Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Commémoration du 21ème anniversaire de la Charte de l’Unité Nationale

Publié lundi 6 février 2012
parWebmestre, David NZEYIMANA
:

A l’occasion du 21ème anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité Nationale, les membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ont effectué des déplacements à l’intérieur du pays pour participer aux cérémonies marquant cette journée. Le Président de l’Assemblée

Nationale, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma s’est joint à la population du chef-lieu dans la province de Cibitoke, le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Mo-Mamo Karerwa, était au chef-lieu de la province de Bujumbura, à Rushubi, tandis que le Deuxième Vice-Président, l’Honorable François Kabura, était au chef-lieu de la Province de Mwaro.

Dans toutes ces circonscriptions, les cérémonies commémoratives ont débuté par une messe célébrée de circonstance, respectivement à la Paroisse catholique de Cibitoke, à la Paroisse de Rushubi et à la Paroisse de Mwaro. Au cours de cette célébration eucharistique, les prédicteurs du jour ont intercédé auprès du Seigneur Dieu en faveur des Burundais pour que ceux-ci vivent au quotidien le véritable amour du prochain. De cet amour, le Burundi connaîtra l’Unité. Ils ont ainsi estimé que bien que la Charte de l’Unité Nationale ait été adoptée par les Burundais il y a déjà 21 ans, les prêcheurs de la Bonne Nouvelle regrettent qu’il se remarque encore des survivances de haine et des pratiques d’hypocrisie entre les Burundais. D’où il revient donc aux Burundais de consolider cette unité. Et de demander ainsi aux Burundais de ne pas vivre l’unité en parole uniquement mais de joindre l’acte à la parole.

A la fin de la messe, les cérémonies se sont poursuivies aux monuments de l’Unité où des foules avaient répondu nombreuses présentes pour célébrer la fête de l’Unité Nationale. Après quelques exhibitions des tambourinaires, les différentes autorités locales ont souhaité la bienvenue aux hôtes de marque et ont salué la volonté des hautes autorités de l’Assemblée Nationale à se joindre aux populations de leurs entités administratives dans la commémoration de cette grande journée dans la cohabitation pacifique entre les Burundais.

Dans le discours prononcé pour la circonstance, les autorités de l’Assemblée Nationale ont rappelé que cette fête de l’Unité Nationale rappelle aux Burundais l’adoption de la Charte de l’Unité nationale entre les différentes composantes de la nation burundaise. Elles ont rappelé que depuis l’indépendance, le Burundi a connu des troubles et guerres fratricides basées sur les ethnies et régions. C’est ainsi qu’en 1991, les Burundais ont pris conscience qu’ils ont un avenir commun en dehors de toutes considérations ethnique et régionale. Les Burundais se sont alors assis ensemble autour d’une table pour échanger sur tous les contours du problème de division ethnique et de sa manifestation dans la vie des Burundais. Comme l’unité des Burundais a été perturbé encore une fois après l’adoption de la Charte de l’Unité Nationale, les responsables politiques burundais se sont retrouvés ensemble et ont alors signé l’Accord de paix et de réconciliation inter-burundais du 28 août 2000. Dès la mise en application de cet accord, ont reconnu les membres du Bureau de l’Assemblée Nationale, de bons changements sont remarquables : la société burundaise est sur la bonne voie. Le Président de l’Assemblée Nationale, le Premier Vice-Président et le Deuxième Vice-Président ont alors tour à tour demandé à tout un chacun de travailler dans le sens de consolidation de l’unité nationale et de vivre comme de véritables frères et sœurs. Le vœu le plus cher aux Burundais est que la Charte de l’Unité nationale du 05 février 1991 soit le fondement de l’unité inter-burundaise.

La commémoration du 21ème anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité nationale est faite au moment où le pays va célébrer cette année 2012 le cinquantenaire de son indépendance, ainsi que la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation. Au cours de cette année, il va également être question d’auto-évaluation pour voir ce que les Burundais ont fait de l’héritage du héros de l’indépendance du Burundi, « Unité, Travail, Progrès », pilier de la paix, la démocratie et le développement. Le prince Louis Rwagasore avait remarqué très tôt que les divisions sur bases ethniques ou familiales retardent l’indépendance.

Bien que l’unité entre Burundais ait été perturbée par des crises répétitives, il y a des Burundais qui ont toujours protégé leurs compatriotes avec qui ils ne partagent pas l’appartenance ethnique ou politique. Aussi, les négociations qui se sont toujours passées entre les Burundais ont abouti à des accords de paix, ce qui a montré que les Burundais ont des intérêts communs à défendre. Les Honorables Pie Ntavyohanyuma, Karerwa Mo-Mamo et François Kabura ont mentionné que le Burundi a besoin d’une véritable unité qui se manifeste dans les actes, ces derniers se concrétisant par des efforts déployés pour développer l’ensemble du pays, le partage équitable des ressources nationales, le renforcement de la paix et la sécurité, garantir la liberté d’expression et d’opinions, le respect de la Constitution et le verdict des urnes. C’est cette démarche qui est suivie par l’Assemblée Nationale composée par des élus du peuple. C’est aussi la même démarche qui est également suivie par le Président de la République et chef du Gouvernement quand il est question de prendre des décisions importantes qui engagent la vie nationale.

Des exemples de ces décisions sont nombreux dans la vie quotidienne du pays. En guise d’illustration, l’autorité de l’Assemblée Nationale a évoqué des mesures déjà prises en rapport avec la gratuité de l’enseignement primaire, la gratuité des soins des enfants de moins de 5 ans, la gratuité des soins pour les accouchements maternels dans les établissements sanitaires publics. Tous ces grands programmes sont réalisés sans discrimination ethnique, régionale, religieuse ou autre, a-t-elle martelé.

Les trois personnalités ont enfin adressée une série de conseils aux populations pour qu’elles soutiennent les mesures allant dans le sens de la paix et de la sécurité, mais aussi de s’adonner aux travaux communautaires de développement parce que ceux-ci mettent en contact les personnes de différentes appartenances politiques, ethniques et les discriminations sont éliminées. Elles ont ainsi demandé aux dirigeants d’être à l’écoute des opinions des populations dirigées et ont souhaité qu’aucun Burundais ne soit victime d’une discrimination ou ne se tienne à l’écart dans sa patrie. Lorsque des litiges surgissent, ont-elle continué, la justice existe pour recevoir les justiciables.

En ce qui concerne les problèmes qui ont été suscités par les différentes crises qui ont endeuillées le Burundi depuis l’indépendance, la Commission Vérité et Réconciliation va être mise sur pied prochainement. Dans le souci de sauvegarder l’Unité, chaque Burundais doit travailler dans ce sens pour éviter toute marche en arrière.

Signalons que les trois personnalités de l’Assemblée Nationale étaient accompagnées dans ces cérémonies par les Honorables Députés et Sénateurs de ces circonscriptions, les ministres encadreurs de ces provinces, ainsi que les natifs œuvrant dans d’autres localités du pays.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |