Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Descentes à l’intérieur du pays

Les mesures drastiques de la note circulaire portant réintégration et transfert des élèves du secondaire allégées

Publié mardi 28 août 2012
parClarisse Biraronderwa
:

Faisant suite aux conclusions de la séance des questions orales avec débat du 17 août 2012, où les Honorables Députés ont reçu des éclaircissements sur les réformes de l’enseignement et la note circulaire signé par le Ministre ayant l’enseignement de base et secondaire dans ses attributions, la Commission permanente de l’Education, de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, de la Culture et de la Communication, avait été chargée par la plénière d’approfondir les réponses fournies par le Ministre sur des décisions citées dans ce circulaire, décisions considérées par les parents comme une barrière à l’éducation pour tous et une suppression de facilité de demander une place à l’école pour son enfant.

Sitôt dit, sitôt fait. Lors de la séance plénière du 28 août 2012, la Commission ayant en charge l’éducation a rendu le rapport-synthèse des échanges entre les membres de la Commission de l’Education, de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, de la Culture et de la Communication et le représentant du Ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation sur la note circulaire n°620/CAB.MIN/06 du 28 juin 2012 portant réintégration et transfert des élèves du secondaire, Edition 2012.

Comme la Présidente de cette Commission l’a fait savoir, cet échange a permis d’apporter des modifications significatives sur les mesures stipulées dans ce circulaire et qui étaient considérées par les parents comme un handicap. Ainsi donc, dans les vingt mesures de la circulaire, ceux qui étaient considérées comme rigoureux et qui exigeaient la décision de l’Administration Centrale pour avoir une place après changement de section, changement de province, des modifications ont été faites pour que la Direction Provinciale de l’Enseignement s’occupe de ces cas et fasse un rapport à l’Administration Centrale.

Quant aux transferts du privé au public, du communal au public et du privé au communal qui étaient interdits, il a été convenu que cela peut se faire moyennant l’accord de l’Administration Centrale qui analysera si l’élève avait réussi au concours national.

La commission permanente de l’Education a fait savoir que la note circulaire est déjà en application au niveau des directions scolaires et ces derniers en font une interprétation soit positive ou négative pour donner une place à un élève.

L’autre constat de la Commission a été que pour admettre les rapatriés, une attestation de réussite au concours national est exigée alors qu’il y a des rapatriés qui n’ont pas fait le concours national car ils étudiaient dans un système qui ne faisait pas passer ce concours. Il a été proposé qu’il est du ressort du Ministère de juger sur ces cas et décider dans quelle classe les mettre.

Malgré ces changements apportés, la plénière a jugé que des améliorations restent à faire. Les Honorables députés ont exprimé leur souhait de voir l’effectivité de la décentralisation dans le Ministère ayant l’enseignement de base et secondaire dans ses attributions afin que les décisions prises par l’Administration Centrale descendent au niveau provincial et communal. Ils ont demandé que les Directions Communales d’Enseignement (D.C.E) soient dotées des moyens suffisants pour s’occuper de ces cas et transmettre des rapports aux échelons supérieurs.

Mais pour ne pas perturber la préparation de la rentrée scolaire de l’année 2012-2013 et étant donné le peu de temps qui reste avant l’ouverture, la Commission de l’Education, de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, de la Culture et de la Communication a été chargée encore une fois par la plénière de continuer à approfondir ces mesures avec le Ministère ayant l’enseignement de base et secondaire dans ses attributions pour que la décentralisation soit totale. Aussi, il a été demandé de s’assurer que le Ministère fasse une vulgarisation de cette note circulaire dans le but que les directions scolaires, les parents et les élèves comprennent de la même façon ces mesures.

Rappelons que cette note circulaire avait été sortie après une descente de la Commission de l’Education pour évaluer l’année scolaire écoulée et a recommandé au Ministère concerné de rapprocher les instances de décision à la population et leur éviter des longs déplacements vers Bujumbura.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |