Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Deux projets de lois adoptés.

Publié samedi 16 juin 2012
parChristine Nahimana
:

Deux projets de lois ont été adoptés à l’unanimité, soit 84 voix sur 84 votants, par les Honorables Députés siégeant en séance plénière, ce vendredi le 15juin 2012. L’un de ces projets de loi est « le projet de loi portant ratification de l’accord de transit et de transport du corridor nord (ATT-CN) », signé à Nairobi le 06 octobre 2007, l’autre est « le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’accord de Cofinancement de la route Bujumbura-Nyamitanga », Signé à Washington le 22 avril 2012.

  • Projet de loi ratification de l’accord de transit et de transport du corridor nord (ATT-CN), signé à Nairobi le 06 octobre 2007

Ce projet de loi adopté par l’Assemblée Nationale est une révision d’un ancien accord de 1985, a déclaré Ministre des Travaux Publics, des Transports et de l’Equipement, l’Honorable Moise Bucumi, présent pour répondre aux questions des Honorables Députés. Le Burundi, pays enclavé, situé aux confins de l’Afrique Centrale et Orientale doit trouver tous les moyens alternatifs possibles de désenclavement enfin de ne pas s’étouffer économiquement. Pour accéder aux ports maritimes et avoir des facilités dans le domaine du transport et du commerce, le Burundi utilise trois voies dont le "corridor nord" qui part du port de Mombasa jusqu’à Bujumbura via Kampala et Kigali. Deux autres corridors dont l’un central qui relie le port de Dar-Es -Salaam au port de Bujumbura et l’autre, plus au Sud, qui relie le port de Bujumbura via le port de Mpulungu jusque dans les ports des pays d’Afrique australe constituent d’autres alternatives. Ce nouvel accord a été signé dans le contexte de développement du transport international et spécialement le développement du transport de transit.

Au cours des interventions des parlementaires dans le débat, ceux-ci ont insisté sur la nécessité de renforcement de corridor central via le lac Tanganyika qui est moins cher mais aussi constitue une voie alternative au corridor Nord. De plus les honorables députés soupçonnent l’existence des lobbies qui freinent l’utilisation du corridor central qui est ferroviaire et lacustre parce qu’ils ont investi dans les camions qui transportent des marchandises. Ils sont donc contre la rénovation de la voix ferroviaire et la disponibilité des containers pour les trains. Le ministre a tranquillisé et a promis que cette question d’amélioration de la praticabilité du corridor central sera à l’ordre du jour lorsqu’il se rencontrera au mois de juillet avec son homologue Tanzanien.

  • le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’accord de Cofinancement de la route Bujumbura-Nyamitanga, Signé à Washington le 22 avril 2012.

Ce projet de loi est dans la droite ligne du Gouvernement du développement et de la réhabilitation du réseau routier national. Cette route qui sera internationale va faciliter le mouvement de bien et des personnes sur le corridor desservant le Burundi, le Rwanda et la Tanzanie. Au cours de l’analyse de ce projet de loi, les parlementaires ont apportés un amandement au titre de ce projet. le titre de ce projet de loi est devenu :« le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’accord de prêt pour le financement de la route Bujumbura-Nyamitanga », Signé à Washington le 22 avril 2012. Ce montant s’élève à 8 000 000 USD. Il est octroyé par le Fond de Développement Internantional de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole. Ce prêt est remboursable sur une période de 20ans avec un intérêt de 1%.

Les parlementaires ont salué ce programme du Gouvernement qui vise le développement du réseau routier. Pour rendre plus durable ces voix routiers, ils ont émis également une recommandation à celui-ci en vue de limiter le tonnage des marchandises transportées par les camions sur ces routes comme cela est le cas dans d’autres pays en général du monde, en général mais de l’Afrique de l’Est, en particulier. En effet, la non limitation des tonnages des camions entraine le vieillissement rapide des voies routières alors celles-ci coûtent très chères dans leur construction. D’autres questions en rapport avec l’entretien et la construction des routes ont été posées et le ministre Moise Bucumi y a apporté des éclaircissements.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |