Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Atelier de consultations des femmes parlementaires avec les élus locaux de Bubanza

Publié jeudi 14 novembre 2013
parChristine Nahimana
:

Dans la série de la campagne de sensibilisation organisée par les femmes parlementaires à l’attention des élus locaux dans le cadre du projet « Egalité de genres dans la mise en place des institutions démocratiques au Burundi », projet élaboré conjointement par le Parlement du Burundi et l’organisation internationale FAS (Femmes Africa Solidarité) avec l’appui financier du PNUD, mercredi 13 novembre 2013, c’était le tour de la province de Bubanza. Comme à Kayanza, c’est le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, Honorable Mo-Mamo Karerwa, qui a ouvert cet atelier auquel le gouverneur de la province de Bubanza, Anselme Nyandwi, a pris part.

JPEG - 42.5 ko
Le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Mo-Mamo Karerwa prononçant le discours d’ouverture. A sa droite, le Gouverneur de la province Bubanza, Anselme Nyandwi et à sa gauche, Mme Anne-Spès Nishimwe, représentante de la FAS

Les femmes ne se sous-estiment pas entre elles comme on a tendance à le faire croiret à tort, a d’emblée réagi la présidente de l’AFEPABU aux interventions de élus locaux de Bubanza. L’Honorable Gloriose Berahino a pris comme témoignage le cas des femmes qui « obligent » une autre femme compétente à se faire élire malgré elle. D’après elle, ce manque d’estime de soi est consécutif aux mœurs. La femme burundaise restait cachée dans la maison à s’occuper des travaux ménagers.

Les conseillers communaux des 5 communes que compte la province de Bubanza ont douté de cette campagne de sensibilisation. Ils se sont demandés pourquoi cette campagne se déroule au Burundi ou s’il ne s’agissait pas d’une façon d’expérimenter ce projet dans les pays en voie de développer quitte à l’appliquer en fin de compte dans les pays développés.

La présidente de l’AFEPABU a rétorqué que c’est un combat mondial puisque même l’Union Interparlementaire dispose en son sein une unité Genre. Avec un ouvrage illustrant la situation actuelle dans le monde, l’Honorable Gloriose Berahino a montré que le Canada , comparativement à l’Australie, vient en tête en matière du respect du genre. Sur le même continent américain, elle a aussi relevé le Panama et le Chili. En Afrique, très peu de pays de l’Afrique Centrale dont le Rwanda et le Burundi sont ciblés. En Europe, la France vient au sommet avec l’arrivée au pouvoir du Président François Hollande qui a mis en action la promesse de la parité.

Les participants à cet atelier ont insisté sur la participation de la femme au niveau des collines et des quartiers. Pour ceux qui jugeaient que cette entité au bas de l’échelle était négligée par les femmes, il leur a été démontré que plusieurs facteurs expliquent cette situation. La loi est d’abord muette à ce sujet. Le vote se fait par tête alors que la femme n’a pas de moyens financiers pour mener sa propre campagne. Un autre signe qui ne trompe pas et qui a réjoui les participants a été l’engouement des femmes au niveau collinaire lors de la mise en place du Forum National des Femmes.

Les participants à cette rencontre ont alors recommandé d’amender la Constitution pour que les élections au niveau des collines ou des quartiers s’organisent comme celles tenues au niveau des communes en tenant compte des formations politiques et des proportions réservées aux femmes.

JPEG - 62.5 ko
Photo de famille des participants

Les autres recommandations formulées à l’issue de cet atelier concernent entre autres la promulgation des lois en rapport avec le respect des proportions réservées aux femmes dans les postes techniques et en rapport avec le remplacement des femmes par les femmes dans l’optique de garder les proportions reconnues pour les femmes.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |