Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ÉVÉNEMENTS » Événements

Discours de Son Excellence le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma, à l’occasion de l’ouverture de la semaine « portes ouvertes » organisée à l’Assemblée Nationale dans le cadre de la célébration du Cinquantenaire de l’Indépendance du Burundi

Publié lundi 25 juin 2012
parWebmestre, David NZEYIMANA
:

Excellence Monsieur le Président de la République ;
Excellence Honorable Président du Sénat ;
Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale et du Sénat ;
Excellence Monsieur l’Ombudsman du Burundi ;
Honorables Députés et Sénateurs ;
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique et Consulaire ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales ;
Mesdames et Messieurs les Présidents des formations politiques agréées ;
Mesdames et Messieurs les Membres des confessions religieuses ; Distingués Invités ;
Mesdames, Messieurs ;

En ce jour où l’Assemblée Nationale se joint aux autres institutions républicaines pour la célébration du Cinquantenaire de l’Indépendance de notre pays, nous voudrions d’abord vous saluer, respectueusement, Excellence Monsieur le Président de la République, et vous dire la joie et la reconnaissance qui sont celles des députés, et de l’Assemblée Nationale toute entière, pour votre présence parmi nous et pour avoir bien voulu venir ouvrir vous-mêmes la semaine « Portes Ouvertes » à l’Assemblée Nationale dans le cadre de ce Cinquantenaire.

Nous voudrions aussi saluer et remercier les anciens députés, parmi lesquels nos tout premiers aînés qui ont bien voulu être parmi nous, aujourd’hui, pour apporter leurs témoignages sur les différentes législatures, notamment les trois premières qui vont de 1961 à 1965 et dont les députés survivants ne seraient plus qu’au nombre de trois.

Nous voudrions ensuite saluer et remercier très sincèrement, au nom de toute l’Assemblée Nationale et en notre nom propre, vous tous qui avez répondu à notre invitation.

Soyez les bienvenus à l’Assemblée Nationale.

Nous remercions particulièrement de leur présence l’Honorable Président du Sénat, leurs Excellences les anciens Présidents de la République, Son Excellence l’Honorable Ombudsman, tous les Honorables Parlementaires, tous les Ministres, tous les Représentants des Missions Diplomatiques et Consulaires ainsi que toutes les hautes personnalités qui ont bien voulu rehausser de leur présence cette cérémonie.

Nos remerciements vont également à tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la préparation de la Semaine « Portes Ouvertes » organisée par l’Assemblée Nationale à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Burundi. Nous voudrions aussi, et de façon toute particulière, dire aux anciens Présidents de l’Assemblée Nationale qui nous ont précédé, notamment les Honorables Emile MWOROHA, Léonce NGENDAKUMANA et Jean MINANI, notre reconnaissance pour avoir accepté d’être avec nous et de partager avec nous leur expérience de l’Assemblée Nationale.

Nous avons en ce moment une pensée pour les Présidents d’Assemblée qui ne sont plus avec nous, nous voudrions citer les Honorables Présidents Cyprien KIYUKU, Thaddée SIRYUYUMUNSI, Emile BUCUMI et Pontien KARIBWAMI. Nous saluons, au nom de l’Assemblée Nationale, leurs familles qui sont représentées à cette cérémonie.

Nous n’oublions pas non plus de remercier les conférenciers qui ont spontanément accepté notre invitation pour venir donner au public un éclairage sur le travail parlementaire.

Nous pensons aussi à l’équipe technique composée de Députés et de membres du personnel de l’Assemblée Nationale qui, sous la responsabilité du 2ème Vice-Président, l’Honorable François KABURA, a travaillé, jour et nuit, d’arrache-pied et avec dévouement pour que cette semaine puisse être couronnée de succès.

Nous remercions enfin les médias pour le travail qu’ils vont réaliser, afin de bien informer les Burundais et la communauté internationale sur les activités de cette Semaine « Portes Ouvertes » dans notre institution ainsi que dans les autres institutions républicaines.

Nous saisissons cette occasion pour souhaiter un moment instructif à toutes les personnes qui vont consacrer une partie de leur temps à visiter l’Assemblée Nationale au cours de cette semaine.

Excellence Monsieur le Président de la République ;
Excellences ;
Honorables Parlementaires ;
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs ;

La célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Burundi est pour l’Assemblée Nationale un moment important. Il s’agit pour nous d’un événement capital, d’un événement qui a participé à l’émancipation du peuple burundais.

En effet, le 1er juillet 1962, une fois l’indépendance recouvrée, cela signifiait que le destin de notre pays était de nouveau placé entre les mains de ses filles et fils. Les nouveaux leaders du pays prenaient l’engagement d’édifier une nation unie et prospère, pour le bien de tous.

Nous devons malheureusement constater et regretter que ces objectifs n’ont pas été toujours mis en avant, au regard des crises violentes et répétitives que notre pays a connues, telle « une fatalité », des crises qui ont abouti à une hécatombe de nombreux concitoyens innocents, contraignant à l’exil une multitude d’autres.

Les années 1961, 1962, 1965, 1969, 1970, 1972, 1988, 1993, et nous en passons, retentissent dans nos mémoires, comme des années qui rappellent des souvenirs pénibles pour tous les burundais, des souvenirs que nul ne veut plus revoir.

C’est dans un tel contexte de crises répétitives, qu’à partir de septembre 1961, l’Assemblée Nationale burundaise va évoluer, cahin-cahan, connaissant des périodes de fonctionnement, notamment entre 1961 et 1965, entre 1982 et 1987 et de 1993 jusqu’aujourd’hui.

Il y a eu aussi des périodes de vide parlementaire dû à des coups d’Etat militaires : de 1965 à 1982 et de 1987 à 1993.

Nous vous invitons, au cours de cette séance,à suivre attentivement le document audiovisuel qui vous en apprendra davantage sur l’histoire de notre institution.

Pour l’Assemblée Nationale du Burundi, la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de notre pays est donc une opportunité pour raviver en nous la conscience de l’importance du rôle que cette institution doit jouer pour rendre effective cette indépendance. C’est aussi une occasion de revenir notamment sur le contexte dans lequel cette institution a évolué afin de lui donner de bonnes perspectives.

Excellence Monsieur le Président de la République ;
Excellences ;
Honorables Parlementaires ;
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs ;

Si, dans l’ensemble, l’Assemblée Nationale a évolué dans un contexte difficile de 1961 à 2005, les législatures post-transition, c’est-à-dire celle de 2005 à 2010 et l’actuelle, ont pu bénéficier d’un climat de paix et de stabilité qui ont permis à notre institution d’apporter, mieux que les autres législatures, sa contribution à l’édification de la démocratie dans notre pays.

Certes, la législature de 2005 à 2010 a connu quelques difficultés.Mais, force est de constater que par rapport aux législatures précédentes c’est elle qui, par exemple, a eu le meilleur bilan législatif.En effet, 149 projets de lois ont été analysés, adoptés et promulgués.

C’est aussi dans ce climat de paix et de stabilité que les Députés de l’Assemblée Nationale de 2005-2010 ont été remplacés par ceux issus des élections législatives du 23 juillet 2010 pour commencer la législature actuelle.

Cette législature compte aujourd’hui 106 députés élus et cooptés, dont 34 femmes et 72 hommes (soit 32% et 68 %) répartis comme suit : 81 Députés du parti CNDD-FDD (Conseil National de Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie), 5 Députés du parti Sahwanya Frodebu-Nyakuri Iragi rya Ndadaye, 17 Députés du parti Uprona et 3 Députés de l’ethnie des Batwa cooptés.

Nous avons l’espoir que le bilan de cette législature sera, en matière de vote de lois, de contrôle de l’action gouvernementale et de représentation de la population notamment, de loin meilleur par rapport à celui de la législature précédente.

Excellence Monsieur le Président de la République ;
Excellences ;
Honorables Parlementaires ;
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs ;

Actuellement, l’Assemblée Nationale est, comme toutes les institutions représentatives du monde, un lieu d’échanges et de débat démocratique, contradictoire et tolérant.

Dans notre Institution, une grande place est accordée aux consultations et aux consensus entre partis représentés à l’Assemblée Nationale.

Les consultations en matière législative, même si cela n’est pas obligatoire, s’étendent même aux partis politiques extra-parlementaires et à la société civile, dont les avis et considérations pertinents sont pris en considération par l’Assemblée Nationale lors de l’analyse de certaines lois de grande portée.

L’Assemblée Nationale dispose d’une administration dont la qualité s’améliore progressivement, une administration qui appuie les Députés dans leurs missions et qui constitue sa mémoire vivante.

En ce moment où nous nous préparons à fêter les cinquante premières années de l’accession du Burundi à l’indépendance, nous avons choisi, tout le long de cette semaine, de revisiter le passé de l’Assemblée Nationale : à travers la présentation d’un film documentaire relatant son histoire, à travers des visites guidées de l’exposition-photos sur l’Assemblée Nationale de 1961 jusqu’aujourd’hui, la présentation des lois promulguées et le panel des anciens Présidents de l’Assemblée Nationale.Nous remercions nos aînés, les députés des différentes législatures qui sont venus nous guider dans les arcanes de l’histoire de notre Institution.

Nous souhaitons aussi, et dans la foulée de la célébration du cinquantenaire de la création de notre Institution, mettre bientôt à exécution un projet d’écriture de l’histoire de l’Assemblée Nationale du Burundi depuis 1961.

Nous travaillons également, en collaboration avec le Sénat et avec l’appui du PNUD que nous remercions, à un plan stratégique du Parlement et à la définition des actions prioritaires en vue de mieux rationaliser notre travail.

Ainsi, nous espérons que cette semaine « Portes Ouvertes » sera un moment propice pour les députés de la législature actuelle, mais aussi pour tous les burundais, notamment les responsables, de porter un regard critique sur le passé de cette institution, afin d’en tirer des leçons qui nous aideront à éviter dans l’avenir la répétition des erreurs que notre pays en général et notre Assemblée Nationale en particulier ont connues, et qui les ont plongé dans des périodes bien sombres.

Nous qui avons le privilège d’être ici et de vivre cet événement du cinquantenaire de l’Indépendance de notre pays, sachons que c’est un cadeau qui nous est fait, mais qu’il en découle aussi un devoir ! Nous faisons la charnière entre le demi-siècle passé et celui qui commence.

Puissions-nous effectuer ce passage en tirant profit de ces leçons qui nous guideront dans nos efforts collectifs et solidaires pour aider notre peuple à se bâtir un avenir meilleur, grâce à son génie, à sa créativité et à son dur labeur, et à célébrer, dans les cinquante ans à venir, le centenaire de l’indépendance du Burundi, dans la fierté d’avoir consolidé notre unité et d’avoir mis notre pays sur la voie du développement pour le bonheur de tous nos concitoyens.

Au nom de nos collègues Députés de l’actuelle législature, nous voudrions encore une fois dire merci à Son Excellence Monsieur le Président de la République d’être avec nous en cette circonstance.

Merci aussi à vous tous d’avoir répondu à notre invitation.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |