Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

CELEBRATION DE LA FETE INTERNATIONALE DU TRAVAIL ET DES TRAVAILLEURS A MURAMVYA.

Publié mercredi 5 mai 2010
parChristine Nahimana
:

Le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Pie NTAVYOHANYUMA, a rehaussé de sa présence les cérémonies de la fête du Travail et des Travailleurs du 1er mai 2010 au Chef lieu de la Province de MURAMVYA. Il était accompagné par des cadres de son cabinet. Ce sont d’ailleurs eux qui étaient à la pointe d’un long défilé qui a ouvert les festivités qui ont commencé vers la fin de la matinée.

Dans son mot de bienvenue aux illustres invités, l’Administrateur à l’intérim, Mme Violette NISUBIRE a demandé à ses hôtes de marque de se sentir à l’aise. Elle a profité aussi de l’occasion pour remercier le Bon Dieu pour la pluie qu’Il a laissé tomber alors que les gens commençaient à s’inquiéter quant à l’état des cultures qui manquaient de plus en plus des précipitations.

Avant de terminer, l’Administrateur à l’intérim n’a pas manqué de prodiguer des conseils à la population au moment où nous nous approchons inexorablement des échéances électorales. Elle leur a demandé de répondre massivement aux rassemblements publics pour écouter les programmes des partis politiques en compétition, mais aussi de continuer à vaquer à leurs activités quotidiennes pour développer le pays.

Le représentant de la confédération syndicale à MURAMVYA a aussi pris la parole où il a invité tous les employés de travailler d’arrache-pied pour augmenter la production. Quoi que, cette année de travail se soit bien déroulée et que certains problèmes ont trouvé des solutions, a-t-il continué, d’autres ont surgi. C’est ainsi qu’il a cité des cas où les employés (le personnel de santé et le personnel enseignant) ont dû user des moyens de pression comme l’arrêt du travail pour réclamer leurs droits et avantages de service. Il a aussi déploré d’une part le comportement de certains employeurs qui prennent pour de pires ennemis des employés qui réclament des avantages liés au salaire et autres … D’autre part, l’octroi des avantages excessifs à une catégorie de fonctionnaires du Gouvernement est mal perçu par l’ensemble des fonctionnaires de l’Etat. C’est ainsi qu’ils réclament l’octroi l’harmonisation des salaires des employés de l’Etat du Burundi. Dans ces conditions les plaintes et réclamations seraient minimisées.

Au moment où nous allons bientôt entrer dans la période électorale, le représentant de la confédération syndicale a demandé aux burundais de rester serein et de respecter le verdict des urnes. De plus, aux cours des rassemblements publics qui seront organisés, il a demandé aux leaders politiques burundais de tenir des discours constructifs.

Le Gouverneur de Muramvya a aussi prodigué des conseils à la population dans un court discours qu’il a tenu à leur endroit avant de passer la parole à l’orateur du jour.

Dans ses conseils, le Gouverneur de ladite province a d’abord félicité la population de MURAMVYA car leur province occupe la cinquième position dans le classement des 17 provinces en ce qui concerne l’exécution des travaux de développement. Il leur a demandé de toujours bien travailler afin que la province devienne la première au niveau national. Au moment où la population est sollicitée pour écouter les programmes des partis politiques en compétition, il leur a demandé de continuer aussi à vaquer à leurs activités comme d’habitude. Il leur a aussi demandé d’éviter des commérages, de parler quand il s’agit d’inculquer de la sagesse à ceux qui sont autour d’eux, d’enseigner les jeunes gens…

Le Gouverneur de MURAMVYA n’a pas manqué de primer ceux qui se sont donnés corps et âme dans la réalisation de leurs tâches respectives. C’est notamment l’Honorable Jérémie NGENDAKUMANA qui s’est beaucoup investi dans la construction du stade qui a abrité les cérémonies de la journée ; l’administrateur à l’intérim de la commune de MURAMVYA, Mme Violette NISUBIRE ; l’OPP II Evariste HABOGORIMANA et d’autres.

Le discours tant attendu était celui du Président de l’Assemblée Nationale qui était celui adressé à la Nation la veille par le Président de la République.

Dans les grandes lignes de ce discours, il a d’abord dit que le Burundi se joint aux autres Nations pour célébrer cette fête du Travail et des Travailleurs. Il a aussi rappelé l’historique de cette journée qui est célébrée tous les 1ers du mois de mai de chaque année. Il a alors souhaité bonne fête à tous les employés et employeurs. Il a souligné aussi qu’il faut en profiter pour faire une auto évaluation.

La fête de cette année est célébrée sous le thème « Twijukire ibikorwa, niyo nzira irashe idushikana ku gutsimbataza intahe y’ukwikukira n’iterambere nyakuri » en langue Nationale. Ce qui implique que l’amour du travail se traduit par l’amour de la patrie pour que celui-ci puisse assurer notre protection et survie comme cela se trouve dans l’hymne nationale. Le pays ayant recouvré la paix, celui-ci est dans la phase de reconstruction. Le Burundi, par le biais de ses dirigeants, remercie ceux qui ont contribué dans le rétablissement de la paix.

Vivre dans la paix et dans la tranquillité est d’autant plus intéressant que chaque personne aspire à la satisfaction des autres besoins comme le logement décent, les moyens de déplacement, etc. Il devient alors compréhensible qu’ici et là il y ait réclamation d’un bon salaire. Mais chacun il devrait se mettre à l’esprit que cela n’est possible qu’avec l’accroissement de la production. Il a alors profité de cette opportunité pour demander au Burundais de travailler beaucoup pour accroître le produit intérieur et ainsi être auto suffisant car jusqu’actuellement, plus de 50% du budget national vient des partenaires étrangers.

L’autre motivation à travailler beaucoup pour les Burundais est de pouvoir répondre aux besoins primaires pour que les prix baissent et ainsi éviter la dévaluation continue de la monnaie. En effet l’augmentation des salaires n’est pas une solution véritable. Les autorités habiletés ont déjà pris la bonne décision selon laquelle des mesures d’amélioration des conditions de vie des travailleurs seront mises en œuvres chaque fois que le produit intérieur brut ira croissant.

Actuellement la préoccupation des autorités est de voir comment mettre en œuvre l’harmonisation des salaires. Ceci demande une bonne interprétation de loi en vigueur au Burundi pour une éventuelle révision, et aussi analyser la situation des caisses de l’Etat parce que personne ne souhaite voir son revenu revu à la baisse.

La mise en œuvre de l’harmonisation des salaires n’est pas un travail que l’on peu terminer du jour au lendemain comme certain voudraient le faire croire.

S’agissant du droit de grève, les travailleurs burundais jouissent aussi de ce droit, mais, celui-ci devait être mis en œuvre après avoir fait cas d’où sortent le pays et le train de vie des autres catégories des travailleurs.

Le Président de l’Assemblée Nationale a fustigé le comportement de certains employés qui vont en grève tout en empiétant sur le droit des autres comme celui d’étudier, de se faire soigner, de droit à la sécurité, droit à la justice,…..

Il a demandé aux Burundais de ne pas rester vigilant car il y a des leaders politiques qui veulent semer le désordre en passant par le canal de réclamation des avantages des employés. Ce moment est déjà dépassé.

Ces élections vont constituer plutôt une unité de mesure de la crédibilité des Burundais aux yeux des bailleurs.

Le Burundi en perspective est un pays où règne l’amour du travail dans toute sa population, où le les employés et employeurs sont unis par un dialogue permanent qui met en avant l’intérêt supérieur du pays.

Le pays est développé en effet par des habitants guidés par un esprit de patriotisme mais aussi de discernement du bien et du mal. L’esprit de fainéantise sera combattu avec la dernière énergie.

Au cours de ce mouvement de grève suivi par une majorité des enseignants, ceux qui n’ont pas suivi le mouvement ont reçu des félicitations et ont été proposé pour servir de modèle à leurs collègues grévistes. Il a été rappelé pour la circonstance que les enseignants grévistes sont payés par leurs syndicats.

Avant de terminer le discours, il a remercié les pays partenaires qui ont répondu favorablement à l’appel lancé par le Burundi en mettant à la disposition du pays des moyens pour organisation des élections, mais aussi en envoyant des observateurs de ces élections. Celles –ci sont en effet la préoccupation de tout le monde, c’est pour cela que tout mouvement de grève est interdit.

Tout le monde est interpellé pour soutenir le corps de sécurité.

Dans son discours, il n’a pas manqué de rappeler que chaque travailleur doit rester à son poste d’attache. C’est pour cela que tout en participant aux rassemblements publics organisés par les leaders politiques, il faut chaque fois retourner au son service.

A la fin du discours, il a dit que le secteur de l’enseignement a toujours été au cœur des préoccupations des dirigeants de ce pays et cela depuis le début de la législature, soit en construisant des écoles, en décrétant la gratuité de l’enseignement primaire, mais aussi en leur fournissant quelques matériels scolaires.

Avec le mouvement de grève, en ce qui concerne la régularisation des arriérés sur leurs salaires, le Gouvernement a fait tout son possible, en consultation avec ses partenaires. Le gouvernement est prêt à payer les arriérés de l’an 2007. La première tranche sera sur les comptes du personnel enseignant avant la fin du mois de mai 2010. C’est ainsi qu’un appel a été lancé à l’endroit des enseignants qui ont arrêté le travail de reprendre le chemin du travail dès ce 03 mai 2010. Ceux qui ne seraient pas au travail ce 03mai2010, cette mesure sera appliquée à leur endroit.

Dans le souci du bon déroulement des élections, il a rappelé aux corps de sécurité de ne tolérer aucun mouvement de désordre et que tout mouvement de grève est interdit pendant cette période des élections. Ceux qui désirent des forces de sécurité étrangères manqueront dans ce cas des prétextes.

Les comités de sécurité devront être renforcés en cette période des élections.

En terminant son discours il a demandé à tous les burundais de répondre massivement aux élections en toute sécurité pour élire leurs prochains dirigeants et d’être prêt à accepter le verdict des urnes. Il a finalement souhaité aussi une bonne fête du Travail et des Travailleurs .

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |