Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Le Parlement se préoccupe de l’éducation.

Publié mardi 31 octobre 2017
parChristine Nahimana
:

L’esprit d’humilité devrait être ancrée dans toute personne, a souhaité le Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale samedi 28 octobre 2017 lors des cérémonies de l’ouverture solennelle de l’année jubilaire d’or 2017-18 du Lycée Sainte Thérèse de Mushasha, ex Ecole Normale des Filles (ENF) de Gitega.

Occasion de festivités et de retrouvailles, cette journée qui a rassemblé les anciens élèves et collègues a été aussi rehaussée par la présence des Membres du Bureau du Parlement. Ainsi, l’Honorable Agathon RWASA qui se dit membre de la famille par transitivité, étant donné que son épouse, Madame Annonciate HABERISONI fut élève à cet établissement a tour à tour présenté le Premier Vice-Président du Sénat, l’Honorable Spès-Caritas NJEBARIKANUYE qui a presté à cette institution et le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée nationale, l’Honorable Jocky Chantal NKURUNZIZA, ancienne élève de l’école. Les trois personnalités ont alors salué l’assemblée présente.

D’emblée, a commenté l’Honorable Agathon RWASA, on croirait que ce sentiment d’humilité est simple. Pourtant, a-t-il nuancé, l’humilité n’est pas si simple ça puisque c’est justement le manque d’humilité qui a été la porte d’entrée de tous les maux. Une réussite dans la vie s’accompagne d’un sentiment d’orgueil, a-t-il démontré avant d’illustrer ses propos par le cas d’un élève brillant qui se moque de ses camarades. Le Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale a également recommandé de positiver la vie. La foi aide à traverser des épreuves. Il a d’ailleurs comparé le découragement à un téléphone portable déchargé qui ne sert plus à rien. S’il est rechargé, il redevient fonctionnel. De même, la foi nous ravive quand nous sommes désespérés.

Cette année jubilaire d’or est une occasion de délivrance, une période de remettre le compteur à zéro en matière de dettes, a conseillé l’Honorable Agathon RWASA qui a quand même reconnu que la dette de l’amour est insolvable. Il a par ailleurs invité tout un chacun à contribuer pour l’édification de l’école. Pour sa part, il a promis un don de 5 tours du camion rempli de sable.

JPEG - 110.8 ko
Vue partielle de certains Membres du Bureau du Parlement pendant les cérémonies de l’année jubilaire d’or de l’ENF

Ces cérémonies ont été ouvertes par une célébration eucharistique. Dans son homélie, l’Archevêque de Gitega a d’abord félicité le Lycée Sainte Thérèse de Mushasha pour ses 50 ans au service de la Nation et de l’Eglise. Monseigneur Simon NTAMWANA a aussi confié que le choix de Sainte Thérèse comme patronne de l’établissement n’est pas un fait du hasard. Elle considérait Dieu comme un Père-Amour. Elle a adopté l’attitude d’un petit enfant dans sa relation avec Dieu. Elle a compris à l’avance les relations entre l’enseignant et l’élève.

Quant à la Directrice du Lycée Sainte Thérèse de Mushasha, elle a dressé l’historique de l’établissement qui a été fondé grâce à l’initiative du Ministre des Affaires Sociales qui a inspiré à la Congrégation des Bene Tereziya l’idée de fonder une école sociale. C’était en 1964, a précisé Sœur Polémie NSAVYIMANA qui a expliqué que cette communauté a plutôt opté pour la section pédagogique, étant donné que les écoles sociales existaient déjà. Cette institution qui a changé de noms suivant les époques a ouvert en 1968 son cycle préparatoire à Mushasha, là où est actuellement érigé le Lycée Régina Pacis.

JPEG - 119.6 ko
Vue partielle des élèves de l’ENF

Ecole Moyenne Pédagogique (EMP) de 1968 à 1972, l’établissement qui est devenu Ecole Normale des Filles (ENF) en 1972 a déménagé sur l’actuel site et a sorti sa première promotion en 1976 avec 22 lauréates dont huit étaient présentes à ces festivités. De 1986 à 1991, l’établissement est passé entre les mains des laïcs et a admis en son sein les garçons. En 1991, la Congrégation des Bene Tereziya a repris son patrimoine scolaire sous l’appellation de Lycée Sainte Thérèse de Mushasha. Elle compte aujourd’hui cinq sections (Pédagogique, Lettres, Sciences, Sociale, Technique). L’établissement a déjà enregistré 3501 lauréats et gagné plus de 30 coupes.

Par ailleurs, la Directrice du Lycée Sainte Thérèse de Mushasha a particulièrement remercié les deux premières dirigeantes de l’établissement, respectivement Soeur Joséphine NDABEMEYE et Soeur Jacqueline AKOBAHEVYE qui ne sont plus de ce monde. Elle n’a pas manqué de louer la Suisse et l’Allemagne qui ont beaucoup contribué pour la fondation de l’école.

La première promotion a agrémenté les cérémonies en chantant l’hymne de l’ENF. La journnée a été clôturée par le partage d’un verre d’amitié. Cette année jubilaire d’or prendra fin le 12 mai 2018.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |