Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

QUESTIONS ORALES AVEC DEBAT ADRESSEES A LA MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

Publié lundi 1er mars 2010
:

La Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale, Mme Annociata SENDAZIRASA a fait savoir que quand le Ministère se dotera d’un logiciel de gestion des carrières et des paies, le problème de paiement de double salaire ne sera plus que de l’histoire dans la Fonction Publique burundaise. En effet, ce ministère projette s’en procurer dans 3 ou 4 mois. C’est ainsi que, Mme Annonciata SENDAZIRASA, s’est exprimée devant les Honorables Députés lorsqu’elle répondait aux questions lui adressées par l’Honorable Charles NIYUNGEKO, au cours de la séance de questions orales de ce 25 février 2010.

Ces questions se rapportaient sur la position du Ministre concernant les fonctionnaires ou haut dignitaires qui commettent des infractions en percevant des doubles salaires payés par l’Etat burundais, les mesures qui seront prises à l’endroit des fonctionnaires ou haut cadres pour lesquels il sera vérifié qu’ils ont exactement touché des salaires doubles, la liste de ces fonctionnaires qui touchent des salaires doubles et la question en rapport avec les fonctionnaires fictifs.

Dans ses réponses, la Ministre Annonciata SENDAZIRASA a d’abord signifié que ces problèmes sont essentiellement dus à la non informatisation des services du Ministère sous sa responsabilité. Néanmoins, dans les réformes en cours, il est prévu de résoudre une fois pour toutes ce problème en se procurant des programmes informatiques adaptés à cette situation.

Elle a révélé que ces fonctionnaires fictifs ont été démasqués pour la première fois lorsque les fonctionnaires de la Fonction Publique ont effectué un recensement des fonctionnaires de l’Etat en 2008, mais aussi en mettant en application la mesure de transposition des fonctionnaires de l’enseignement. C’est à ce moment-là qu’il a été vérifié à fond le dossier de chaque personne concernée.

La Ministre enc charge de la Fonction publique a reconnu qu’il n’est pas aussi facile de parcourir chaque mois les dossiers des fonctionnaires qui se chiffrent à environ 73.000. Le nombre de fonctionnaires fantômes reconnus aujourd’hui s’élève à 744 personnes, ce qui coûte à l’Etat plus de 68.000.000 Fbu par mois (environ un miliard de francs burundais par an).

Contrairement à ce que l’on entend d’une certaine opinion selon laquelle les Ministres de la Défense Nationale et des Anciens Combattants et de la Sécurité Publique toucheraient de doubles salaires, la Ministre Annonciata SENDAZIRASA a réfuté ses allégations. Elle a fait savoir que ces deux personnalités sont couvertes par les statuts spéciaux de leurs corps respectifs et touchent les salaires de leurs ministères d’origine uniquement. Ils ne bénéficient donc pas en aucun cas des émoluments liés à leurs fonctions actuelles.

Au cours du débat, l’Honorable NIGABA Phénias a suggéré à la Ministre de la Fonction Publique et de la Sécurité Sociale de mettre sous les verrous ces fonctionnaires qui se rendent coupables de cette infraction.

Dans sa réaction à cette suggestion, la Ministre SENDAZIRASA n’a pas du tout adhéré à la proposition, mais a dit qu’au niveau de son ministère, on laisse le soin au Ministère Public de s’occuper des présumés coupables.

L’Honorable MANWANGARI a quant lui demandé à la Ministre de fournir des données chiffrées concernant le montant déjà perdu par l’Etat par ce système de paiement de double salaire.

Dans sa réponse, la Ministre a dit qu’il est difficile d’avoir ces données d’autant plus que les fonctionnaires fantômes ou ceux qui touchent de doubles salaires ont existé depuis que la fonction publique existe au Burundi. A titre illustratif, elle a fait savoir que des salaires de certains fonctionnaires morts en 1972 continuent d’être perçus par des personnes tierces. Il faudrait alors plus de temps pour calculer ces montants.

L’Honorable Anicet NIYONGABO,dans sa contribution au débat, a estimé à son tour que les fonctionnaires dudit Ministère ont aussi une part de responsabilité dans ce détournement, en ce qui concerne les personnes qui sont nommées pour exercer d’autres fonctions et qui se voient toujours payées par la fonction Publique alors qu’ils bénéficient d’autres salaires pour leurs nouvelles fonctions.

La Ministre de la Fonction Publique n’a pas nié l’effet car, a-t-elle reconnu, il y a des fonctionnaires de son Ministère qui ont déjà été appréhendés en flagrant délit. Cependant, il aussi a accusé certains employeurs qui n’informent pas le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale une fois que l’un ou l’autre de leurs employés change de postes d’attache.

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |