Association Internationale de Développement, en faveur du Projet d’Appui aux Filets Sociaux (Merankabandi), signé à Bujumbura le 12 janvier 2017.

JPEG - 99.8 ko
Vue d’ensemble du Bureau de l’Assemblée Nationale

Le Burundi a réalisé des progrès significatifs dans le développement d’une approche plus complète de Protection Sociale, a confié, dans son exposé des motifs, le Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre. Monsieur Martin NIVYABANDI a expliqué que cette avancée a été matérialisée notamment par l’adoption en 2011 de la Politique Nationale de Protection Sociale et de la mise en place d’un cadre institutionnel intersectoriel de mise en œuvre (la Commission nationale de protection sociale) ainsi que l’adoption, en 2015, d’une Stratégie nationale de mise en œuvre. A ce titre, s’est-il réjoui, le Gouvernement vient de bénéficier de la Banque Mondiale un financement de 40 millions de dollars pour soutenir le Gouvernement à travers le Projet d’appui aux Filets Sociaux (Merankabandi).

Qu’est-ce qu’on entend par filets sociaux ? a interrogé la Commission de la Défense et de la Sécurité qui a été saisie au fond.

JPEG - 62.8 ko
Le Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre répondant aux questions des Honorables Députés

Pour l’Envoyé du Gouvernement, les « Filets Sociaux » sont des allocations en espèces et en nature qui sont transférées aux personnes pauvres et vulnérables. Ils ont un impact immédiat sur le plan de la lutte contre la pauvreté et du partage de la prospérité, en donnant des ressources aux membres les plus pauvres et les plus vulnérables de la société. Ils facilitent l’accès aux services de santé et d’éducation, aident les ménages à mieux gérer les risques, et encouragent les plus pauvres à se sentir suffisamment en confiance pour prendre les risques qui pourraient leur permettre d’accéder à des revenus plus élevés. Plusieurs termes sont utilisés : « Transferts sociaux », « assistance sociale », « filets sociaux de sécurité ».

Tout en appréciant l’acronyme du projet en langue nationale, les Honorables Députés ont quand même émis des inquiétudes étant donné que le montant de 20.000 Fbu par mois durant une période de 30 mois qui sera octroyé à 48.000 ménages bénéficiaires du projet risque d’être source de conflit, surtout que ce budget sera géré par les femmes alors que dans le Burundi profond les maris sont réputés autoritaires.

JPEG - 116.4 ko
Les Honorables Députés votant à main levée

Le Ministre Martin NIVYABANDI a expliqué que les femmes, par le biais des associations, ont déjà prouvé leurs capacités en matière de gestion. D’un autre côté, l’expérience a montré que ce sont les plus démunis qui économisent mieux, les femmes étant classées dans cette catégorie. Ce sont aussi les femmes qui sont chargées de la mise en œuvre des pratiques familiales essentielles. Il a aussi énuméré les mesures préconisées pour éviter les conflits. Ce sont entre autres :
-  La stratégie de communication qui prévoira des actions de communication à tous les niveaux avant la mise en œuvre du projet ;
-  Le premier module des mesures d’accompagnement qui portera sur l’explication de tous les aspects du projet ;
-  Le système de gestion de plaintes qui sera mis en place pour recueillir et traiter ces plaintes éventuelles ;
-  Le système de Suivi-Evaluation qui permettra d’évaluer cet aspect et de faire des ajustements nécessaires au besoin.

Par ailleurs, le Membre du Gouvernement a rassuré les Représentants du peuple qui craignent que le Projet ne soit pas exploité pour des fins propagandistes. Pour lui, les bénéficiaires du Projet sont tellement démunis qu’ils ne se soucient pas de la politique.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |