Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ÉVÉNEMENTS » Événements

DISCOURS PRONONCE PAR SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE, L’HONORABLE Pie NTAVYOHANYUMA LORS DE L’OUVERTURE SOLLENNELLE DE LA SESSION PARLEMENTAIRE ORDINAIRE DE FEVRIER 2009. Bujumbura, le 02 février 2009

Publié samedi 7 février 2009
parTharza Manirakiza
:

Excellence Monsieur le Premier Vice-Président de la République ;

Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République ;

Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

Honorables Députés ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Madame le Président de la Cour Suprême ;

Madame le Président de la Cour Constitutionnelle ;

Monsieur le Procureur Général de la République ;

Monsieur le Président de la Cour des Comptes ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique et Consulaire ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales ;

Mesdames et Messieurs les membres de la Force de Défense Nationale ;

Mesdames et Messieurs les Membres de la Police Nationale ;

Mesdames et Messieurs les Présidents des Formations politiques agréées ;

Messieurs les Membres des Confessions religieuses ;

Distingués Invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Avant tout propos, nous aimerions d’abord vous souhaiter, au nom de l’Assemblée Nationale et en notre nom propre, une chaleureuse bienvenue dans ce palais de Kigobe. C’est en effet, avec un très grand plaisir que nous vous accueillons aujourd’hui pour procéder au lancement des activités de la session parlementaire ordinaire de Février 2009.

A cet égard, permettez-nous, au nom des autres membres du Bureau de l’Assemblée Nationale, d’exprimer à vous tous ici présents, notre profonde gratitude pour votre réponse à notre invitation qui est un signe fort de l’intérêt que vous manifestez envers notre Institution.

Chers collègues Députés ;

Vous revenez des vacances parlementaires qui vous ont permis non seulement de vous ressourcer à la base, mais aussi de prendre connaissance des conditions difficiles dans lesquelles vivent certains de nos concitoyens suite aux aléas climatiques observés ici et là.

Nous voudrions évoquer ici le cas de certaines communes des provinces de KIRUNDO, MUYINGA, RUYIGI qui sont durement frappées par la famine, une famine qui occasionne des départs de nos concitoyens vers les pays voisins notamment le RWANDA et la TANZANIE à la recherche de meilleures conditions de subsistance.

Un autre problème non moins grave que vous avez pu remarquer est celui du manque d’eau potable dans certaines provinces comme CIBITOKE, BUBANZA et GITEGA avec comme conséquence des maladies comme les verminoses.

De plus, en matière d’éducation, plusieurs écoles manquent d’enseignants qualifiés ; ce qui aura des répercussions sur la qualité de la formation des enfants. Nous ne passerions pas sous silence la pauvreté criante qui se manifeste au sein de la population.

La majorité de nos populations n’ont pas accès aux besoins primaires suite à cette misère croissante qui nous interpelle en notre qualité de représentants de nos circonscriptions électorales.

Face à cette situation, nous devons tout faire pour aider le Gouvernement dans ses efforts pour faire face à ces difficultés en sensibilisant nos électeurs pour qu’ils s’attellent au travail afin d’accroître la productivité.

Outre ces problèmes liés à la pauvreté s’ajoute celui relatif à la prolifération des armes légères détenues par la population civile et qui sont utilisées à des fins de banditisme, de règlements de compte et autres.

Pour le désarmement de cette population, notre contribution en tant que parlementaires sera de la sensibiliser et de l’encourager à les remettre à l’autorité de son propre gré.

Nous saluons ici les actes combien salutaires posés en ce domaine de désarmement de la population par les agents de l’ordre, surtout en cette période de recherche de la consolidation de la paix.

Nous encourageons également l’action de contrôle par les services habilités des mouvements de populations, en demandant toutefois que cette action se fasse dans le strict respect de la dignité de la personne humaine et dans le strict respect de nos lois et des lois internationales.

Honorables membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

Honorables Députés ;

Distingués Invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Cette session commence au moment où nous nous acheminons vers la préparation des élections de 2010. Cette activité exige au préalable la mise en place d’une Commission Electorale Nationale Indépendante chargée de préparer ces élections. Notre souhait est de voir ladite commission mise en place dans les brefs délais, car il ne reste qu’une année et demie avant d’atteindre cette échéance électorale. Nous demandons à tout un chacun de préparer psychologiquement notre population à la perspective des prochaines élections que nous souhaitons tous sereines.

Dans l’histoire de notre pays, les élections se sont toujours déroulées normalement. Nous souhaitons qu’il en soit de même et que ces prochaines élections se tiennent dans de bonnes conditions.

En cette période, nous sommes appelés également à exhorter la population pour qu’elle s’approprie la devise de notre Chef d’Etat : « Travaillons plus, prenons une part active à notre sécurité, c’est le chemin droit vers le développement durable ».

C’est dans cette logique que nous sommes invités à prêcher par le bon exemple, en nous acquittant pleinement et correctement de notre devoir en commençant par celui de voter les lois utiles à notre pays et à notre peuple.

A cet égard, le Gouvernement nous a envoyé douze projets de texte de loi à analyser et libellés comme suit :

1.Projet de loi portant révision du Code Pénal ;

2.Projet de loi portant Statut des anciens combattants ;

3.Projet de loi portant fixation du Régime des Indemnités et Avantages du Président de la République, des Vice-Présidents et des Membres du Gouvernement ainsi que leur Régime des Incompatibilités et de Sécurité Sociale ;

4.Projet de loi portant Révision de la loi n°1/014 du 22/9/2003 portant missions, composition, organisation et fonctionnement de l’Observatoire National pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre, des autres crimes contre l’humanité et de l’exclusion ;

5.Projet de loi modifiant la loi n°1/002 du 31/03/2004 portant création, missions, organisation et fonctionnement de la Cour des Comptes et précisant la procédure suivie devant elle ;

6.Projet de loi portant modification de certaines dispositions de la loi n°1/017 du 12 Mai 2005 portant statut des magistrats de la Cour des Comptes ;

7.Projet de loi portant Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatifs aux Droits de la Femme ;

8.Projet de loi portant ratification par la République du Burundi du Protocole de la Cour de Justice de l’Union Africaine ;

9.Projet de loi portant adhésion par la République du Burundi au statut de l’Agence Internationale de l’énergie atomique ;

10.Projet de loi sur la propriété industrielle au Burundi ;

11.Projet de loi portant code de la Navigation et du Transport Lacustre ;

12.Projet de loi portant Modification de certaines dispositions du Décret-loi n01/032 du 30 juin 1993 sur la Production et la Commercialisation des semences végétales au Burundi.

Nous saisissons cette opportunité pour demander au Gouvernement de nous faire parvenir ses observations en rapport avec la proposition de texte de loi portant statut du personnel du Parlement. Permettez-nous de rappeler, conformément à l’article 193, alinéa 2, de la Constitution de la République du Burundi, que si une proposition de loi n’a pas pu être étudiée pendant deux sessions ordinaires successives, celle-ci doit être inscrite en priorité à l’ordre du jour suivant.

Le contrôle de l’action gouvernementale est l’une des missions qui nous est aussi dévolue. C’est pour cela que nous voudrions rappeler aux membres du Gouvernement qu’ils seront invités à s’exprimer sur leur programme d’activités tout au long de la session qui débute aujourd’hui et à répondre à d’éventuelle problèmes nécessitant un éclairage pour la population.

De surcroît, les Honorables députés poursuivront leur mission consistant à rencontrer la population pour s’enquérir des problèmes auxquels elle fait face dans les différentes circonscriptions.

Sur le plan de la diplomatie parlementaire, des échanges d’expériences avec d’autres parlements étrangers se poursuivront.

A travers l’exécution de sa mission l’Assemblée Nationale s’emploiera constamment à promouvoir un environnement politique et institutionnel propice à la consolidation de la démocratie et à l’ancrage de la bonne gouvernance, gage de la consolidation de la paix.

En cette occasion, nous saisissons cette opportunité pour apprécier et encourager le pas vers une paix définitive franchi par le Gouvernement et le mouvement FNL. Nous encourageons le Gouvernement et le FNL à aller de l’avant pour régler les questions encore en suspens relatives notamment au cantonnement, à l’intégration au sein des corps de défense et de sécurité des forces armées de ce mouvement, à la démobilisation et à la transformation du FNL en un parti politique reconnu et exerçant ses activités conformément à la loi.

Nous demanderions à la Communauté Internationale et aux différents bailleurs de Fonds qui ont toujours été à nos côtés de ne pas se lasser mais plutôt de rester à nos côtés, aux côtés du Burundi en emboîtant le pas aux Institutions de Bretton Woods qui viennent d’accorder à notre pays une remise de la dette de 1,4 milliard de dollars Américains correspondant à 92% de sa dette extérieure. Cela permettra au Burundi la relance des activités socio-économiques, ce qui permettra la consolidation de la paix.

Honorables membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

Honorables Députés ;

Distingués Invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Nous ne saurions terminer ce discours sans exprimer encore une fois nos sincères remerciements à vous tous ici présents à cette séance d’ouverture des travaux de l’Assemblée Nationale et sans souhaiter aux honorables députés plein succès dans leur travail au cours de cette Session.

C’est sur ce souhait que nous déclarons ouverts les travaux de la session parlementaire ordinaire de Février 2009.

Nous vous remercions.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |