Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Contrôle de l’Action gouvernementale » Questions orales

Questions orales, avec débat, adressées à la Ministre à la Présidence chargée des Affaires de la Communauté Est Africaine

Publié vendredi 25 juillet 2014
parChristine Nahimana
:

Le 24 juillet 2014, au cours de la séance dédiée aux questions orales adressées à la Ministre à la Présidence chargé des Affaires de la Communauté Est Africaine, Honorable Léontine Nzeyimana, des questions se rapportant au degré d’intégration et de représentation du Burundi au sein de la Communauté étaient à l’ordre du jour.

L’Honorable Léontine Nzeyimana a aussi apporté des éclaircissements sur des questions concernant la signature du Pacte de paix et de sécurité entre le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya seulement, le Burundi et la Tanzanie n’étant pas associés.

Les Honorables Députés ont également souhaité être éclairés sur des cas de contentieux opposant l’Etat du Burundi et les particuliers qui ont porté plaintes à la Cour de Justice de la Communauté Est Africaine, le niveau d’avancement de l’utilisation de la monnaie unique, etc.

En ce qui concerne le degré d’intégration et de représentation du Burundi au sein de la Communauté Est-Africaine(EAC), la Ministre Léontine Nzeyimana a fait savoir que le niveau d’intégration est plus ou moins satisfaisant. Des nuances sont cependant à relever car le Burundi, tout comme le Rwanda, a intégré la Communauté plus tardivement et la représentation au niveau des postes de responsabilité reste encore inférieure à ces trois autres pays (l’Ouganda, la Tanzanie et le Kenya).

Cependant, des postes à pourvoir pour les Burundais sont disponibles au fur et à mesure en vue de respecter le système de quotas dans le recrutement tel que fixé par les textes constitutifs de la Communauté. Des projets de développement pour la Communauté sont mis en œuvre et le Burundi en tire aussi des avantages.

JPEG - 46.4 ko
L’Honorable Aimé Nkurunziza, lisant les questions posées à la Ministre

Le Burundi est un pays enclavé et les importations coûtent très chères sur le marché local. Les parlementaires trouvent que la Communauté devrait aider au désenclavement du pays par le développement des infrastructures routières et ferroviaires, surtout du côté de la Tanzanie où les distances ne sont pas très longues par rapport à la frontière burundaise. Le Burundi devrait exploiter les voies les moins coûteuses pour le transport des marchandises à savoir la voie ferroviaire (Dar-es- Salaam-Kigoma) et lacustre. Cela est d’autant plus possible du moment que la Banque Africaine de Développement a accepté de financer l’extension et la rénovation du port de Bujumbura.

JPEG - 37.2 ko
La Ministre à la Présidence chargé des Affaires de la Communauté Est Africaine, Honorable Léontine Nzeyimana

Concernant la signature du pacte de paix et de sécurité entre le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya seulement, le Burundi et la Tanzanie n’étant pas associés, la Ministre Léontine Nzeyimana a fait savoir que rien n’est perdu pour le Burundi et la Tanzanie car dans le Traité pour l’établissement de l’EAC, il est prévu un protocole sur la coopération et la défense auquel tous les pays membres devront signer.

Des députés sont revenus sur les questions en rapport avec la libre circulation des personnes en général au sein de la Communauté et en particulier des Burundais vers la Tanzanie et vice-versa. En effet, les Burundais qui se rendent en Tanzanie éprouvent des difficultés à circuler en Tanzanie et sont refoulés sur ce territoire, laissant derrière eux tous les biens qu’ils ont acquis à la sueur de leur front comme cela s’est passé pas assez longtemps.

La Ministre à la Présidence chargé des Affaires de la Communauté Est Africaine, Honorable Léontine Nzeyimana, a fait savoir que les cas de refoulement qui se sont produits en 2013 ont été discutés avec les autorités tanzaniennes et ne se reproduiront pas. Cependant, l’Honorable Léontine Nzeyimana a précisé que l’établissement clandestin dans un des pays de la Communauté est puni par les lois locales du pays. Ce n’est pas toléré par les lois de la Communauté. Mme Léontine Nzeyimana a rappelé aux Honorables Députés qu’il ne faut pas oublier que la Tanzanie a fait de gros efforts en octroyant la nationalité aux ressortissants burundais qui vivaient dans ce pays il ya 30 ans au moins.

Concernant les Burundais qui ont porté plainte auprès de la Cour de Justice de la Communauté, la ministre Léontine Nzeyimana a fait savoir que pour que la plainte soit recevable, il faut que le plaignant ait des preuves nécessaires et convaincantes pour montrer que le Traité établissant la Communauté Est-Africaine a été violé.

JPEG - 42.5 ko
Les membres du Bureau lors de cette séance plénière

A la fin de la séance, le Président de l’Assemblée Nationale a fait savoir que les questions d’intégration à la Communauté Est africaine sont très chères à l’Assemblée Nationale. Celui-ci a indiqué dans la conclusion de la séance que l’Assemblée Nationale ne voudrait pas voir la Communauté se construire à deux vitesses.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |