Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Deux ratifications adoptées par l’Assemblée Nationale

Publié lundi 28 novembre 2011
parChristine Nahimana
:

Les Honorables Députés de l’Assemblée Nationale du Burundi ont adopté deux projets de lois lors de la séance plénière du 25 novembre 2011. L’un concerne la ratification par la République du Burundi de l’Accord de financement entre la République du Burundi et l’Association internationale de Développement : du projet « Gestion Environnementale du lac Victoria » Phase IIet l’autre porte sur l’Accord d’une ligne de crédit en dollars entre le Gouvernement du Burundi et Export-Import (EXIM) Bank of India.

En ce qui concerne le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’Accord de financement entre la République du Burundi et l’Association internationale de Développement : du projet « Gestion Environnementale du lac Victoria » Phase II, c’est le Ministre de l’Eau, Environnement et Aménagement du Territoire et Urbanisme, Jean-Marie Nibirantije qui est venu apporter des éclaircissements aux interrogations des Honorables Députés qui n’ont pas trouvé de réponses satisfaisantes lors de l’analyse par la Commission Permanente des Affaires Sociales, du Rapatriement, de l’Egalité des chances et de la Lutte contre le Sida qui a analysé le projet à fond avec les experts et le Ministre.

Le Ministre Jean-Marie Nibirantije a fait savoir que cette phase II du projet concerne le Burundi car une partie de ses eaux se jettent dans le lac Victoria avant de continuer vers le Soudan et l’Egypte. Il a aussi précisé que la phase I du projet a été exécutée avant que le Burundi tout comme le Rwanda n’étaient pas encore membres de L’East African Community.

Ce projet, d’une durée de 6 ans, sera financé uniquement pour le Burundi par un don de 15 000 000 US$. Les activités de ce projet sont réparties dans trois composantes principales à savoir :

- le renforcement des capacités institutionnelles pour bien gérer les ressources en eau ;

- prévention et contrôle des sources de pollution : cette composante concernant surtout l’assainissement ;

- l’aménagement des bassins versants. Ce volet va se tailler une grande part dans ce projet.

Ce projet va opérer dans les provinces de Muramvya, Mwaro, Gitega, Karusi, Muyinga, Ngozi, Kirundo et Kayanza.

La question qui est chaque fois revenue a concerné le critère d’éligibilité de ces huit provinces qui seront concernées par ce projet.

Le Ministre Jean-Marie Nibirantije n’a pas convaincu les Honorables députés sur la fixation des critères d’éligibilité des provinces qui constitueront la zone d’opération de ce projet. En effet, certains cours d’eau qui se jettent dans le lac Victoria naissent dans la province de Bururi et pourtant cette province n’est pas concernée par ce projet.

L’Assemblée Nationale a émis alors une recommandation au Gouvernement d’associer le Parlement dans les négociations de projets pour rendre plus équitable la répartition des projets sur tout le territoire national. L’Assemblée Nationale ne souhaite pas être consultée à postériori pour avaliser le choix du Gouvernement lors des négociations qui conduisent à des dons. Ce projet de loi a été adopté à 86/87 voix des honorables députés présents plus les procurations.

L’autre projet de loi qui a été adopté par l’Assemblée Nationale au cours de cette séance était en rapport avec L’Accord d’une ligne de crédit en dollars entre le Gouvernement du Burundi et Export-Import (EXIM) bank of India.

Ce crédit, d’une valeur de quatre vingt millions de dollars américains, a dit le Ministre de l’Energie et des Mines, va servir à la construction d’une centrale hydroélectrique sur la rivière Kaburantwa d’une puissance de 20MW. Ce crédit est contracté sur une échéance de 15 ans avec un intérêt de 1.75%. L’énergie qui sera produite sur cette centrale sera connectée sur l’ensemble du réseau électrique burundais.

Les parlementaires ont saisi de cette occasion pour demander au ministre concerné à quand la fin de la pratique du délestage.

Le Ministre ayant en charge le secteur de l’Energie, Monsieur Côme Manirakiza, répondant à cette question, a d’abord rappelé que cette pratique a commencé au mois de juillet lorsque le niveau du lac de retenue avait baissé d’environ 13 m de hauteur. Aujourd’hui, le niveau de l’eau est monté de 2,3m de hauteur grâce à la pratique du système de délestage. Pour accélérer la montée rapide du niveau de l’eau dans le lac de retenue, le Ministre Côme Manirakiza a fait savoir qu’il y a un projet de déviation d’un cours d’eau vers ce lac de retenue. La pratique de délestage sera alors abandonnée progressivement.

D’autres questions ont été posées et ont trouvé des réponses satisfaisantes. En fin de compte, le projet de loi a été adopté par 86 /87 voix.

Egide Kwizera

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |