Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Descentes à l’intérieur du pays

Le Président de la Chambre Basse du Parlement effectue une descente en province de Mwaro

Publié samedi 18 mars 2017
parNikiza Providence
:

« Il est plus que jamais nécessaire que la population connaisse le rôle joué par celui qu’elle a mandaté pour qu’il la représente au niveau du parlement » Tels sont les propos tenus le vendredi 17 mars 2017 par le Président de l’Assemblée Nationale Très Honorables Pascal Nyabenda au cours d’une réunion qu’il a tenu à l’endroit des natifs de la province Mwaro.Les Parlementaires élus dans cette circonscription, les responsables de différents services dans cette province ,les administratifs ainsi que les chefs collinaires ont répondu massivement au rendez-vous.

JPEG - 69 ko
Le Président de l’Assemblée Nationale s’adressant aux participants à la réunion

Cette réunion s’inscrit dans la poursuite de l’objectif que s’est fixé le Numéro Deux burundais visant la sensibilisation de la population sur le rôle et le fonctionnement de l’Assemblée Nationale. Dans son mot d’accueil, le gouverneur de la province Mwaro a fait savoir que la paix et la sécurité sont une réalité dans cette province et les citoyens vaquent à leurs activités quotidiennes.

Il se réjouit du fait que la population de la province Mwaro a déjà compris l’importance et le bienfondé de l’école fondamentale. Cependant, il regrette que sa province enregistre un taux élevé des cas d’abandons scolaires ayant pour cause la pauvreté d’une part, et d’autre part l’épidémie de malaria. Le gouverneur de la province Mwaro a également signalé le manque de moyen pour la réhabilitation des infrastructures scolaires qui ont été endommagées par les vents violents ces derniers jours.

Avant d’entrer dans le vif du sujet du jour, le Président de l’Assemblée Nationale a remercié la population de Mwaro qui, au cours des insurrections de 2015 est resté calme et sereine. Parlant du rôle et du fonctionnement de l’Assemblée Nationale ; le Très Honorable Pascal Nyabenda a fait savoir qu à part le contrôle de l’action gouvernementale et du vote des lois, les Parlementaires ont aussi le devoir d’effectuer les descentes sur terrain pour se rendre compte de la mise en application des lois votées.

JPEG - 100.3 ko
vue partielle des participants

Le Numéro Deux burundais leur a expliqué la structure de l’Assemblée Nationale et la répartition des Honorables Députés dans les différentes commissions permanentes. Il leur a aussi parlé de l’origine et le circuit que prend un projet de loi jusqu’à ce qu’il soit voté en séance plénière. Le Bureau de l’Assemblée Nationale est donc composé de trois Honorables Députés issus de différents partis politiques et doivent nécessairement être d’ethnies différentes.

L’Assemblée Nationale dispose également des commissions permanentes qui regroupent les Honorables Députés dans les différents domaines. On citera entre autres la commission chargée des questions politiques, la commission chargée de la bonne gouvernance, la commission des droits de l’homme, la commission chargée des finances, la commission chargée des questions de défense et de sécurité, la commission de l’agriculture et de l’élevage, la commission chargée des questions sociales et la commission ayant en charge l’éducation.

En effet, selon les besoins de la population, les différents ministères élaborent et proposent les projets de lois au conseil des ministres avant de les envoyer à l’Assemblée Nationale pour qu’ils soient étudiés, analysés et adoptés a précisé le Très Honorable Pascal NYABENDA. Une fois arrivée à l’Assemblée Nationale a- t- il poursuivi, ces projets de loi doivent être étudiés d’abord au niveau des commissions permanentes selon leurs domaines. C’est à ce niveau même que la population devrait amener leur contribution en ce qui est des articles et alinéas que comprendront ces projets de lois a – t- il martelé.

Le Président de l’Assemblée Nationale a enfin signifié que après le travail des commissions permanentes saisis au fond, ces projets de lois sont analysés et adoptés au cours de la science plénière. Le Président de l’Assemblée Nationale Très Honorable Pascal Nyabenda a également parlé du volet socioéconomique. Il a demandé aux administratifs de Mwaro de profiter de la décentralisation communale et ne pas rater les cinq cents millions alloués à chaque commune comme ça été pour certaines communes qui ne remplissaient pas les conditions requises. Il a demandé aux administrateurs de toujours impliquer la population locale dans la réalisation des projets de développement pour que cet argent soit bénéfique pour la population de la même commune.

Sur le plan social, le Numéro Deux burundais a insisté sur la maitrise de la démographie galopante qui constitue un handicap majeur pour le développement. La polygamie et le concubinage sont aussi à la base de la croissance démographique au Burundi a-t-il ajouté. Il a également parlé de la consommation des boissons prohibées qui sont non seulement nuisibles à la santé de la population mais aussi sont sources d’insécurité dans les ménages.

Sur le plan politique, le Président de l’Assemblée Nationale a enfin parlé du dialogue inter burundais qui est en cours. Il regrette que certains burundais pensent que le dialogue qui se tient à Arusha aboutira à un gouvernement de transition qui les amènera au partage des postes politiques, ce qui ne se réalisera jamais car dit- il les burundais n’ont pas encore besoin d’un Arusha Numéro Deux. Il les encourage plutôt à se préparer aux élections de 2020 . Ainsi le gouvernement du Burundi ne va pas dialoguer avec les putschistes comme le souhaitent certains pays occidentaux, ces putschistes doivent plutôt répondre de leurs actes car le gouvernement ne peut en aucun cas soutenir l’impunité dans le pays a –t-il poursuivi.

JPEG - 117.9 ko
Vue d’ensemble des participants à la rencontre

Les participants à cette réunion ont eu l’occasion de soulever leurs doléances. On citera entre autre la question liée aux ’imperfections contenant dans la loi régissant les marchés publics , la traduction en kirundi de la loi portant prévention, protection des victimes et répression des violences basées sur le genre, ainsi que l’insuffisance d’infrastructures scolaires et des enseignants , la hausse du taux de représentions de la communauté des batwa dans les institutions.

Sur la question des irrégularités rencontrées dans la loi sur les marchés publics, le Président de l’Assemblée Nationale a signifié qu’il y a un projet de loi en cours qui sera adopté d’ici peu de temps. S’agissant de la traduction de la loi sur le genre, le Numéro Deux burundais a fait savoir qu’il va soumettre cette question aux organes concernés. Sur la question de la hausse du taux de représentation pour l’ethnie twa, il leur a demandé d’intégrer aux partis politiques pour une représentation effective.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |