Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Contrôle de l’Action gouvernementale » Questions orales

Questions orales avec débat adressées à trois membres du Gouvernement

Publié vendredi 1er mars 2013
parChristine Nahimana
:

Jeudi 28 février 2013, trois membres du Gouvernement étaient convoqués à l’Assemblée Nationale pour une séance plénière réservée aux questions orales avec débat, questions en rapport avec l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura en date du 27 janvier 2013. Il s’agissait du du ministre de l’Intérieur, l’Honorable Edouard Nduwimana (au milieu sur la photo ci-dessous, du ministre de la Sécurité Publique, le Commissaire de Police Gabriel Nizigama (à droite) et du ministre des Finances et de la Planification du Développement Economique, l’Honorable Tabu Abdallah Manirakiza (à gauche ).

JPEG - 47.9 ko

Les honorables députés ont voulu savoir les causes des incendies qui ont ravagé à plusieurs reprises les marchés dans les différents coins du pays. Selon le ministre de la Sécurité Publique, le manque de vigilance est à l’origine des incendies. Le Commissaire de Police Gabriel Nizigama a cité quelques exemples. C’est notamment le service de repassage avec des fers à repasser électriques ou à charbon, le fait de fumer en plein marché, le fait de s’approvisionner frauduleusement en courant électrique, le non respect des normes comme le barrage des voies des camions anti-incendie ou la construction des stands sur les bouches d’eau, l’anarchie dans la disposition des marchandises comme les produits les plus inflammables dont l’huile à l’intérieur du marché, etc.

La leçon à tirer de ce drame, selon le ministre de la Sécurité Publique, est la nécessité de la création d’un Centre National d’Intervention d’Urgence qui coordonnerait les actions de secours et de sauvetage et qui serait comme une sorte état-major opérationnel. Les plans des marchés devraient aussi être conçus de façon que la prévention et le secours soient aisés. Â côté des bouches d’eau, la Régideso devrait également aménager des étangs d’eau aux alentours des marchés.

JPEG - 55.7 ko
Vue partielle des Honorables députés en séance plénière

Les représentants du peuple ont aussi soulevé des questions relatives au fonds de solidarité en train d’être constitué. Pour les uns, ce fonds est destiné aux victimes de l’incendie tandis que les autres pensent que le fonds est destiné à construire un marché de transition et le marché « moderne » en prévision.

Pour le ministre ayant en charge les Finances, la priorité des priorités est le marché de transition. L’honorable Tabu Abdallah Manirakiza a fait savoir que les fonds pour le marché moderne ne sont pas encore collectés tandis que le recensement des victimes est un préalable pour voler à leur secours.

Les anciens commerçants du marché central ont l’inquiétude de se voir rayer de la liste du marché moderne, ont demandé les Honorables Députés au ministre de l’Intérieur et accusent aussi les policiers de malmener les venduers ambulants de fruits.

L’honorable Edouard Nduwimana a tranquillisé. La priorité dans le nouveau marché en projet est réservée aux anciens commerçants du marché central de Bujumbura.

Quant aux vendeurs de fruits, le ministre de l’Intérieur a attiré l’attention des honorables députés aux conséquences qui pourraient peser à la santé des populations si jamais tous les coins du centre ville étaient transformés en marchés de fruits. Il a aussi calmé les esprits en promettant que l’espace baptisé « Le grenier du Burundi » sera ouvert temporairement à ces fruitiers ambulants en attendant la construction du marché de transition.

Les représentants du peuple ont condamné la complaisance de certains services de l’Etat comme la Régideso qui tolère ceux qui volent le courant électrique. Ils leur ont proposé de sévir plutôt à l’endroit des coupables. Ils ont aussi mis en garde les autorités qui transgressent la loi en connaissance de cause. En effet, ont-ils démontré, le réflexe pour chaque nouvelle autorité est de chercher bon an mal an un stand au marché central.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |