Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale a participé à un atelier organisé par la CAFOB

Publié jeudi 17 mai 2012
parClarisse Biraronderwa
:

L’Atelier d’information des cadres du Gouvernement sur les points saillants du CSLP II a été organisé par le Collectif des Associations et ONG féminines du Burundi (CAFOB) à l’Hôtel Helena de Gitega. Le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Mo-Mamo Karerwa a participé aux activités de cet atelier, c’était en date du 16 mai 2012.

Comme l’a indiqué le Point Focale de CAFOB à Gitega, dans son mot de bienvenu, elle a fait savoir que cet atelier a été organisé dans le cadre du projet « Pour une voix forte de la femme dans la consolidation de la paix et la réconciliation au Burundi », projet qui part du CSLP II, pour identifier les priorités de la femme dans la mise en œuvre du CSLP II.

Ce collectif a accompagné dans l’élaboration du CSLP II, et a proposé des stratégies d’intégration du genre. Le CAFOB a saisi cette occasion pour remercier le SEP/REFES qui a tenu à impliquer les femmes et inclure dans le CSLP II les priorités exprimées par les femmes. Ainsi donc, cet atelier visait à informer sur les priorités de la femme relevées dans le CSLP II et analyser comment elles pourraient être mises en application au niveau provincial ainsi qu’au niveau national.

Etaient invités à cet atelier les administrateurs communaux, les membres des conseils communaux de toutes les communes de la province Gitega, les élus collinaires, le représentant du Gouverneur de Gitega ainsi que deux représentant du Parlement.

Les thèmes développés au cours de cet atelier ont porté sur les priorités des femmes à travers le CSLP II et le plan de suivi de la mise en œuvre du CSLP II par les organisations féminines. Dans le premier thème, l’exposant a rappelé que l’atelier avait pour but de parler des priorités exprimées par les femmes de la base au sommet, qui aideront à éliminer les barrières au développement de la femme burundaise. Le CAFOB a rappelé que la prise en compte de la dimension genre dans le processus du développement devrait être un préalable car, la femme burundaise assure un apport important dans le développement du pays. Les 18 priorités présentées par les femmes de tous les niveaux sociaux ont été exposées et ont été classées à les joignant aux engagements du Gouvernement contenus dans le CSLPII, en suivant les quatre axes du CSLP II, à savoir :

- le renforcement de l’Etat de droit, la consolidation de la bonne gouvernance et la promotion de la démocratie ;
- la transformation de l’économie burundaise pour une croissance soutenue et créatrice d’emplois ;
- l’amélioration des taux d’accès et de qualité des services de base et renforcement de la protection sociale ;
- la gestion de l’espace et de l’environnement pour un développement durable.

Ainsi, elle a insisté sur l’action principale de stimuler la femme de se défaire du côté négatif de la tradition et de participer activement à la vie politique et publique de son pays. Cela, par une mise en place des mécanismes et des actions concrètes. Elle a ajouté que si ces 18 priorités sont intégrées dans les plans communaux de développement, rien ne pourra bloquer leur mise en exécution.

De plus, au Burundi, l’économie repose sur l’agriculture, et la femme burundaise est majoritaire dans ce secteur. D’où la priorité d’investir en agriculture pour stimuler la production, ce qui pourrait soutenir le secteur secondaire et tertiaire. Ces associations préconisent la disponibilisation des fonds de capitaux et la création des institutions de microcrédit pour appuyer les microprojets des femmes et des jeunes. Pareillement, la modernisation de l’agriculture assurerait plus de rentabilité à la population. Ceci serait aussi une solution durable contre l’exode rural.

Elle a insisté que le développement de la femme nécessite des moyens financier, d’où un appel lancé au Parlement de voter les budgets octroyés à l’exécution des besoins de la femme intégrés dans les programmes de développement des communes.

Dans son intervention, le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale a précisé que la lutte ne doit pas seulement concerner le relèvement de la femme, mais l’égalité de tous en tant qu’être humain. L’Honorable Karerwa Mo-Mamo a fait savoir que cela ne doit pas être une action des femmes seulement, et a conseillé que les efforts utilisés pour sensibiliser la femme soient redoublés pour sensibiliser aussi les hommes afin qu’eux aussi se lèvent pour l’égalité de la personne humaine.

Elle a continué en avertissant que des sensibilisations accrues sont nécessaires pour qu’on aboutisse au changement des mentalités, et à l’ouverture d’esprit.

Quant au plan de suivi de la mise en œuvre du CSLP II, par les organisations féminines, ces dernières se sont engagées d’apporter leur pierre à l’édifice pour que le CSLP II soit mise en application.

A cela, le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale a souligné que le rôle du Parlement sera joué comme il se doit, à savoir le vote des lois et le suivi de l’action gouvernementale. Elle a par la même occasion demandée que l’administration locale et les élus aient du temps suffisant d’étudier le contenu du CSLP II afin de prendre des engagements entre le Parlement, l’exécutif et les associations féminines des actions à mener.

Enfin, elle a demandé à tous, même les organisations de la société civile, de s’approprier le CSLP II et de fournir leurs efforts pour que les bailleurs financent son contenu.

Signalons qu’à la fin de l’atelier, un forum d’échanges de Gitega a été mise en place. Il est composé des parlementaires, des représentants de l’administration locale, des élus communaux et collinaires, ainsi que des membres des associations féminines.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |