Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

L’Assemblée Nationale suit de près les étapes franchies par la Commission Vérité et Réconciliation

Publié lundi 27 juin 2016
parFlorine Mukeshimana
:

La Commission Vérité et Réconciliation, CVR en sigle, a organisé le lundi 27 juin 2016 un Séminaire d’échanges et d’informations à l’endroit des Membres du Gouvernement et du Parlement Burundais.

JPEG - 78.4 ko
Le Président de l’Assemblée Nationale lors de l’ouverture du séminaire

Dans son allocution, le Président de la CVR, Monseigneur Jean Louis NAHIMANA, a fait savoir que cette commission est le dernier mécanisme prévu par l’Accords d’Arusha. Dans cet accord, trois mécanismes avaient été proposés, à savoir une Commission d’Enquête Judiciaire, un Tribunal International et une Commission Vérité et Réconciliation.

Mais les négociations conclues entre le Gouvernement et les Nations Unies ont convenu de mettre en place deux mécanismes, a-il-ajouté. Il y aura donc un mécanisme non judiciaire en l’occurrence la Commission Vérité et Réconciliation et un mécanisme judiciaire qui sera matérialisé par un tribunal spécial intégré dans le système judiciaire burundais.

Par ailleurs, le Président de la CVR, Monseigneur Jean Louis NAHIMANA, a indiqué que depuis sa création, ils ont organisé pas mal d’activités à savoir des consultations nationales et des sensibilisations. La Commission Vérité et Réconciliation est prête à entamer la phase des dépositions mais se heurte à trois défis majeurs a-t-il regretté. D’abord, le déploiement sur terrain suppose que la mise en place préalable d’un mécanisme de protection des victimes, des témoins et des autres personnes à risque.

JPEG - 107.8 ko
Photo de famille

Or, ce déploiement ne serait pas réalisable avant la promulgation de la loi y relative. Ensuite, la mise en place des démembrements de la CVR qui exige beaucoup de moyens humains, matériels et financiers qui ne sont pas disponibles pour le moment. Et enfin, la mise en place d’un Conseil international consultatif qui collaborera avec la Commission, qui fait encore défaut. Les activités de ce séminaire ont été ouvertes solennellement par le Président de l’Assemblée Nationale, le Très Honorable Pascal NYABENDA.

Dans son discours, il a fait savoir que la Commission Vérité et Réconciliation a été souhaitée par les Burundais eux-mêmes parce qu’elle constitue le gage d’une stabilité politique, condition préalable pour le développement durable du pays.

Il a ensuite demandé aux Commissaires de bien travailler puisque s’ils échouent toute la Nation sera affectée. Le travail de ces commissaires permettra donc à réconcilier les mémoires parallèles sur un passé sombre et douloureux. Le Numéro Deux Burundais leur a conseillé de faire preuve de retenu, rigueur et impartialité lors de leur travail.

JPEG - 94.9 ko
Vue partielle des Membres du Gouvernement et du Parlement burundais au cours de ce séminaire

Les participants à ce séminaire ont posé quelques questions qui relèvent de la pratique et ont recommandé à la CVR d’user de la sagesse lors du recrutement du personnel d’appui. Ils ont enfin promis leur appui dans la sensibilisation de la population lors de leurs descentes dans les différentes circonscriptions où ils ont été élus.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |