Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

La mesure du Gouvernement sur la gratuité de l’enseignement primaire a été accueillie avec joie par la population.

Publié mardi 16 mars 2010
:

La population a estimé la mesure du Gouvernement sur la gratuité de l’enseignement primaire a été salutaire, mais les défis restent nombreux à relever pour améliorer la mise en application de cette mesure. Cela est ressorti de l’évaluation menée par les honorables Députés membres de la Commission Education, de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, de la Culture et de la Communication, qui se sont rendus dans les provinces Cibitoke, Bubanza, Bujumbura et la Mairie pour évaluer l’impact de la mesure gouvernementale sur la gratuité de l’enseignement au primaire.

Comme cela a été exprimé par tous ceux qui ont été rencontrés- les gouverneurs des provinces, les responsables de l’enseignement, les parents ainsi que les élèves - la mesure de la gratuité a été accueillie avec soulagement par la population car elle est venue pour alléger le fardeau des parents qui se voyaient dans l’obligation de payer le minerval. Quant au groupe des vulnérables comme les Batwa, les orphelins et les veuves, la mesure a été salutaire. Après la mesure, plus aucune barrière ne subsistait pour ne pas envoyer son enfant à l’école : cela a eu comme conséquence que le taux de fréquentation dans toutes les écoles visitées a plus que doublé. Le retour massif des enfants qui avaient déjà dépassé l’âge de scolarisation a été remarqué dans les écoles primaires de ces provinces visitées. Un autre point positif a été que le taux de fréquentation des filles a sensiblement augmenté, et le taux des filles est presqu’égal à celui des garçons. Même si cette mesure a été accompagnée par la distribution du matériel scolaire comme les cahiers, les stylos, les crayons ainsi que la construction ou l’extension des écoles, les défis à relever dans ce secteur-clé de la vie du pays restent de taille.

Le besoin d’un grand nombre des écoles à construire se fait toujours sentir. Des manuels scolaires, les banc-pupitres, le matériel didactique pour les enseignants, les nouveaux manuels pour les nouveaux cours introduits restent en nombre insuffisant. Les sanitaires et l’eau potable n’ont pas suivi le grand nombre des élèves dans les écoles. Le temps scolaire se trouve sensiblement réduit et les écoliers sont surchargés. La question d’assurance des écoliers a été aussi soulevée.

Des solutions pour rendre cette mesure viable ont été proposées. Il a été préconisé la construction de plusieurs écoles et les équiper pour désengorger les salles de classe et améliorer la qualité de l’enseignement. La rénovation des vielles écoles est aussi à faire. Les formations et le recyclage des enseignants seraient un atout et devraient se faire pendant les vacances pour ne pas perturber les leçons. Pour faciliter le suivi sur terrain, les frais de fonctionnement devraient être perçus dans les délais. Rappelons que cette enquête a été menée du 22 au 25 février 2010.

Clarisse BIRARONDERWA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |