Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Le Deuxième Vice-Président de la République présent aux Honorables Députés le Cadre Stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté, Deuxième génération (CSLPII)

Publié lundi 30 janvier 2012
parChristine Nahimana
:

C’est lors de la séance plénière de ce vendredi 20 janvier 2012, que l’Honorable Gervais Rufyikiri a rappelé aux honorables députés que les principales étapes du processus. D’abord le coup d’envoi des activités relatives aux consultations du CSLPII a été lancé par le Président de la République en province de Kayanza en date du 2/11/2010. Ce large débat social inclusif a ensuite fait l’objet d’un atelier les 22 et 23 juin 2011 avant d’être validé par les partenaires au développement respectivement en date du 13 janvier 2012 pour le forum et 18 janvier 2012 en conseil des Ministres. Il a aussi fait savoir que le but de cette séance était d’informer les honorables députés sur le contenu du CSLP II en vue d’en faire leur appropriation. L’accélération du reste des étapes explique également la convocation de la session extraordinaire, a-t-il précisé. L’innovation de ce CSLP II est que l’image de l’économie burundaise va changer. Alors que l’agriculture était la base de l’économie, celle-ci va dorénavant se tourner vers les secteurs qui favorisent la création d’emplois, comme l’a indiqué Monsieur Léon NIMBONA. Le secrétaire permanent du REFES a poursuivi que quatre axes composent le CSLP II :

  1. Axe 1 : Renforcement de l’Etat de droit, consolidation de la bonne Gouvernance et promotion de l’égalité du genre.
  2. Axe 2 : Transformation de l’économie burundaise pour une croissance soutenue et créatrice d’emplois.
  3. Axe 3 : Amélioration de l’accessibilité et de la qualité des services sociaux de base et renforcement du socle de la protection civile.
  4. Axe 4 : Gestion de l’espace et de l’environnement en harmonie avec le développement durable.

Tout en appréciant le CSLPII, les honorables députés ont émis quelques inquiétudes. Ils ont entre autres demandé si les objectifs du CSLP I ont été atteints.

Selon le rapport du CSLP I, un pas a été franchi en matière de développement du capital humain dans les domaines de l’éducation et de la santé avec la mesure de gratuité de l’enseignement primaire et des soins des mères et enfants de moins de 5 ans. L’effectif des écoles construites durant les 5 ans passés dépasse celui déjà connu depuis l’indépendance du pays. En considérant les établissements secondaires déjà construits, l’avenir de la jeunesse est à coup sûr prometteur. D’autres preuves sont les routes nouvellement construites en Mairie de Bujumbura. Un autre indicateur est le PIB/habitant qui est passé de 100 dollars en 2005 à 215 dollars. La preuve de ce léger mieux dans les ménages est l’embouteillage qui s’accentue dans les rues de Bujumbura et le programme de villagétisation qui s’étend de plus en plus dans le pays. Mais comparativement aux autres pays, le chemin est encore long, a reconnu le Deuxième Vice-Président de la République qui prône le changement de mentalité en matière des droits des femmes. L’honorable Gervais Rufyikiri garde également l’espoir de réinstaurer les réformes en agriculture.

D’autres représentants du peuple ont jugé que le CSP II est un programme ambitieux alors que le budget de l’Etat ne suit pas. L’honorable Gervais Rufyikiri a conseillé de ne pas s’appuyer sur ce prétexte. Il reste confiant que les Burundais sont capables de beaucoup de choses, l’essentiel étant d’être laborieux. Il a invité tout un chacun de répondre aux travaux de développement communautaire organisés chaque samedi. Il a aussi rappelé qu’en matière de développement, il faut être compétitif comme c’est le cas au marché. L’apport du secteur privé qui sera soutenu par l’Etat , la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et le renforcement de la sécurité sont les autres voies de garantir la promotion de l’économie nationale.

Vous saurez que deux ministres avaient accompagné le Deuxiéme Vice-Président de la République à l’hémicycle de Kigobe. Il s’agit de la ministre de l’agriculture et de l’élevage, Madame Odette Kayitesi et celui de l’énergie et des mines, Monsieur Côme Manirakiza.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |