Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Questions orales avec débat adressées au Ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire .

Publié dimanche 7 mars 2010
parChristine Nahimana
:

La séance plénière de ce 5 mars 2010 a vu la participation du Ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire qui a répondu à l’invitation de l’Assemblée Nationale pour répondre aux questions posées par l’Honorable Israël NDAYEGAMIYE, Député à l’Assemblée Nationale. Ces questions étaient en rapport avec les problèmes de Chômage des jeunes lauréats de formation pédagogique qualifiés pour enseigner dans les écoles primaires, les critères de recrutement des jeunes enseignants essentiellement basés sur l’appartenance aux formations politiques, les problèmes d’octroi des mutations des Enseignants, les problèmes des malversations des fonds par le Directeur au Lycée communal de KAJONDI dans la province de Bururi , commune de Rutovu.

Dans les réponses fournies par le Ministre, M. Ernest MBERAMIHETO, celui-ci a dit qu’il existe beaucoup de versions développées selon l’entendement de l’auteur. Ce qui est évident, a développé le Ministre, c’est qu’au niveau de l’enseignement primaire, les dossiers des demandeurs d’emploi pour les jeunes lauréats sont nombreux par rapports aux places disponibles. Ce qui est difficile à vérifier, a continué le Ministre, c’est le versement de pot- de- vin moyennant l’engagement des jeunes enseignants par la Direction Provinciale de l’Enseignement(DPE) sur base d’appartenance à une même formation politique que le Directeur Provincial de l’Enseignement(DPE). Néanmoins sur demande insistante de la Présidence de la République, le Ministre a dit qu’il a dépêché une délégation dans tout le pays pour enquêter sur un éventuel versement de pots- de- vin pour être embauché en vue d’ enseigner au niveau des établissements scolaires du primaire. Au retour de l’investigation dans tout le pays, deux directeurs de deux DPE que le ministre n’a pas voulu révéler l’identité, ont payé le prix en se voyant limogés de leurs postes.

Au niveau de l’enseignement des Etablissement Secondaire, le Ministre a dit que le Problème est d’une autre nature pour les DPE de l’Intérieur du pays car l’offre des places à pourvoir pour enseignant est supérieure à la demande, c’est ainsi que dans diverses écoles secondaires, les professeurs font le vacatariat.

A la question en rapport avec les problèmes de mutations des fonctionnaires déjà embauchés, le Ministre a dit que celles de l’intérieur d’une même province sont effectuées par les responsables des DPE en respectant l’état des besoins dans la province et les motifs annoncés. Quant aux mutations faisant entrer en jeu des provinces différentes, elles sont faites par une commission ad hoc mis en place par le Ministre. Le problème qui se pose dans la gestion de la question des mutations est que les demandeurs veulent travailler en Mairie de Bujumbura ou tout au moins dans la province de Bujumbura. Au niveau du Primaire, ce sont les enseignants ressortissants de la province de Bururi qui s’étaient faits engagés dans d’autres provinces et une fois embauchés ils veulent retourner dans leur province d’origine. Pour l’année 2009, le nombre de demandeurs de mutation s’élevait à 6000, mais 380 seulement des requêtes ont été reçues favorablement.

Pour ceux qui pensent que la commission peut être corrompue, le Ministre a reconnu qu’il est possible que ces demandeurs de mutations usent des liens d’amitiés qu’ils ont tissés avec l’un où l’autre membre de la commission en charge d’analyser les demandes, mais les cas de versement de pots-de-vin à la commission sont minimes.

Concernant le Lycée communal de KAJONDI, le Ministre a dit que les problèmes ont duré assez longtemps à cause d’un malentendu entre le Gouverneur qui est Président du Conseil Provincial de l’Enseignement et le DPE son adjoint. De plus ce Directeur a été couvert dans ses actes par le DPE et l’Inspecteur Régional de l’Enseignement. Cependant le Rapport qui sera produit par les Inspecteurs dépêchés par le Ministre sur terrain lui permettra de prendre des mesures efficaces et convenables à ce problème.

Au cours du débat, plusieurs Députés ont exprimé leurs inquiétudes quant au système de corruption qu’ils craignent de voir s’installer dans le Ministère de l’enseignement Primaire et secondaire notamment en ce qui concerne l’engagement de nouveaux enseignants. Le Ministre a dit que le Système de corruption doit être combattu et sera combattu avec la dernière énergie. C’est d’ailleurs ce qui a été fait par le Ministère sous sa responsabilité.

L’Honorable NTAGWIRUMUGARA a dans sa contribution proposé qu’au niveau du primaire, il faut arrêter des critères objectifs pour embaucher les nouveaux enseignants au lieu de se baser uniquement sur le seul critère d’avoir un diplôme.

A cette suggestion, le Ministre MBERAMIHETO a dit que le critère objectif de sélection envisageable est d’organiser un test de sélection suivant les places à pourvoir. Le test serait organisé au niveau communal ou provincial selon l’état des besoins.

Le Député Phénias NIGABA a demandé au Ministre la politique du Ministère en matière de l’Education.

Dans sa réponse, le Ministre MBERAMIHETO a dit qu’une étude est en cours pour réformer le système de l’Education au Burundi. En effet, le pays ne va pas se contenter de former uniquement des qualifiés avec des niveaux de doctorat, de Maîtrise, de licence, …il a aussi besoin de former des lauréats de formation professionnelle.

D’autres questions en matière de l’Education ont été posées et ont reçu des réponses satisfaisantes.

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |