Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Le Projet de loi portant Création et Gestion des aires protégées au Burundi adopté par l’Assemblée Nationale

Publié lundi 4 avril 2011
parChristine Nahimana
:

Les Honorables Députés ont analysé le Projet de loi portant Création et gestion des aires protégées au Burundi au cours de la séance plénière du 1er avril 2011 et l’ont adopté à l’unanimité : 94 Voix POUR sur 94.

Dans son exposé des motifs sur le Projet de loi en question, le Ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme qui avait représenté le Gouvernement a fait savoirque la mise en place d’une législation sur la création et gestion des aires protégées au Burundi est d’une importance indiscutable. D’ailleurs, les autorités du Burundi sous la Deuxième République avaient très vite compris la nécessité de création et gestion des aires protégées au Burundi. Le décret lois n°1/6 du 3 mars 1980, quoique lacunaire, consacre la création des parcs nationaux et des réserves naturelles.

Le législateur a donc voulu corriger les faiblesses constatées dans ce décret-loi. Les objectifs poursuivis à l’époque et qui restent valables actuellement sont :

- Assurer la sauvegarde des milieux propices à la poursuite du déroulement de l’évolution biologique ;

- Assurer la préservation de la biodiversité pour la protection des ressources génétiques indispensables notamment à l’amélioration de plantes cultivées et pour l’obtention des plantes médicinales ;

- Assurer le maintien des fonctions régulatrices du climat, la régulation des régimes hydrographiques et la régulation des populations des ravageurs ;

- Poursuivre les recherches sur l’environnement naturel en vue de fournir des prescriptions pour le développement rural intégré ;

- Assurer la protection des bassins versants, en particulier contre l’érosion et la sédimentation ;

- Contribuer à la protection et à la conservation de la faune sauvage ;

- Offrir un potentiel pour les activités récréatives ;

- Se conformer aux engagements du pays à l’échelle internationale en matière de la protection des ressources naturelles et de leurs habitats ;

- Promouvoir l’utilisation des ressources naturelles pour la population actuelle et future.

Diverses questions ont été posées notamment celle en rapport avec les hippopotames qui ravagent les cultures plantées sur des lisières des aires protégées ou font des victimes le long du lac Tanganyika. Les propriétaires ne savent pas à quel saint se vouer parce qu’il est interdit de tuer ces animaux.

Le Ministre de l’Eau, l’Environnement, l’Aménagement du Territoire et l’Urbanisme a répondu que dans le cas où ces animaux dépassent cette zone tampon (1000m au-delà de l’aire protégée), c’est le gouvernement qui est responsable de ces dommages causés. Malheureusement, la population s’est appropriée des zones tampons où les animaux prennent du soleil et, de ce fait, ces bêtes endommagent ces champs. Il est alors mieux de retourner aux anciennes frontières des zones tampon de ces aires protégées.

Concernant l’hippopotame qui a déjà fait des victimes le long du lac Tanganyika sur le tronçon Rutunga-Magara, le MinistreJean Marie Nibirantije a déploré que cette brute ait fait des victimes. Il a ajouté que le problème est causé par les constructions qui sont faites le long du lac à moins d’une dizaine de mètre à l’eau. L’animal se sent alors menacé.

A la question en rapport avec une prochaine disparition de l’espèce endémique du faux palmier à cause de l’extension quotidienne du cimetière de Mpanda dans la province de Bubanza, le Ministre de l’Eau, l’Environnement, l’Aménagement du Territoire et l’Urbanisme a dit que le cimetière ne menace pas les arbres endémiques car la tombe est creusée à quelques mètres du tronc du faux palmier.

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |