Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Ouverture de la session parlementaire ordinaire d’octobre 2010

Publié mardi 5 octobre 2010
:

C’est dans l’après-midi du lundi 04 octobre 2010 que le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma a procédé à l’ouverture de la session parlementaire ordinaire d’octobre. Après avoir remercié les invités d’honneur pour avoir rehaussé de leur présence les cérémonies d’ouverture, le Président de la Chambre basse du Parlement burundais a rappelé les grandes activités qui ont été réalisées par les Honorables Députés au cours de leurs vacances parlementaires.

A titre indicatif, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma a fait savoir qu’au niveau de la Communauté Est-Africaine, il s’est tenu à Kigobe, du 12 au 24 septembre 2010, la 4ème session de l’Assemblée Législative de l’Afrique de l’Est. Parmi les questions qui étaient inscrites à l’ordre du jour, a-t-il précisé, il y avait, entre autres, des projets de lois relatifs à l’aviation civile, à l’administration publique et aux élections au sein des Etats partenaires de la Communauté. Et d’ajouter qu’en marge de cette 4ème session, l’Assemblée Législative de l’Afrique de l’Est a aussi organisé une réunion interactive avec les Députés et Sénateurs burundais centrée sur le fonctionnement des organes de la Communauté et les activités déjà réalisées.

Dans le domaine de la diplomatie parlementaire, le Président de l’Assemblée Nationale a souligné que les membres du Bureau de cette institution ont représenté cette dernière dans des rencontres interparlementaires qui ont eu lieu en Afrique et en Europe. Il a aussi reçu en audience Son Excellence Joseph Weiss, Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Burundi, ainsi que Son Excellence Yu Xuzhong, Ambassadeur de la République Populaire de Chine au Burundi, venus en visite de courtoisie.

Des descentes sur terrain ont également été effectuées, a indiqué l’Honorable Pie Ntavyohanyuma. A côté de la présence à Gitega de l’Honorable Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale aux cérémonies de présentation du bilan des activités réalisées par le Projet Tubirengere de l’ONG THARS opérant dans la région des Grands Lacs, a-t-il nuancé, les Honorables Députés de la circonscription de Bubanza ont collaboré avec l’administration et les responsables locaux de la Police et de l’Armée pour s’enquérir sur terrain de la situation sécuritaire qui prévalait aux environs des forêts naturelles de la Rukoko et de la Kibira. Se basant sur l’importance de la session, le Président de la Chambre des Députés a précisé que dès le lendemain, ils auraient à mettre sur pied des Commissions permanentes et les Bureaux de ces Commissions. Cette session est dite, a rappelé le Président de l’Assemblée Nationale, une session budgétaire. Elle est en effet consacrée, a-t-il expliqué, en grande partie à l’analyse et au vote de la loi budgétaire. Cette loi, a-t-il renchéri, est très importante, dans la mesure où elle accorde à l’Etat les moyens nécessaires pour s’acquitter de ses missions. Et de demander au Gouvernement de leur envoyer, dans les délais les meilleurs, le projet de loi budgétaire pour l’exercice 2011 afin qu’il soit bien analysé par l’Assemblée Nationale.

Parlant des missions de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma est revenu sur le contrôle de l’exécution des dépenses allouées à l’Etat. Ainsi, a-t-il martelé, au cours de cette session, l’institution se penchera sur le rapport de contrôle de l’exécution du Budget général de l’Etat, exercice 2009 pour l’année budgétaire 2009. Il a saisi cette opportunité pour demander à la Cour des Comptes d’apprêter à temps les documents y relatifs.

Au cours de cette session, a souligné l’Honorable Pie Ntavyohanyuma, l’Assemblée Nationale aura également à analyser et adopter les projets de lois envoyés par le Gouvernement. Et de dresser la liste de ces projets de lois :

1. Le projet de loi portant système national de normalisation, métrologie, assurance de la qualité et essais ;

2. Le projet de loi portant règlement des comptes de la République pour l’exercice 2008 ;

3. Le projet de loi portant stratégie nationale de développement de la statique au Burundi (SNDS-Burundi) 2010-2014 ;

4. Le projet de loi portant code des sociétés ;

5. Le projet de loi portant création de la commission nationale indépendante des droits de l’homme ;

6. Le projet de loi portant révision de la loi N0 1/014 du 22/9/2003 portant missions, composition, organisation et fonctionnement de l’Observatoire National pour la prévention et l’éradication du génocide ; des crimes de guerre, des autres crimes contre l’humanité et de l’exclusion ;

7. Le projet de loi portant statut des anciens combattants ;

8. Le projet de loi portant ratification par la République du Burundi du protocole de la cour de justice de l’Union Africaine ;

9. Le projet de loi portant protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme ;

10. Le projet de loi portant exercice de la profession vétérinaire ;

11. Le projet de loi portant Révision du Code Foncier du Burundi ;

12. Le Gouvernement a aussi envoyé à l’Assemblée Nationale, pour examen, le document de vision « Burundi 2025 ».

L’analyse des projets de lois se fait essentiellement dans les commissions Permanentes, a rappelé l’Honorable Pie Ntavyohanyuma qui a demandé aux membres du Gouvernement concernés par les différents projets de lois de se rendre disponibles lors des travaux en commissions. En ce qui concerne les Honorables Députés, a-t-il ajouté, il sera procédé au renforcement de leurs capacités par des séances intensives de formation et d’information, en vue de leur permettre de s’acquitter au mieux de leur mission.

S’adressant à ses collègues Députés, le Président de l’Assemblée Nationale n’a pas douté qu’ils donneraient le meilleur d’eux-mêmes au cours de la session qui venait de commencer ce jour-là. Avec des idées diversifiées, peut-être différentes, mais constructives, a nuancé l’Honorable Pie Ntavyohanyuma qui a conseillé ses collègues Députés de se montrer capables de dialoguer, à travers un débat contradictoire, de tirer profit de leur complémentarité, pour bien étudier les lois, exercer le contrôle de l’action gouvernementale et participer ainsi à asseoir la bonne gouvernance dans leur pays. A travers l’accomplissement de notre mission, a-t-il poursuivi, montrons-nous capables d’empathie à l’égard de nos électeurs par rapport auquel nous aurons permanemment, tout au long de cette législature, le devoir de redevabilité.

Le numéro deux burundais a aussi indiqué que les travaux de cette session s’ouvraient au moment où Son Excellence le Président de la République venait de rendre public le programme du Gouvernement pour ces cinq ans à venir. Dans son discours d’investiture pour le nouveau mandat, a-t-il rappelé, le Président de la République a souligné sa détermination à maintenir la paix et la sécurité et à lutter contre la corruption et les malversations économiques.

Concernant la paix et la sécurité, a renchéri l’Honorable Pie Ntavyohanyuma, Son Excellence le Président de la République a lancé un vibrant appel au peuple burundais, à maintenir et à consolider la paix et la sécurité et à rester toujours solidaires et unis, car, a-t-il insisté, ce n’est que dans l’unité et la solidarité que nous pourrons arriver à un développement durable et à la consolidation des acquis de notre démocratie.

Il a saisi cette opportunité pour renouveler au Président de la République le soutien de l’Assemblée Nationale à son appel de tous les Burundais à la sauvegarde de la paix et de la sécurité. Il a condamné énergiquement la violence, notamment les tueries qui venaient d’être orchestrées à Rukoko. Au nom de l’Assemblée Nationale, il a condamné également toutes les autres tueries qui se commettent partout ailleurs dans le pays.

L’Assemblée Nationale profite également de cette occasion pour adresser ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes. Il a demandé que la trilogie, population-administration-forces de l’ordre et de sécurité, soit renforcée davantage pour que tous les malfaiteurs soient appréhendés et punis conformément à la loi. Les responsables de ces forfaits doivent être découragés pour qu’ils n’aient plus la possibilité de nuire. En tant que représentants du peuple, a-t-il renchéri, ils ne toléreraient jamais que des individus s’adonnent aux actes de barbarie qui perturbent la paix et la quiétude des citoyens, et freinent en même temps le développement du pays. Il a demandé à l’administration et aux Forces de l’ordre et de sécurité que tout soit fait pour que la population puisse vivre dans la paix et vaquer sereinement à ses travaux.

Il a remercié sincèrement les forces de défense et de sécurité , l’administration, la population et l’appareil judiciaire pour le pas déjà franchi dans ce sens : il les a encouragés à aller de l’avant dans l’éradication des actes criminels qui les inquiètent même si, dans l’ensemble, la paix et la sécurité règnent en général dans tout le pays. Il a souligné qu’il était heureux que l’année scolaire 2010-2011 venait de bien démarrer ses activités. De nombreuses écoles ont été construites dans tout le pays, au niveau de l’enseignement primaire et secondaire. Il a félicité les populations locales qui ont participé à la construction de ces infrastructures. Il a encouragé l’administration à les rendre fonctionnelles. Cet instant-là, a-t-il poursuivi, a également été une occasion pour lui, pour féliciter Son Excellence le Président de la République pour le prix de la paix, intitulé « Etoile Rayonnante d’Afrique », que la Fondation Internationale de l’Unité venait de lui décerner.

Cet organisme, a-t-il renchéri, a voulu reconnaître les réalisations de Son Excellence le Président de la République du Burundi en faveur de la paix et la sécurité, la gratuité de l’enseignement à l’école primaire, la gratuité des soins de santé pour les enfants de moins de cinq ans ainsi que pour les mères enceintes ou qui accouchent dans les centres de santé. Ça a également été une marque de reconnaissance, de la part de la Fondation Internationale de l’Unité, de la participation du Burundi aux missions de maintien de la paix dans des pays africains qui sont en guerre : comme la Somalie, le Soudan et la Côte d’Ivoire. En ce qui concerne le programme de lutte contre les malversations économiques et la corruption, a articulé l’Honorable Pie NTAVYOHANYUMA, Son Excellence le Président de la République a proclamé la tolérance zéro à tous les coupables d’actes de corruption, de malversations économiques et d’autres infractions connexes.

En tant que représentant du peuple, il s’est engagé à faire sien ce programme. Tous les projets de lois relatifs à son exécution qui seraient envoyés par le Gouvernement seraient très bien analysés, a martelé le Président de l’Assemblée Nationale qui a promis d’aller expliquer au peuple que ce programme a été le sien et que c’était sa mise en œuvre qui ferait honneur à son pays.

Il s’est en outre engagé à encourager la population à dénoncer toute personne qui chercherait à s’enrichir de façon illicite. Il a demandé à la Communauté Internationale et aux amis du Burundi de ne pas se lasser dans l’appui qu’ils accordaient à son pays, afin de les aider à réaliser le programme de paix, de sécurité et de développement, qui venait d’être voté par la population. Il a terminé en remerciant encore une fois les invités pour avoir participé à ces cérémonies.

Il a souhaité que cette session, de même que celles de toute cette législature, soit laborieuse à l’Assemblée Nationale. Son vœu, a-t-il renchéri, est que tous les Députés puissent faire de leur Assemblée Nationale le haut lieu de représentation véritable de tous les Burundais mais aussi, a-t-il ajouté, le creuset de leur unité pour asseoir et consolider la paix et de la bonne gouvernance dans leur pays. C’est sur ce souhait qu’il a déclaré ouverts les travaux de la session parlementaire ordinaire d’octobre 2010.

Christine Nahimana

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |