Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Présentation du rapport-synthèse des descentes effectuées par les membres de la Commission de l’Agriculture, de l’Elevage, de l’Environnement et du Développement communal dans les provinces de Bururi, Gitega, Muyinga et Mwaro

Publié jeudi 1er août 2013
parChristine Nahimana
:

Par le biais de son Président, l’honorable Diomède Ntangamajeri, la Commission de l’Agriculture, de l’Elevage, de l’Environnement et du Développement communal, a procédé à la présentation du complément du rapport présenté en séance en plénière du 4 avril 2013 sur les descentes effectuées par les membres de cette Commission dans les provinces de Bururi, Gitega, Muyinga et Mwaro.

Ce complément apporte en effet des précisions en ce qui concerne les données statistiques en rapport avec la réhabilitation du secteur bovin pour la période allant de 2005-2012.

Dans ce complément, sur base des statistiques recueillies dans les provinces visées par ces descentes parlementaires les données chiffrées montrent que le chemin est encore long en ce qui est de la réhabilitation du cheptel bovin en dépit des efforts fournis par le gouvernement par ailleurs très appréciés par l’Assemblée Nationale.

JPEG - 36.1 ko
L’honorable Diomède Ntangamajeri, Président de la Commission de l’Agriculture, de l’Elevage, de l’Environnement et du Développement Communal

Ces chiffres montrent que le degré de pénétration de ces bovins à races améliorées n’est qu’à un niveau très bas. En effet, dans la province de Gitega, le taux de pénétration est de 2%, sur la période de 2005-2012, 20% des bêtes (les bovins adultes+ leurs veaux) améliorées sont mortes ; à Mwaro, le taux de pénétration est de 5% tandis que 44% de bêtes (les bovins adultes+ leurs veaux) sont mortes sur cette période. A Muyinga, le taux de pénétration est de 1% tandis que 41% de bêtes (les bovins adultes+ leurs veaux) sont mortes ; à Bururi, le taux de pénétration est de 6% tandis que 41% de bêtes (les bovins adultes+ leurs veaux) sont mortes.

Parmi les causes identifiées à la base de ce taux élevé de mortalité, il y a les maladies à tiques notamment dans la province de Mwaro. En plus de la théileriose, d’autres causes identifiées sont liées à la fatigue accumulée par les animaux lors du transport, la faiblesse de suivi et du non respect des consignes données par le projet en ce qui concerne la stabulation permanente.

Les Honorables Députés ont suggéré la mise en place d’un programme d’encadrement des éleveurs.

Avant de clôturer la séance, le Président de l’Assemblée Nationale a rappelé que cette descente a été organisée dans le cadre de préparer les questions orales à adresser au ministre ayant l’Agriculture et l’Elevage dans ses attributions.

Ces questions permettront aux honorables députés d’exercer l’une de leurs missions constitutionnelles à savoir le contrôle de l’action gouvernementale.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |