Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Le Deuxième Vice-Président de la République présente la mise en application du programme du Gouvernement en matière socio-économique pour le deuxième semestre 2017.

Publié jeudi 12 avril 2018
parChristine Nahimana
:

Le respect de la loi est un mot d’ordre cher au Deuxième Vice-Président de la République. Ce constat s’est dégagé quand l’Honorable Joseph BUTORE répondait mercredi 11 avril 2017 aux questions des Parlementaires réunis en congrès pour évaluer la mise en application du programme du Gouvernement au cours du deuxième semestre 2017 pour les 12 ministères sous sa tutelle.

JPEG - 60.4 ko
Le Deuxième Vice -Président de la République présentant le rapport

Les marchés de chèvres qui sont sommés de fermer à cause d’une maladie qui a frappé ce cheptel, la population qui est indemnisée suite aux travaux d’intérêt public mais qui revient occuper les terres dès que le programme se clôture, la non possession du document de transfert qui entraîne le non accès au service de contrôle technique ou alors les bourses qui ont tari pour certains étudiants burundais à l’étranger ; telles sont quelques inquiétudes soulevées par les Parlementaires. A propos de la fermeture des marchés de chèvres dans certains coins du pays, l’ordre est maintenu malgré le manque à gagner enregistré au niveau de la taxe communale, a précisé le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale avant de tranquilliser que la Banque mondiale, via le ministère en charge de l’élevage, a promis de faire des recherches pour éradiquer ce fléau. Tout comme l’Etat ne lèse personne, il ne tolère pas non plus qu’il soit lésé, a averti l’Honorable Joseph BUTORE au sujet des personnes indemnisées mais qui reviennent occuper leur domaine après l’exécution du programme du Gouvernement. Il sollicite aussi l’œil vigilant de tout citoyen pour dénoncer ce genre de comportement.

JPEG - 100.8 ko
Les Membres du Bureau du Parlement Burundais pendant la plénière

Concernant le non accès au servi de contrôle technique suite au manque du document de transfert, le Deuxième Vice-Président de la République conseille de couper court aux spéculations. Mieux vaut pratiquer cette opération de transfert aussitôt après la vente plutôt de contourner les frais de dédouanement en gardant le document de l’acquéreur qui a obtenu le véhicule dans des conditions particulières. Au sujet des bourses d’études à l’étranger, l’Honorable Docteur Joseph BUTORE a fait la part des choses. Si ce sont des étudiants qui ont obtenu les bourses d’excellence, le Gouvernement les prend en charge. Dans le cadre de la coopération, certains pays comme l’Algérie et l’Inde proposent des bourses d’études au Burundi. Le pays qui n’est pas en mesure d’assister ce monde révèle quand même le dossier. Les parents intéressés envoient alors leurs enfants à l’étranger sous leur propre frais. Mais dès l’arrivée de ces étudiants à l’étranger, certains parents passent outre le contrat pour réclamer l’assistance de la part du Gouvernement. « La contribution aux élections est volontaire », croit savoir un Parlementaire qui a rappelé que la mesure est consignée dans une ordonnance conjointe du Ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique et du Ministre des Finances, du Budget et de la Privatisation. Mais, à sa grande surprise, certains chefs hiérarchiques exigent le retrait à la source.

JPEG - 111.8 ko
Vue partielle des Membres du Gouvernement

Le Deuxième Vice-Président a avoué ne pas être au courant de cette situation. Néanmoins, il a nuancé les cas. Si l’employé accepte à son gré de contribué et que par après il pousse des grognes, c’est qu’il n’est pas du tout patriote, a-t-il expliqué. Tout en reconnaissant la pénurie des médicaments, le Deuxième Vice-Président a tranquillisé. Le Gouvernement déploie ses efforts pour rétablir la situation, a-t-il confié. Il est également conscient des dégâts causés par le débordement de la rivière NYABAGERE à cause des travaux de réhabilitation qui se sont clôturés sans que le cours d’eau arrive à bon port, c’est-à-dire dans le lac TANGANYIKA. Les bailleurs ont promis de reprendre les travaux, a-t-il rassuré.

Pour les localités dont l’alimentation en eau potable ou en électricité demeure un casse-tête, le problème devrait être débattu au sein du conseil communal qui pourrait en faire la priorité pour l’usage du budget annuel de 500.000.000 FBU alloué à chaque commune. Certes, ce budget peut être insignifiant par rapport à ce projet costaud, mais l’essentiel est d’essayer. Le projet pourrait par exemple être échelonné sur trois ou quatre ans, le Gouvernement intervenant en dernier recours. A noter aussi que l’intercommunalité est reconnue. Par ailleurs, le Ministère de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme a enregistré, à son actif, le mesurage et le bornage des terres domaniales et des parcelles des particuliers. Ainsi, à Gashikanywa, on a dénombré 250 terrains pour 633 ha ; à Kiganda, on en a inventorié 148 pour 647 ha et à Matana, 139 pour 609 ha. Sur cinq communes choisies, on a donc relevé 537 terrains domaniaux tandis que 1.135 parcelles des particuliers ont été bornées et mesurées.

JPEG - 142 ko
Vue partielle des Parlementaires

Le Ministère des Finances, du Budget et de la Privatisation ; le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage ; le Ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida et le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de le Recherche scientifique sont sous la tutelle de la Deuxième Vice-Présidence. D’autres ministères du ressort du secteur socio-économique sont le Ministère des Postes, des Technologies, de l’Information, de la Communication et des Médias ; le Ministère de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme ; le Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme et le Ministère de l’Energie et des Mines. Pour clôturer la liste, il faut ajouter le Ministère du Développement communal ; le Ministère des Transports, des Travaux publics et de l’Equipement ; le Ministère des Droits de la Personne humaine, des Affaires sociales et du Genre ; et enfin, le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |