Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Analyse et adoption du projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’ Accord de Prêt entre la République du Burundi et la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), en faveur du Projet de Réhabilitation et de Renforcement des Infrastructures de l’Elevage, signé à Gitega, le 29 septembre 2013

Publié vendredi 6 décembre 2013
parChristine Nahimana
:

L’Assemblée Nationale a voté à l’unanimité dans la séance plénière du jeudi 5 décembre 2013, le projet de loi portant ratification de l’accord de prêt de 10 millions de dollars américains par la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique en faveur du Projet de Réhabilitation et de Renforcement des infrastructures d’élevage.

Remboursable sur une durée de 20 ans précédée d’une période de grâce de 10 ans avec un taux d’intérêt annuel de 1%, ce prêt aidera le projet à se situer dans l’axe de la stratégie et des orientations du CSLP II pour une croissance équitable et durable, comme l’a indiqué, dans son exposé des motifs, la ministre de l’Agriculture et l’Elevage.

La ministre Odette Kayitesi a ajouté que le projet contribuera à la croissance économique et à la création d’emplois au profit des populations rurales pauvres.

JPEG - 39.2 ko
La ministre de l’Agriculture et Elevage, madame Odette Kayitesi

Elle a aussi mentionné que l’objectif du projet est d’accroître la production et la productivité du cheptel en quantité et en qualité ainsi que l’amélioration de la santé animale et la modernisation des circuits de commercialisation par la mise en place des infrastructures d’élevage. Il va ensuite appuyer le développement des institutions intervenant dans le secteur de l’élevage et à la préservation de l’environnement.

JPEG - 60.9 ko
Vue partielle des Honorables Députés en plein vote

Les honorables députés ont jugé paradoxal le fait que le Gouvernement envisage la promotion de la production et de la productivité du cheptel alors que les investigations menées par la Chambre basse ont prouvé que le programme du repeuplement du cheptel accuse des lacunes énormes.

Selon l’envoyée du Gouvernement, les infrastructures d’élevage qui sont prévus dans ce projet de loi viennent justement appuyer l’effort de repeuplement. Et de préciser qu’il aurait fallu que certaines d’entre elles puissent précéder le repeuplement comme les postes de quarantaine, les centres vétérinaires pour assurer une bonne santé aux animaux.

Pour les représentants du peuple, les résidus issus du seul abattoir du pays ou des aires d’abattage ne sont pas traités convenablement et contribuent par ce fait même à la pollution de l’environnement, ce qui les a poussés à formuler ces recommandations à l’endroit du Gouvernement :

1. Dans l’optique de la conservation de l’environnement, les honorables députés proposent que les études techniques réservent une attention particulière aux équipements de traitement adéquat des déchets résiduels solides et effluents émanant des activités d’abattage ;

2. La construction des trois abattoirs (modernes prévus dans le projet à Bujumbura, Muyinga et Rumonge) va intervenir au moment où l’unique abattoir moderne dont dispose le pays a été vendu aux privés. Dans le souci de la promotion du partenariat public-privé, l’Assemblée Nationale propose de privatiser la gestion de ces abattoirs au lieu de les vendre.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |