Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Discours d’ouverture de la Session ordinaire d’octobre 2011 par l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale

Publié mercredi 5 octobre 2011
parChristine Nahimana
:

Honorable Deuxième Vice-Président de la République ;

Honorable Ombudsman de la République du Burundi ;

Honorable Membre du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

Honorables Députés ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Monsieur le Président de la Cour Suprême ;

Madame la Présidente de la Cour Constitutionnelle ;

Monsieur le Procureur Général de la République ;

Monsieur le Président de la Cour des Comptes ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique et consulaire ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales ;

Mesdames et Messieurs les membres de la Force de Défense Nationale ;

Mesdames et Messieurs les Membres de la Police Nationale ;

Mesdames et Messieurs les Présidents des Formations politiques agréées ;

Mesdames et Messieurs les Membres des confessions religieuses ;

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Nous voici réunis ce premier lundi du mois d’Octobre pour procéder à l’ouverture solennelle de la 3ème et dernière session parlementaire ordinaire de l’année 2011, une session dite aussi session budgétaire.

A cette occasion, permettez-nous, au nom de l’Assemblée Nationale, de vous saluer et de vous souhaiter la bienvenue dans ce Palais.

Permettez-nous également, au nom des membres du Bureau de l’Assemblée Nationale et au nom de tous nos collègues Députés, de remercier sincèrement tous nos invités, pour avoir répondu positivement à notre invitation.

Honorable Deuxième Vice-Président de la République ;

Honorable Ombudsman de la République du Burundi ;

Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

Honorables Députés ;

Distingués Invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Cette cérémonie d’ouverture de la session ordinaire d’octobre 2011 intervient dans un contexte particulièrement triste pour l’Assemblée Nationale et pour le peuple burundais.

En effet, en date du 15 septembre 2011, nous avons perdu deux collègues, à savoir : feu Honorable Députée Justine KAMARIZA et feu Honorable Députée Marie-Thérèse MINANI, toutes deux victimes d’un accident de roulage.

Cet événement tragique a été suivi par un autre le 18 septembre 2011 quand la population de Gatumba, en Commune Mutimbuzi, Province Bujumbura, a été victime d’un massacre effroyable perpétré par une bande de malfaiteurs armés.

Au nom de l’Assemblée Nationale et en notre nom propre, nous réitérons nos condoléances aux familles de nos collègues et de leur chauffeur, ainsi qu’aux familles des victimes du massacre de Gatumba.

Nous exprimons notre compassion envers toutes les familles éprouvées et les prions de continuer à se retenir dans ces moments pénibles.

Nous saisissons cette occasion pour vous demander Honorables, Excellences, Mesdames et Messieurs, de vous lever afin que nous observions une minute de silence en mémoire de tous ces regrettés disparus.

Une minute de silence.

Nous vous remercions.

Honorable Deuxième Vice-Président de la République ;

Honorable Ombudsman de la République du Burundi ;

Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

Honorables Députés ;

Mesdames, Messieurs ;

Cette session est ouverte à la fin des vacances parlementaires de septembre 2011.

Généralement, qui dit vacances dit une période de repos. Mais tel n’a pas été le cas pour les Députés et les membres du Bureau de l’Assemblée Nationale parce que plusieurs activités ont été accomplies au cours de ce mois.

En effet, comme le travail des parlementaires ne se limite pas aux sessions, les Honorables Députés ont vaqué à plusieurs activités d’intérêt national parmi lesquelles : des descentes sur terrain afin d’être à l’écoute des doléances des populations et de sensibiliser ces dernières sur certaines questions d’ordre politique, sécuritaire, social et économique. Les Députés ont continué aussi à se joindre à population dans les travaux de développement.

Par ailleurs, et sur le plan diplomatique, plusieurs activités ont été organisées. Ainsi, dans le cadre de la coopération entre l’Union Interparlementaire et le Parlement du Burundi, nous avons accueilli une délégation du Comité des Droits de l’Homme de l’Union Interparlementaire qui est venue en visite de travail au Burundi, du 25 au 29 septembre 2011.

L’Assemblée Nationale a également envoyé des délégations auprès des pays et des organisations internationales amis du Burundi. Ainsi :

- du 4 au 11 septembre 2011, nous avons effectué une visite de travail en Belgique ;

- du 11 au 17 septembre 2011, une délégation de l’Assemblée Nationale s’est rendue en Tanzanie pour une visite de travail dans les camps de réfugiés ; à cette occasion, des rencontres avec certaines autorités tanzaniennes ont eu lieu ;

- du 17 au 29 septembre 2011, l’Assemblée Nationale a fait partie de la délégation burundaise qui a participé au débat général de la 66ème Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York ;

- du 19 au 23 septembre 2011, une délégation des fonctionnaires de l’Assemblée Nationale s’est rendue au Rwanda pour participer à la 9ème Assemblée Générale du Réseau Africain des Personnels des Parlements.

Enfin, dans le cadre du renforcement des capacités des fonctionnaires de l’Assemblée Nationale, plusieurs formations ont débuté au cours de ce mois de septembre 2011.

Honorable Deuxième Vice-Président de la République ;

Honorable Ombudsman de la République du Burundi ;

Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

Honorables Députés ;

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Cette session, nous l’avons rappelé, est dite une session budgétaire. Elle est consacrée, en grande partie, à l’examen et à l’adoption de la loi des finances pour l’année qui la suit. La loi des finances est, vous le savez, d’une grande importance, dans la mesure où elle accorde à l’Etat les moyens de s’acquitter de ses missions.

Nous saisissons cette occasion, pour demander encore au Gouvernement de transmettre à l’Assemblée Nationale le projet de loi des finances pour l’exercice 2012 dans des délais qui laissent aux députés une marge de temps suffisante pour en faire une bonne analyse avant son adoption.

Nous voudrions aussi demander à la Cour des Comptes d’apprêter les documents qui permettront à l’Assemblée Nationale de bien étudier la loi portant fixation du budget 2012. Il s’agit notamment du rapport de contrôle de l’exécution du budget général de l’Etat pour l’exercice 2010. img311|left>

L’Assemblée Nationale ne peut en effet accorder de nouveaux crédits au Gouvernement que s’elle est en mesure d’attester que les précédents ont été bien exécutés.

Excellences ;

Honorables Députés ;

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Au cours de cette session, l’Assemblée Nationale aura également à analyser et adopter les projets de lois envoyés par le Gouvernement. Ces projets de lois sont les suivants :

1.Le projet de loi portant Statut des anciens combattants ;

2.Le projet de loi portant Ratification par la République du Burundi du Protocole de la Cour de Justice de l’Union Africaine ;

3.Le projet de loi portant Révision de la loi n°1/03 du 19 février 2009 relative à l’organisation de la privatisation des entreprises à participation publique, des services et des ouvrages publics ;

4.Le projet de loi portant Réorganisation de l’enseignement supérieur au Burundi ;

5.Le projet de loi portant Code de l’eau ;

6.Le projet de loi portant Cadre organique des groupements pré-coopératifs.

Excellences ;

Honorables Députés ;

Mesdames, Messieurs ;

Permettez-nous de revenir sur la tragédie de Gatumba.

L’Assemblée Nationale condamne encore une fois avec la dernière énergie ce massacre de populations innocentes.

L’Assemblée Nationale apprécie les mesures prises par le Gouvernement d’inhumer avec dignité les victimes de ces massacres et d’assurer les soins de santé aux victimes de ce désastre.

L’Assemblée Nationale demande au Ministère de la santé publique, aux hôpitaux et au personnel soignant de continuer à tout mettre en œuvre pour que nos concitoyens victimes de cet attentat de Gatumba, soient bien soignés.

Nous voudrions ici dire à la population de Gatumba toute notre sympathie. Nous voudrions aussi leur dire que nous apprécions la façon dent elle a gardé le calme durant toute la période de deuil jusqu’aujourd’hui. Ceci témoigne de la grande maturité de cette population qui a su, dans des moments pénibles, continuer à veiller à la sauvegarde de la paix, de la tranquillité et de l’unité.

Notre souhait est que l’attitude de la population de Gatumba serve de modèle à toute la population burundaise.

L’Assemblée Nationale apprécie également les mesures judiciaires qui ont été prises pour arrêter les auteurs de ces crimes.

L’Assemblée Nationale demande à la population de collaborer avec l’administration et les forces de l’ordre pour renforcer la paix et la sécurité dans tout le pays.

Nous demandons particulièrement aux forces de l’ordre et à l’appareil judiciaire de travailler assidûment et de concert pour que tous les malfaiteurs soient appréhendés et punis conformément à la loi.

En tant que représentants du peuple, nous n’accepterons jamais que des individus s’adonnent aux actes de barbarie qui, en perturbant la paix et la quiétude des citoyens, freinent en même temps le développement du pays.

L’Assemblée Nationale promet à la population de Gatumba qu’elle fera un suivi de la façon dont la situation, après ce drame, sera gérée par les Ministères techniques concernés, notamment les Ministères ayant dans leurs attributions l’intérieur, la sécurité publique et la justice.

Excellences ;

Honorables Députés ;

Distingués invités ;

Mesdames Messieurs ;

L’Assemblée Nationale veut un Burundi paisible, un Burundi où il fait bon vivre pour tous les citoyens mais aussi pour tous les étrangers qui vivent chez nous. C’est pour cela que l’Assemblée Nationale gardera un œil attentif sur tous les secteurs de la vie nationale, qui ont trait à la consolidation de la paix, à la protection des droits de la personne humaine, à la promotion de la bonne gouvernance ainsi qu’au développement socio-économique de notre pays.

Tel sera, au cours de cette session, l’objectif que nous allons poursuivre à travers l’examen et le vote des lois ainsi que le contrôle de l’action gouvernementale.

C’est sur ces propos que nous déclarons ouverts les travaux de la session parlementaire ordinaire d’Octobre 2011.

Nous vous remercions

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |