Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Consultations des parlementaires sur le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP deuxième génération)

Publié jeudi 23 juin 2011
parTharza Manirakiza
:

Du au 22 au 23 juin 2011, il se tient à l’Hémicycle de Kigobe, un atelier de consultations avec le Parlement dans le cadre de l’élaboration du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP), deuxième génération.

Cet atelier a été organisé conjointement par le SP/REFES, le PNUD et la Banque Mondiale, en collaboration avec le Parlement du Burundi, à l’intention des Honorables députés et sénateurs. Les Parlementaires étant les seuls habilités à voter les lois et faire le suivi de l’action gouvernementale, ces consultations serviront à les informer sur le processus du CSLP II et à les inciter à apporter leur appui dans la mise en œuvre et le suivi-évaluation de ce processus.

Dans son discours, Madame Mercy Tembon, Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Burundi, a souligné que le CSLP II est un programme clé pour le développement économique et social du pays. Il se base sur une vision à long terme articulée sur des secteurs porteurs de croissance et il suit un processus consultatif et inclusif. Elle a rappelé que la mise en œuvre du CSLP I qui vient d’être clôturé a été couronnée de succès.

Compte tenu des différentes crises internationales, de l’intégration du Burundi dans la Communauté Est-Africaine et aussi de l’expérience de la mise en œuvre du CSLP I, le CSLP II vient à point nommé. Ces nouveaux contextes appellent une efficience et efficacité dans l’allocation et l’utilisation des ressources disponibles et la création des conditions appropriées pour une meilleure mise en œuvre du programme CSLPII.

Elle a fait savoir que la vision du Gouvernement pour le CSLP II, telle qu’exprimée à la réunion du Groupe Consultatif à Paris en octobre 2009, s’articule sur des thématiques comme la consolidation de la paix et la promotion de la croissance accélérée pour un développement durable. Elle a ajouté que cela est réalisable à travers le partenariat efficace de toutes les parties prenantes à savoir le Gouvernement, la société civile, le secteur privé, la diaspora et les partenaires au développement.

Quant aux efforts du gouvernement, a-t-elle ajouté, il devrait se concentrer sur le renforcement de l’état de droit, l’élaboration et la coordination des politiques et stratégies, la mise en place d’une réglementation efficace, mais aussi la promotion d’un environnement des affaires propice au développement des opportunités économiques et sociales. Madame Mercy Tembon n’a pas manqué de rappeler que le CSLP II doit se conformer aux Principes de Paris afin d’être opérationnel et que son succès sera garanti par l’alignement de l’aide sur les priorités du pays, l’harmonisation et la simplification des procédures, la gestion rationnelle axée sur les résultats et la responsabilité mutuelle.

Quant au rôle du parlement pour la réussite du CSLP, il est sans appel. Ainsi, le Parlement est appelé à s’impliquer surtout en ce qui concerne le dialogue sur les politiques sectorielles, la promotion d’une culture d’ouverture au débat constructif, le développement des communautés de base sans oublier la protection des consommateurs.

Etant donné que la mise en application du CSLP II demande une mobilisation de ressources financières considérables, elle a saisi cette occasion pour réaffirmer l’engagement de la Banque Mondiale et des partenaires au développement à soutenir le Burundi dans ses actions pour consolider la paix et assurer la croissance économique du citoyen burundais.

Dans le discours d’ouverture présenté par le Président de l’Assemblée Nationale, ce dernier a débuté par confirmer que la présence des Parlementaires à cet atelier est une preuve incontestable de leur désir d’acquérir des connaissances approfondies sur le CSLP II, sur les enjeux et les défis du développement, ainsi que dans la mise en œuvre des politiques sectorielles et les programmes prioritaires, dans le but de mieux mener leur tâche conférée par la Constitution, à savoir le vote de la loi et le contrôle de l’action gouvernementale.

Il a rappelé que l’un des programmes du Gouvernement est la lutte contre la pauvreté. La mise en pratique de ce programme a été marquée par l’adoption en 2006 du premier CSLP, après consultation des différentes couches de la population, y compris le Parlement. Malgré la faible disponibilité des ressources, le CSLP I a connu un succès dans les quatre axes sur lesquels s’articulait ce programme. Pour ce, a énoncé le Président de l’Assemblée Nationale, le processus d’élaboration du CSLP II doit s’inspirer des contraintes connues dans le CSLP I, mais aussi des opportunités présentes. Ce processus doit aussi se faire sur un consensus de tous les Burundais pour générer des résultats positifs. Pour ce faire, un changement de mentalité s’impose afin que le développement du pays repose sur les forces propres du pays.

Le Président de l’Assemblée Nationale a aussi rappelé que le CSLP II doit s’inscrire en droite ligne de la mise en œuvre de la Vision « Burundi 2025 », ainsi que les Objectifs du Millénaire pour le Développement qui sont la réduction de l’extrême pauvreté et la faim, l’éducation primaire pour tous, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, la réduction de la mortalité infantile, l’amélioration de la santé maternelle, combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies, la préservation de l’environnement, ainsi que la mise en place d’un partenariat pour le développement.

Aussi, l’on doit s’assurer que ce cadre de développement met en œuvre des programmes prioritaires, répondant aux besoins extériorisés par la population lors des consultations participatives qui identifieront les secteurs clés porteurs de croissance. C’est la seule voie qui fera bondir le Burundi sur le rang des pays émergeant et, plus tard, qui le fera figurer parmi les pays développés.

Le Président de l’Assemblée Nationale a confirmé que la place importante du Parlement dans ce processus participatif est authentifiée par le fait que sa contribution en amont et en aval sera une valeur ajoutée à la réussite de ce projet. Les Parlementaires auront pour rôle d’aider à redéfinir les axes stratégiques et des actions à mettre en œuvre pour la réussite de ce programme de développement, mais aussi ils joueront un rôle important dans le suivi- évaluation des actions prioritaires, l’encadrement de la population et le contrôle de l’action du Gouvernement pour s’assurer qu’il y a eu respect des priorités établies par la population.

Le Président de l’Assemblée Nationale a terminé son discours en souhaitant aux participants de cet atelier d’avoir des échanges riches et instructifs qui aideront dans la réussite de ce programme combien important pour la population.

Il est à signaler que lors de cet atelier, il est attendu que les parlementaires aient une meilleure compréhension du processus CSLP et qu’ils apportent leur contribution à la consolidation des priorités définies par les différents acteurs ayant pris part aux consultations, pour relancer la croissance et lutter contre la pauvreté.

Clarisse Biraronderwa

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |