Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Questions orales avec débat adressées au Ministre de la Santé Publique et de la lutte conte le SIDA.

Publié vendredi 5 novembre 2010
parChristine Nahimana
:

La Ministre de la Santé Publique et de la lutte contre le SIDA, Mme Sabine NTAKARUTIMANA a demandé aux Honorables Députés de Soutenir le Programme du Gouvernement qui consiste à accorder des primes de performance au personnel du Secteur de Santé Publique, en revoyant à la hausse le crédit accordé à ce programme dans le prochain Budget de l’Etat pour que celui-ci se déroule sans beaucoup de difficultés. Elle a aussi demandé aux Honorables représentants du peuple de sensibiliser les responsables administratifs pour que ceux-ci s’approprient de ce programme pour sa réussite.

Madame la ministre a formulé cette requête lorsqu’elle répondait aux questions orales à l’Assemblée Nationale, ce mercredi 03 novembre 2010.

Au cours de cette séance, les Honorables Députés voulaient : avoir des éclaircissements sur l’organisation de ce programme ; l’appréciation des fonctionnaires du secteur de santé vis-à-vis de ce programme ; savoir si la population qui demande des services aux fonctionnaires de ce secteur y trouvent un léger mieux ; savoir si ce programme va durer longtemps ; être au courant de qui participe dans le financement de ce programme ; la contribution des élus du peuple que sont les Honorables Députés dans l’accomplissement de ce programme et voir si ce programme pourrait être élargi à d’autres secteurs de la vie nationale.

S’agissant de la manière dont ce programme a été accueilli par les fonctionnaires du secteur de la santé Publique, le Ministre a répondu que ce programme a été accueilli favorablement. En guise d’illustration, elle a dit que les arrêts de travail qui étaient très courantes en 2008 n’existent plus. Les fonctionnaires ne se lamentent pas car il existe des primes pour tous les catégories, les structures de soins restent ouvertes 24heures sur 24heures et il n’y a plus de problèmes de gardes, a-t-elle souligné. Les malades sont bien accueillis, il n’ya plus de longues files des patients qui attendent un médecin qui ne viendra très tard dans la journée, tous les fonctionnaires travaillent beaucoup pour accroître le rendement et de facto gagner beaucoup. Les conditions d’hygiène naguère très précaires se sont nettement améliorées actuellement. Pour bien évaluer ces prestataires, des comités de suivis composés des administratifs, des membres de la société civile, des Associations des femmes et des leaders communautaires ont été mis en places. Ceux–ci se rendent régulièrement sur terrain et choisissent au hasard des personnes à interroger pour évaluer la qualité des prestations des fonctionnaires œuvrant dans la localité. Il a été alors recommandé de chaque fois former les membres du comité de suivi sur les techniques d’évaluation objective pour avoir de meilleurs résultats. Quant à la question de savoir si ce programme va tenir pendant longtemps, Madame la Ministre pense que oui. En effet, les fonds qui font fonctionner ce programme sont essentiellement de l’Etat quoique des partenaires y contribuent à un pourcentage très réduit. Ces partenaires sont la Coopération suisse, la Banque Mondiale, l’Union Européenne, la Coopération Technique Belge(CTB), les ONG comme CORDAID, TPO, CNLS, GVC….

A titre d’illustration, au mois de septembre 2010 par exemple, la participation de l’Etat à ce programme a été d’un montant de 1 173 214 540FBU ; CORDAID a donné un montant de 200 millions de FBU, TPO a contribué a hauteur de 50millions de FBU, CNLS a donné 150millions de FBU, CTB a contribué à hauteur de 70 millions de FBU et GVC a contribué à hauteur de 25millions de FBU.

Néanmoins, les Honorables Députés ont fait remarquer que même si l’Etat burundais fait des efforts pour financer ce programme, il a sur sa table beaucoup de priorités et que par conséquent il faudrait soumettre ce programme à d’autres partenaires mais aussi garder de bonnes relations avec les bailleurs déjà engagés dans ce financement.

A la question de savoir si ce programme peut être étendu à d’autres secteurs qui intéressent la vie nationale, la Ministre, Mme NTAKARUTIMANA, répond en se basant sur l’expérience vécue en République Démocratique du Congo où le secteur de l’éducation bénéficie d’un programme similaire et que, paraît-il, marcherait très bien. Comme ce programme vise à accompagner les mesures de gratuité du Président de la République en ce qui concerne l’accouchement et les soins infantiles, l’inquiétude qui a été soulevé par les Honorables Députés serait que la société burundaise étant nataliste, il y aura augmentation du taux de natalité. Réagissant à cette inquiétude, Mme la Ministre a dit que ces mesures ont été prises dans le souci d’atteindre l’un des Objectifs du Développement du Millénaire(OMD) qui vise la réduction de la mortalité maternelle et infantile due au manque des structures d’accueil et de la mauvaise qualité des prestations des professionnels de santé. Elle a alors appuyé son argumentation en donnant des exemples selon lesquels avant la prise de ces mesures par le Président de la République, le taux de mortalité des femmes qui accouchent était élevé à cause de non fréquentation par ces femmes enceintes des structures sanitaires. Cependant le Gouvernement a aussi une autre priorité en rapport avec la maîtrise de la démographie, c’est pour cela que beaucoup de moyens sont affectés dans le programme de planning familial au sein du ministère ayant en charge la santé publique.

Plusieurs questions ont été posées et recommandations soumises au ministre pour garantir la pérennité du programme et améliorer la qualité des prestations.

Signalons que ce programme a débuté en 2007 dans les provinces pilotes de Ngozi, Makamba, Cankuzo et Bubanza. Avec le mois d’avril 2010, le programme a été étendu sur tout le territoire national. Aujourd’hui, on étudie comment l’appliquer au niveau de l’Administration centrale du Ministère ayant en charge la santé publique et la lutte contre le SIDA.

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |