Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

LA DEUXIEME VICE-PRESIDENTE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE A RECU EN AUDIENCE LA SECRETAIRE D’ETAT FRANCAIS AUX AFFAIRES ETRANGERES ET AUX DROITS DE L’HOMME, MADAME RAMA YADE

Publié mardi 3 mars 2009
parChristine Nahimana
:

La France reste aux côtés des Parlementaires pour les accompagner tout au long du processus électoral, c’est ce qu’a indiqué la Secrétaire d’Etat français chargée des Affaires Etrangères et des Droits de l’Homme, Madame Rama YADE, qui a été reçue en audience enfin de matinée du jeudi 26 février 2009 par l’Honorable Gloriose BARADANDIKANYA, Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale.

Madame Rama YADE qui s’est réjouie de la reprise des travaux parlementaires après plusieurs mois de blocage à l’Assemblée Nationale a salué le pas déjà franchi par le Burundi dans le processus démocratique, avec notamment la mise sur pied de la Commission Electorale Nationale indépendante (CENI) et la suppression de la peine de mort.

Tout en reconnaissant que le Burundi se trouve à la croisée des chemins, la Secrétaire d’Etat français aux affaires étrangères et aux droits de l’homme n’a pas manqué de signaler que les défis majeurs restent à surmonter, notamment dans le domaine de l’éducation, la gouvernance et la formation de l’armée. Elle a aussi mentionné la question de l’homosexualité, la lutte contre l’impunité, la mise sur pied du mécanisme de justice transitionnelle et les libertés d’opinion et de la presse.

La Deuxième Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale a rassuré la Secrétaire d’Etat français aux affaires étrangères et aux droits de l’homme. Preuves à l’appui, l’Honorable Gloriose BARADANDIKANYA a démontré que les droits de l’homme sont respectés au Burundi. Elle a salué le fait que le Sénat s’est déjà prononcé sur la question de l’homosexualité. « On attend les amendements issus du Sénat pour que l’Assemblée Nationale se penche dessus », a promis l’Honorable Gloriose BARADANDIKANYA qui a tout de même souligné que cette catégorie de gens n’est pas identifiée au Burundi.

Parlant du mécanisme de justice transitionnelle, elle a signalé que le processus est en cours de préparation au niveau du Gouvernement. La Deuxième Vice-présidente de l’Assemblée Nationale a aussi évoqué la question des Albinos. Le Parlement a délégué la Commission des Affaires Sociales, du Rapatriement, de l’Egalité des chances et de la lutte contre le Sida de l’Assemblée Nationale en province de RUYIGI. Le rapport de la Commission a été discuté en plénière. Beaucoup de recommandations ont été formulées à l’endroit du Gouvernement.

Toujours au sujet des Albinos, l’Honorable Gloriose BARADANDIKANYA s’est fait épaulé par le Président de ladite Commission. L’Honorable Norbert NDIHOKUBWAYO a remonté à la genèse de cette situation de massacres des albinos avant de dresser les doléances de cette catégorie de gens.

Selon lui, le Président de l’Association des Albinos souhaite le recensement général des Albinos dans tout le pays avant de les regrouper au chef-lieu des communes. Ce représentant souligne aussi que les albinos méritent une attention particulière. Les aides dont les lunettes et la crème pour leur peau devraient rentrer directement dans leur association au lieu de transiter par le Ministère de la Solidarité.

Au sujet des libertés de presse et d’opinion, elles sont sauvegardées, a rassuré la Deuxième Vice-présidente de l’Assemblée Nationale. Quand l’un ou l’autre est appréhendé, l’affaire est transmise à la justice.

Pour ce qui est de la mise au point du mécanisme de justice transitionnelle, le Vice-président de la Commission de la Justice et des Droits de la personne humaine a précisé l’existence d’une équipe à la Présidence de la République qui pilote le Dialogue National qui sera organisé au cours de cette année. L’Honorable Jean-Marie NDUWABIKE a ajouté qu’un atelier parrainé par une délégation de l’Union Parlementaire sur le projet de loi de mise en place de la Commission Indépendante des droits de l’Homme s’est tenu. Et de regretter que le projet avait omis les principes de Paris. La partie gouvernementale a rassuré qu’il y aura un nouveau projet de loi qui tient compte de ces principes de Paris.

Quant au processus de paix surtout avec l’intégration de la Force Nationale de Libération (FNL), le Président de la Commission des Finances, des Affaires Economiques et de la Planification a rassuré. Le processus va bon gré. Selon l’Honorable Evariste NSABIYUMVA, le Mouvement FNL demande le cantonnement de ses troupes et son agrément comme parti politique. La loi burundaise est claire là-dessus. Avant l’agrément, le Mouvement doit d’abord séparer la branche politique de la branche armée.

Au terme de cet entretien, l’un des deux Parlementaires qui composaient la délégation française a remis à la Deuxième Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale un cadeau d’amitié, geste qui a aussi été imité par la Secrétaire d’Etat français aux affaires étrangères et aux droits de l’homme.

Christine NAHIMANA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |