Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Rapport-Synthèse des réalisations de l’Ombudsman depuis six ans (2011-2016)

Publié vendredi 18 novembre 2016
parChristine Nahimana
:

Pour être Ombudsman du Burundi, il faut opter entre deux choix, soit être serviteur du peuple tout en sachant que 80% de la population mène une vie modeste, soit être fonctionnaire. C’est l’héritage que l’Ombudsman du Burundi lègue à son successeur. L’Honorable Mohamed RUKARA s’exprimait au cours de la séance plénière de vendredi 18 novembre 2016 quand il présentait le bilan de ses activités au terme de son mandat de six ans couvrant la période de 2011à 2016.

JPEG - 122.2 ko
Photo de famille des Membres du Bureau et l’Ombudsman Burundais

D’une manière globale, en plus des médiations directes qui s’élèvent à plus de 60 cas, l’Institution a reçu 1290 plaintes depuis 2011 jusqu’à novembre 2016, a confié le Médiateur Burundais. Outre la médiation, le contrôle, la prévention, la sensibilisation, la coopération, les conférences nationales, régionales et internationales, les autres rubriques dans lesquelles sont déployées les activités de l’Institution sont la contribution de l’Ombudsman dans la résolution des conflits en Afrique des Grands-Lacs, l’adhésion aux différentes Associations ainsi que les décorations.

Première mission de l’Institution de l’Ombudsman, la médiation entre l’Administration et les citoyens concernait des réclamations mais aussi le conflit de leadership entre certaines communautés religieuses. Parmi les dossiers traités, plus de 60% des plaintes portent sur le litige foncier. Les autres concernent les licenciements abusifs (17%), les inexécutions de jugements rendus avec 12% et autres cas divers représentant à peu près 10%.

Dans le cadre de sa deuxième mission qui est celle de jouer le rôle d’observateur et d’assurer le contrôle du fonctionnement de l’Administration publique, l’Institution de l’Ombudsman a effectué des descentes dans les services publics, comme à l’OBR, à la PSR, au Port de Bujumbura, à la REGIDESO, à la PAFE et à la Mairie de Bujumbura. Elle a aussi visité certaines maisons de détention comme celles de Bubanza, Gitega, Ngozi, Mpimba, Muramvya, Rumonge et Muyinga. Toujours dans l’accomplissement de cette mission, le Médiateur burundais a accordé des audiences aux représentants des services publics et des organisations de la Société Civile.

JPEG - 85.9 ko
L’Ombudsman Burundais présentant le rapport

En matière de prévention de conflits, l’Ombudsman du Burundi a mis un accent particulier sur l’apaisement de la situation préoccupante qui a éclaté depuis le 26 avril 2015, suite aux manifestations dans certaines communes de la Mairie de Bujumbura.

Pour ce qui est de la sensibilisation, au début de son mandat, le Médiateur du Burundi a organisé une série de descentes de sensibilisation sur la loi régissant l’Institution à l’intérieur du pays dans les quatre Régions. L’autre groupe cible fut constitué par des universités et institutions de l’Enseignement Supérieur dont l’ENS, l’ENA, l’I.S.C.A.M, l’INSP et Hope Africa University.

Au cours de six ans d’exercice de son mandat, l’Ombudsman du Burundi a été décoré plusieurs fois, notamment par le Président de la République qui lui a octroyé le Certificat de Mérite de l’Ordre de l’Amitié des Peuples de Classe de Commandeur ; par le Roi des Belges qui lui a conféré la décoration de « Commandeur de l’Ordre de la Couronne » et par l’Université Islamique Internationale de Mbale en Tanzanie qui l’a décoré du titre de Docteur Honoris Causa.

Comme l’Honorable Mohamed RUKARA a été le premier dans l’histoire du Burundi à être Ombudsman, il a reçu des compliments de la part des Honorables Députés. Cependant, ces derniers ont voulu savoir ce qui lui aura le plus marqué, positivement et négativement.

Le Médiateur du Burundi oriente plutôt le mérite du côté du peuple qui a accepté la mise en place de cette Institution. Sinon son secret, d’après lui, réside dans sa force de caractère qui est une force douce. L’indépendance d’esprit et l’humilité lui auraient été d’un grand secours. C’est aussi quelqu’un de courageux et qui aime les autres. En outre, selon ses dires, l’Honorable Mohamed RUKARA s’est approché de la population de base et des sages et surtout des religieux pour demander des conseils. Selon l’Ombudsman du Burundi, il a aussi été guidé par le Plan Stratégique. Il a également su s’entourer d’une équipe de collaborateurs équilibré à tous les niveaux, ethnique, régional et religieux.

JPEG - 146.4 ko
vue partielle des Honorables Députés

Le mauvais souvenir s’est enregistré le jour de son élection quand beaucoup de Députés sont sortis de l’Hémicycle. Pour lui, ils ne l’auraient pas supporté à cause de son appartenance religieuse, ce qui a pris comme une injure. Heureusement qu’il n’est pas rancunier, s’est-il réjoui.

L’Honorable Mohamed RUKARA part, somme toute, avec un sentiment de fierté car, explique-t-il, il est actuellement connu à l’échelle régionale, continentale et même mondiale.

Rappelons qu’il est prévu, au cours de la séance plénière de lundi 21 novembre 2016, l’élection d’un nouvel Ombudsman qui devra prêter serment mardi 22 novembre 2016.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |