Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Analyse et adoption du Projet de loi portant Fixation du Budget Général Révisé de la République du Burundi pour l’exercice 2013

Publié vendredi 26 juillet 2013
parChristine Nahimana
:

L’Assemblée Nationale a analysé et adopté à l’unanimité (102 voix sur 102 dont 14 procurations) le Projet de la Loi des Finances révisé pour l’exercice 2013 au cours de la séance plénière du 25 juillet 2013.

Le souci de corriger les prévisions initiales a été à l’origine de cette révision, comme l’a souligné, dans son exposé des motifs, le ministre des Finances et de la Planification du Développement Economique qui a cité certaines imperfections. C’est notamment la surestimation des recettes lors de la Loi des Finances 2013 initiale, la mise en œuvre de la loi portant sur impôt sur les revenus qui a provoqué des réductions substantielles des recettes, le ralentissement de l’activité économique accélérée par l’incendie du marché central de Bujumbura et le crédit d’impôts et impôts forfaitaires expliquent la baisse sensible des ressources de l’Etat autour de 92 milliards à la fin du mois de décembre 2013 et 49 milliards de perte déjà enregistré à la fin du mois de mai 2013, a renchéri l’honorable Tabu Abdallah Manirakiza.

Les honorables députés ont voulu savoir l’état des lieux de la politique du charroi zéro. Le Représentant du Gouvernement a précisé qu’à fin juin un montant de 985.000.000 FBu était déjà déposé au compte général du trésor. Il a rappelé que les acquéreurs des véhicules de l’Etat paient petit à petit et ce, jusqu’au 30 juin 2015. Mais ceux qui le peuvent paient au comptant, a-t-il nuancé.

JPEG - 371.2 ko
Les Honorables Députés en plein vote

Les représentants du peuple ont plaidé pour la cause de la compagnie Air Burundi qui a bénéficié d’un jet mais qui n’a jamais décollé depuis une année faute de moyens financiers. Pourquoi les 5.000.000 de dollars américains dont la compagnie a besoin n’apparaissent pas dans le budget, se sont-ils interrogés.

Le ministre ayant les finances dans ses attributions a révélé la prudence dont use le Gouvernement dans la gestion de ce problème. D’aucuns crieraient aux malversations économiques si le Gouvernement apportait un appui financier à une entreprise lucrative à l’instar de Air Burundi. L’honorable Tabu Abdallah Manirakiza a tranquillisé. Il existe deux autres voies de sortie pour lesquelles les processus de négociations sont déjà arrivées à une étape avancée, a-t-il rassuré.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |