Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Analyse et adoption du projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de la Constitution et de la Convention de l’Union Africaine des Télécommunications

Publié jeudi 8 novembre 2012
parClarisse Biraronderwa
:

Dans la séance plénière du 08 novembre 2012, les Honorables députés ont voté à l’unanimité le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de la Constitution et de la Convention de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). La Ministre ayant les télécommunications dans ses attributions, Madame Concilie Nibigira, avait représenté le Gouvernement pour apporter des éclaircissements qui allaient contribuer dans l’étude approfondie de ce projet de loi.

Comme l’a fait savoir la ministre Concilie Nibigira dans son exposé des motifs, l’Union Africaine des Télécommunications (UAT) est une Institution spécialisée de l’Union Africaine, chevronnée dans le domaine des télécommunications. Elle a été créée le 07 décembre 1977 puis restructurée le 06 et 07 décembre 1999. Cette institution est composée des Etats africains membres de l’Union Africaine qui ont signé et ratifié la Constitution et la Convention de l’UAT en tant que membres, et des entités opérant ou ayant un intérêt dans le secteur de l’info-communication reconnues ou non dans un Etat membre de l’UAT et acceptée en tant que membres associés.

Certaines des missions de l’UAT sont entre autres :

- Le développement rapide des info-communications en Afrique en vue de réaliser l’accès et le service universel ainsi qu’une connexion totale entre les pays de la manière la plus effective et efficace ;

- L’intégration des opérateurs du secteur privé dans le processus du développement des télécommunications en Afrique ;

- Promouvoir le développement des ressources humaines dans le domaine de l’info-communication, etc.

La Ministre en charge des Télécommunications a expliqué que la restructuration de l’UAT a été faite par la mise en place des instruments légaux de cette Union, qui sont la Constitution et la Convention de l’UAT. En ratifiant la Constitution et la Convention de l’UAT, le Burundi y gagne car, en plus d’honorer ses engagements en faveur de l’intégration africaine, il va acquérir le droit de vote et de se faire élire. De plus, il va jouir pleinement des droits que lui confère la ratification et va assurer sa visibilité sur la scène africaine.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |