Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Missions à l’étranger

Le Deuxième Vice- Président de l’Assemblée Nationale a participé à la Huitième Conférence Annuelle des Présidents des Parlements Panafricains à Midrand en Afrique du Sud, du 4 au 5 Août 2016

Publié mardi 9 août 2016
parPetronie Bucumi
:
JPEG - 158.6 ko
Photo de famille de la délégation burundaise

Une délégation burundaise, conduite par le Président du Sénat, le Très Honorable Révérien NDIKURIYO accompagné du Deuxième Vice- Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Edouard NDUWIMANA, a participé du 4 au 5 août 2016 à la Huitième Conférence Annuelle des Présidents des Parlements Panafricains à Midrand en Afrique du Sud, où se sont rencontrés les Parlementaires provenant des 54 Etats Membres. Cette Huitième Conférence s’est réunie sous le thème : « De l’adoption à la ratification des traités de l’Union Africaine, en particulier le nouveau Protocole du Parlement Panafricain : quels gains pour l’Afrique ? ».

JPEG - 126.1 ko
Le Président du PAP prononçant son mot d’ouverture

La séance d’ouverture a été marquée par le discours du Très Honorable Roger NKODO DANG, Président du Parlement Panafricain (PAP) au cours duquel il a d’abord souhaité la bienvenue à tous les participants. Il a ensuite fait un petit résumé de ce qui a été réalisé lors de la 23ème Session Ordinaire du Sommet de l’Union Africaine où un certain nombre de décisions importantes destinées à promouvoir le développement socioéconomique et politique du continent ont été adoptées, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, du commerce et de l’autonomisation des femmes et des jeunes.

Le Très Honorable Roger NKODO DANG a également félicité l’Afrique de l’Ouest qui compte le plus grand nombre de pays ayant déjà ratifié le Protocole révisé de l’UA contrairement à l’Afrique Australe. Le Président du PAP a aussi fait savoir que, afin de traduire les valeurs partagées du panafricanisme en actions, il faut nécessairement accélérer la ratification, la domestication et la mise en œuvre des Chartes, des Protocoles et des Traités de l’UA. C’est grâce à la ratification que les Parlements nationaux et régionaux contribuent au processus d’intégration africaine, a-t-il renchéri.

JPEG - 168.5 ko
Vue partielle des participants à la Conférence

Tous les intervenants ont démontré les avantages de la Ratification pour l’UA et ses Etats Membres. C’est notamment promouvoir la démocratie sur le Continent en donnant aux peuples africains un peu plus de possibilités de donner leur point de vue sur le processus d’élaboration des politiques de l’UA, en particulier en ce qui concerne le développement et l’intégration économique, tel que proposé dans le Traité de la Communauté économique de l’Afrique. C’est aussi promouvoir les principes liés aux droits de l’homme, à la bonne gouvernance et à l’obligation redditionnelle dans chaque Etat membre, qui à leur tour indiquent la voie à suivre pour la paix et la stabilité.

C’est enfin mieux uniformiser les politiques des Etats membres par une meilleure intégration des cadres transnationaux-comme les lois-types-basées sur les valeurs et les pratiques partagées. Le Protocole du PAP a aussi été révisé. Parmi les révisions figurent celles relatives à la qualité de membre, aux élections , aux fonctions et aux pouvoirs. Entre autres exemples on peut citer :
-  L’augmentation obligatoire de la représentation des femmes qui passe de 1/5 à 2/5 ;
-  Les parlementaires élus ne sont plus, à présent choisis parmi les membres des parlements nationaux ;
-  Le mandat des membres du Parlement n’est plus désormais soumis aux conditions en vigueur au sein de leurs parlements nationaux respectifs ;
-  Initialement doté de simples pouvoirs consultatifs, le Parlement panafricain exerce à présent des fonctions législatives - les lois-types- et les domaines auxquelles elles s’appliquent sont approuvés par la Conférence.

JPEG - 150.6 ko
L’allocution du Deuxième Vice Président de l’Assemblée Nationale lors de la Conférence

Dans son allocution, le Deuxième vice- Président de l’Assemblé Nationale du Burundi, l’Honorable Edouard NDUWIMANA a fait savoir que l’année 2015 a été marquée par Les échéances électorales comme dans pas mal de pays africains, ce qui a freiné la ratification du Protocole. Il a aussi invité tous les pays membres du PAP à dire non à ceux qui veulent envahir nos pays sous n’importe quels prétextes.

Les participants à cette Conférence étaient les Secrétaires généraux des Parlements nationaux des Etats membres de l’UA, les Secrétaires généraux des Parlements régionaux, le Secrétaire général du Parlement Panafricain, les Secrétaires généraux adjoints du PAP, le Bureau du Secrétaire général du PAP et d’autres fonctionnaires du PAP, les partenaires au développement et la société civile dont les médias, les défenseurs des droits de l’Homme ainsi que des experts juridiques. Le dernier jour de ladite Conférence a été consacré à l’analyse du communiqué final qui a été adopté moyennant quelques amendements.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |