Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Questions orales avec débat adressées au Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture

Publié vendredi 26 novembre 2010
:

En attendant que la loi sur la protection des droits d’auteur entre réellement en vigueur, le Gouvernement du Burundi devrait dans les meilleurs délais mettre sur pied un dispositif pour éviter que le piratage ne se fasse pas au grand jour.

Honorable Jean-Jacques Nyenimigabo, Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture

C’est la recommandation des Honorables Députés au Gouvernement du Burundi lors de la séance des questions orales adressées au Ministre de la Jeunesse, Sports et Culture qui a promis de convoquer dès ce 26 novembre 2010 une réunion des cadres de son ministère.

Pour rappel, la Loi N° 1/021 du 30 décembre 2005 portant Protection du Droit d’Auteur et des Droits Voisins au Burundi n’est pas encore entrée en vigueur. L’Honorable Alexis BAREKEBAVUGE, parmi les questions adressées à ce membre du Gouvernement, voulait entre autres savoir ce qui manque pour que cette loi soit effective.

Le Ministre Jean-Jacques NYENIMIGABO a été on ne peut plus clair. La balle reste dans le camp de son ministère qui enregistre un manque criant des experts en la matière, handicap aggravé par l’absence de la filière dans les universités locales même si l’Université Lumière de Bujumbura en projette une.

Les textes d’accompagnement de la Loi sont en cours de préparation, font égale, a annoncé le Ministre de la Jeunesse, Sports et Culture qui a également déploré la carence des moyens financiers. Et de demander à l’Assemblée Nationale de plaider en faveur de son Ministère lors de l’étude du Budget pour que le fonds culturel prélevé sur chaque bouteille du produit BRARUDI soit directement acheminé au ministère de tutelle au lieu de transiter par le fonds global.

Tout en se réjouissant de la spécificité des tambours du Burundi, les Honorables Députés ont émis des inquiétudes sur le caractère populaire et populiste de ce patrimoine culturel unique au monde du moment où les tambours sont actuellement battus en vrac et en désordre, lors de la naissance d’un enfant, pendant les fêtes de baptême ou au cours des cérémonies de mariages par des groupes qui le font dans le seul but de gagner de l’argent. Ils ont alors demandé au ministre ayant la culture dans ses attributions de prévoir des mécanismes de protection de ce patrimoine mondial matériel.

Christine NAHIMANA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |