Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Journée parlementaire sur la gestion des ressources naturelles

Publié vendredi 21 juin 2013
parChristine Nahimana
:

La mesure présidentielle du 1er mars 2013 de fermeture pour deux mois les exploitations artisanales sur toute l’étendue de la République a eu des résultats escomptés ; dont la réhabilitation des espaces exploités par les illégaux et des réguliers, la construction des clôtures sur les chantiers d’exploitations et l’aménagement des latrines sur les chantiers d’exploitations. C’est le constat fait ce jeudi 20 juin 2013 au cours de la journée parlementaire sur la gestion des ressources naturelles au Burundi, organisée à l’Hôtel Sun Safari Club sous le thème : « Lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles  »

JPEG - 45.5 ko
Le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale(à gauche) prononçant le discours d’ouverture

Dans son discours d’ouverture, le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale a signifié que les travaux de cette journée se déroulaient au moment où le Parlement se préparait à la révision du Code minier. Ce nouveau Code, a-t-il expliqué, va remplacer le décret-loi n⁰1/138 du 17 juillet 1976 portant Code Minier et Pétrolier du Burundi, un code qui n’est plus adapté aux besoins actuels de la société burundaise, particulièrement en matière de gestion, d’exploitation et d’investissement dans le secteur minier.

Après avoir rappelé les textes qui militent en faveur de la protection des ressources naturelles, l’Honorable François Kabura a démontré que d’une part, le Code minier du Burundi vise à favoriser et à encourager la recherche et l’exploitation des ressources minérales nécessaires au développement économique et social du pays. D’autre part, ce Code devra permettre aux institutions du pays d’assurer la bonne gestion du secteur minier et la bonne gouvernance dans le domaine de l’exploitation des ressources naturelles, a-t-il renchéri.

JPEG - 46.7 ko
Photo de famille des participants

Au cours de cette journée qui s’articulait autour de trois points à savoir les outils régionaux et internationaux de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles, l’état des exploitations artisanales des substances minérales au Burundi et l’impact environnemental de l’exploitation minière artisanale au Burundi, il a été dégagé que les quatre minerais les plus visés dans le cadre de la CIRGL (Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs) sont l’or, la cassitérite, le wolframite et le coltan parce qu’ils sont très rentables et faciles à dissimiler.

Au terme de ces travaux de sensibilisation des parlementaires sur la gestion des ressources naturelles, des recommandations ont été formulées à l’endroit du Gouvernement, de l’administration et des parlementaires. Il a été entre autres demandé aux premiers d’allouer un budget consistant au Ministère en charge des Mines pour promouvoir l’exploitation industrielle des mines et de faire bénéficier à la population burundaise entière les bienfaits de la production minière ; aux seconds, de faire le renseignement pour décourager les exploitants illégaux des ressources naturelles et de sensibiliser la population des provinces aux collines sur la réglementation en matière d’exploitation minière et aux derniers, de faire des descentes dans les provinces concernées pour faire l’état des lieux du secteur minier avant d’analyser le Code minier.

Outre les parlementaires, ces activités ont vu aussi la participation des gouverneurs des provinces concernées par l’exploitation des substances minérales.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |