Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Questions orales avec débat adressées au Ministre de l’Intérieur.

Publié mercredi 29 décembre 2010
:

La séance du 27 décembre 2010 a porté sur les questions orales adressées au Ministre de l’Intérieur, Monsieur Edouard Nduwimana. Dans cette séance présidée par le Président de l’Assemblée Nationale l’Honorable, Pie Ntavyohanyuma, les questions posées étaient relatives aux associations sans but lucratif œuvrant au Burundi.

Le Ministre de l’Intérieur a révélé que le nombre des associations sans but lucratif agréées au Burundi sont au nombre de 4.396, ce chiffre variant chaque année car d’autres associations continuent de déposer leurs dossiers de demande d’agrément. Ces associations ont été créées suite à la situation socio-politique du moment, ce qui a diversifié leur domaine d’intervention. Ainsi, il y a des associations pour l’auto-développement des veuves, des associations pour lutter contre le Sida, des associations pour lutter contre le génocide, des associations pour la promotion des droits humains, des associations des handicapés et beaucoup d’autres encore. Un grand nombre de ces associations trouvent les moyens de financement dans les cotisations des membres. Etant donné que les moyens dont dispose la population burundaise sont insuffisants, les finances de ces associations sont infimes. Néanmoins, il y en a qui trouvent des financements externes. Pour un suivi régulier de ces associations, un Département chargé de ces associations a été créé au Ministère de l’Intérieur. Pour assurer un suivi des activités de ces associations, des réunions régulières sont tenues et cela aide aussi à mieux cibler les problèmes internes de ces associations et les aider à les résoudre.

Quant à la collaboration entre les associations apolitiques et le Ministère de l’Intérieur, Monsieur Edouard Nduwimana a répondu que les relations sont au beau fixe, même si des fois des hics peuvent survenir. Ces associations sont d’un grand apport pour le pays, étant donné qu’elles aident la population à se développer et à éveiller les consciences. Pour des cas où ces associations présentent des rapports qui portent préjudice aux gens et même au pays, le Ministre de l’Intérieur a fait savoir que ces cas où les chefs des associations oublient la place leur réservée et des fois se substituent à l’Etat. Il a également fait savoir que la loi qui régit ces associations date de 1992, et dans ses articles, il n’est pas prévu la gestion de telles situations. Il a révélé que dans les jours à venir une nouvelle loi régissant les associations sera présentée à l’Assemblée Nationale pour adoption. La nouveauté qui sera apportée par cette nouvelle loi sera qu’elle va clarifier comment les associations doivent être organisées, séparer les collectifs et les associations et va classer les associations selon leurs engagements.

A la question de la prolifération des églises et des mosquées dans les quartiers d’habitation, ce qui gène la tranquillité des citoyens, le Ministre Edouard Nduwimana a admis que cette situation se fait remarquer dans tout le pays, d’autant plus que souvent les confessions religieuses ne remplissent pas les engagements pris en ce qui concerne les travaux sociaux à réaliser, à cause de manque de moyens financiers. Il a déploré le fait qu’il y a tendance de prendre la religion comme du commerce rentable. Il a ajouté que dans le projet de loi régissant les confessions religieuses qui sera présentée à l’Assemblée Nationale pour adoption, ces problèmes y trouveront des solutions et l’ordre dans l’implantation des églises va être rétabli et réglémenté.

D’autres questions relatives au fonctionnement des associations ont été posées par les Honorables Députés et ont trouvé des réponses satisfaisantes.

Clarisse Biraronderwa

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |