Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Rapport d’activités du Groupe parlementaire burundais à l’Assemblée Législative de la Communauté Est Africaine(EALA)

Publié samedi 19 octobre 2013
parChristine Nahimana
:

Amender la Constitution de la République du Burundi en harmonie avec la Communauté Est Africaine, notamment la loi budgétaire pour que la Communauté discute avec les bailleurs en étant sur la même position comme un seul bloc, tel est le souhait émis par les honorables députés burundais de l’EALA au cours de la séance plénière du vendredi 18 octobre 2013 consacrée au rapport d’activités du Groupe parlementaire burundais à l’Assemblée Législative de la Communauté Est-Africaine(EALA).

JPEG - 64 ko
Vue partielle des Honorables Députés en plein vote

Les parlementaires de l’EALA ont fait une mise au point au sujet de l’union monétaire que les députés burundais croient pour bientôt.

Selon l’EALA, le protocole va être signé en novembre prochain, mais la mise en vigueur se fera progressivement. Par ailleurs, a renchéri l’EALA, trois pays parmi les cinq peuvent procéder à l’union monétaire, les autres pouvant adhérer par la suite. La fédération politique est la dernière étape du processus d’intégration régionale, après l’union douanière, le marché commun et l’union monétaire.

A la question de savoir pourquoi le Burundi n’a pas été invité deux fois de suite au sommet des Chefs d’Etat de l’EAC, l’institution législative de la Communauté a reconnu qu’à la rencontre d’Entebbe, le Burundi n’a pas été invité mais à Mombassa le Président de la République avait délégué son ministre des Transports. Mais, a-t-il nuancé, celui-ci ne pouvait pas entrer dans la chambre réservée aux Chefs d’Etats et aux Vices-Présidents ou chefs de Gouvernement.

Au sujet du procès du Président kényan Uhuru Kenyatta et de son vice-présidentpendant à la Cour Pénale Internationale de La Haye, l’EALA ne conseille pas de l’abandonner, mais exhorte les Chefs d’Etats de l’EAC de demander que le procès soit transférer à Arusha, dans la sous-région.

Pour ceux qui proposent que le nombre des parlementaires de l’EALA soit proportionnel à la densité des populations de leurs pays respectifs, l’EALA répond que le nombre doit être le même étant donné que les pays donnent les mêmes contributions. Néanmoins, l’EALA a déploré le fait que le personnel d’appui du Burundi et du Rwanda reste encore en petit nombre comparativement aux trois autres pays.

Partageant l’expérience des autres pays, l’EALA a évoqué le cas de la sucrerie du Kenya où les populations environnantes possèdent de vastes plantations de canne à sucre et écoulent leurs produits à l’usine, contrairement à la SOSUMO. L’EALA a proposé d’accompagner dans les descentes les parlementaires burundais. Il a aussi fait un clin d’œil à l’Assemblée Nationale d’initier une loi en faveur des personnes handicapées. Il a également conseillé à la Chambre basse du Parlement burundais de s’approprier le contrôle du budget de l’Etat. Pour cela, elle doit avoir un auditeur indépendant, étant donné que l’inspection générale de l’Etat et la Cour des Comptes sont dans l’incapacité de le faire, selon l’EALA.

Le Président de l’Assemblée Nationale a informé l’EALA que les parlementaires doivent rende compte à leur électorat, raison pour laquelle à chaque fin d’année une émission télévisée sur le bilan annuel est diffusée.

Vous saurez que le rapport a été présenté par l’honorable Jérémie Ngendakumana qui est président du groupe parlementaire burundais à l’EALA. Parmi les 9 parlementaires de l’EALA, 2 seulement étaient empêchés. Précisons aussi que c’est le Chef de l’Etat ougandais, Yoweri Kaguta Museveni qui est président en exercice de l’EAC et la Présidente de l’EALA, la Très Honorable Margaret Nantongo Zziwa est également de nationalité ougandaise.

Rappelons également que la CEA est une organisation régionale qui regroupe 5 pays à savoir le Burundi, le Rwanda, la Kenya, la République Unie de Tanzanie et l’Ouganda. Elle a son siège à Arusha.

Le traité portant création de cette Communauté Est-Africaine a été signée le 30 novembre 1999 entre les 3 pays fondateurs à savoir le Kenya, l’Ouganda et la République Unie de Tanzanie. La demande du Burundi et du Rwanda a été acceptée le 18 juin 2007 et les deux pays sont devenus membres de la Communauté à part entière depuis le 1er juillet 2007.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |