Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Inauguration du Centre Neuro-Psychiatrique de Ngozi par le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale

Publié vendredi 15 juin 2018
parChristine Nahimana
:

Le changement de mentalité dans la société s’impose en vue d’y réintégrer un malade mental, a souhaité le Frère Supérieur Général des Frères de la Charité.

JPEG - 114.6 ko
Coupure du ruban par le 2ème Vice Président de l’Assemblée Nationale

Le Révérend Frère-Docteur René STOCKMAN s’exprimait mercredi 13 juin 2018 lors des cérémonies d’inauguration des services d’hospitalisation du Centre Neuro-Psychiatrique de Ngozi par le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale. L’Honorable Jocky-Chantal NKURUNZIZA a été en effet mandatée par Son Excellence Monsieur le Président de la République.

Sis à la localité de Mubuga à 5 Km du chef-lieu de la province, le Centre Neuro-Psychiatrique de Ngozi est une extension de celui de Kamenge en Mairie de Bujumbura. Comme l’a signifié le Révérend Frère Supérieur Général, les malades mentaux ont besoin de soins holistiques qui se manifestent essentiellement au niveau de trois dimensions. Et d’énumérer les dimensions psychique, sociale et spirituelle.

D’abord, la dimension psychique, parce que justement c’est le psychique qui est en difficulté chez le malade mental. Ensuite, l’aspect social parce que tout le monde doit tout faire pour faciliter le retour du malade mental dans la société. Chacun doit essayer de mieux comprendre la situation du malade mental qui, du reste, a perdu la dignité humaine. Pour ce faire, tout un chacun doit changer de mentalité en développant plutôt une ouverture pour ces malades mentaux qui sont, somme toute, des malades comme les autres. Les maladies mentales guérissent. Enfin, l’aspect spirituel est impératif pour un malade mental qui a justement perdu le sens de la vie. Il a alors besoin d’un stimulant spirituel.

JPEG - 81.4 ko
Le Frère Supérieur Général des Frères de la Charité s’exprimant pendant les cérémonies inaugurales

Par ailleurs, a poursuivi le Révérend Frère-Docteur René STOCKMAN, pour arriver à cette fin, la professionnalité doit être de mise. Cette professionnalité, a-t-il détaillé, se traduit d’abord par la formation des collaborateurs, ensuite par l’importance de l’encadrement, étant donné que les malades doivent être soignés dans un endroit agréable, ce qui favorise d’ailleurs leur guérison et signe la marque de leur respect ; et enfin la structuration. Ce dernier aspect est cher à la Communauté des Frères de la Charité qui, à l’origine se dénommaient Frères Hospitaliers de Vincent de Paul, l’hospitalité se matérialisant par l’accueil avec charité et amour. Cet amour appelle la compassion qui appelle à son tour la miséricorde, a-t-il renchéri.

A travers le message du Chef de l’Etat, le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale a loué la Congrégation des Frères de Charité pour l’initiative d’implanter le Centre à Ngozi dans l’optique de la proximité pour l’intérêt de la population vivant au nord du pays ainsi que dans les pays limitrophes.

JPEG - 81.3 ko
Le deuxième Vice -Président de l’Assemblée Nationale prononçant son discours

Tout en rappelant que les maladies mentales ne sont pas l’émanation du mauvais sort, des démons ou de mauvais esprits, l’Honorable Jocky-Chantal NKURUNZIZA a précisé qu’il existe des spécialistes pour ce genre de pathologies. Elle a aussi réaffirmé l’engagement du Gouvernement dans le soutien de cette Congrégation notamment en mettant à sa disposition le personnel nécessaire, le terrain et le matériel de construction.

Elle a également saisi cette occasion pour recommander à la population de répondre positivement au programme du Gouvernement qui invite les citoyens à se faire soigner au moyen de la Carte d’Assurance Maladie, CAM qui coûte 3.000 FBU.

L’Honorable Jocky-Chantal NKURUNZIZA a également interdit les jeunes à ne pas s’adonner à la consommation de la drogue ni des boissons prohibées. Elle leur a plutôt conseillé de prendre de l’alcool avec modération. Elle a suggéré aux administratifs, aux autorités judiciaires, aux parents, aux confessions religieuses et aux jeunes eux-mêmes d’épauler dans le sens d’éradiquer cette pratique d’abuser de l’alcool, étant donné qu’elle figure parmi les causes des maladies mentales, à côté du traumatisme, dépression ou Violences Basées sur le Genre.

JPEG - 140.4 ko
Vue de Profil des participants aux cérémonies

Tuer sa femme, tuer son époux, tuer ses parents, tuer ses enfants, violer un bébé, une jeune fille ou une femme, tels sont les crimes qui guettent ces marginaux, a-t-elle démontré avant d’ajouter que l’esprit de groupe y est pour une grande part, surtout pour les jeunes qui « fuient » les camps de travail pendant les vacances.

Elle a aussi fait un clin d’œil aux parents pour qu’ils ne gaspillent pas la récolte au cours de cette période de la moisson en basculant dans l’ivrognerie.

L’INSP (Institut National de Santé Publique) constitue une bouffée d’oxygène pour les Centres Néro-Psychiatriques du pays puisqu’il forme des spécialistes en la matière. Une quarantaine de lauréats estdéjà enregistrée.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |