Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Restitution d’une étude diagnostique sur le Parlement burundais

Publié vendredi 31 octobre 2014
parChristine Nahimana
:

La Hollande via le programme DSS a le souci d’améliorer les missions assignées au Parlement pour atteindre ses objectifs

Bicaméral, le Parlement burundais n’est pas en arrière, du moins si on le compare à d’autres parlements. Un soutien substantiel aux élus du peuple et son personnel d’appui rendrait efficace leurs prestations.

Jeudi, le 30 octobre 2014, les Honorables Députés et Sénateurs ainsi que les représentants du personnel d’appui au Parlement ont répondu présent à l’hôtel City Hill pour valider le document de l’étude diagnostique sur le Parlement du Burundi.

Selon le Premier Questeur à l’Assemblée Nationale, le Parlement burundais a besoin d’être soutenu pour renforcer les capacités des élus du peuple et les fonctionnaires affiliés au Parlement. L’Honorable Denise Sindokotse a fait savoir que depuis 2005, le Parlement a amélioré ses prestations. Elle a remercié les partenaires qui participent au bon fonctionnement du Parlement et a invité la plénière à valider le document confectionné par les experts après avoir émis des suggestions.

Le document réalisé par un expert international appuyé par son collègue national, contient en soi des imperfections qui sont contraires à la Constitution du pays. Dans les interventions des Honorables Parlementaires et fonctionnaires du Parlement, ils ont répertorié pas mal de coquilles qui méritent des retouches avant sa validation.

JPEG - 65 ko
Le Premier Questeur de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Denise Sindokotse, prononçant son allocution d’ouverture

Dans son intervention, le Secrétaire Général de l’Assemblée Nationale, qui, quotidiennement oriente la politique du personnel du Parlement, a indiqué que son personnel vaque à ses activités dans des conditions qui nécessitent une amélioration. Il a cité notamment le manque de statut du personnel du Parlement, l’exiguïté des bureaux des cadres, pire encore le Sénat qui travaille dans des bâtiments de location.

JPEG - 74.9 ko
Marc Rwabahungu, Secrétaire Général Administratif de l’Assemblée Nationale, un des pannelistes

Dans l’avenir, les Parlementaires ont émis le souhait de voir un député ou sénateur doté d’un assistant pour l’épauler dans ses tâches, de rendre disponible au Parlement un certain d’experts sur des questions sensibles, notamment les questions juridiques et financières, ainsi qu’une permanence parlementaire dans les circonscriptions.

JPEG - 88 ko
Vue partielle des participants

Les parlementaires ont souhaité qu’il y ait une retransmission en direct sur les ondes des radios publiques des séances plénières du Parlement, surtout lorsque les membres du gouvernement répondent aux questions des parlementaires, mais aussi que le Parlement se dote d’une chaîne de radiotélévision comme cela se remarque sous d’autres cieux. Et en vue de bien rapporter les activités du Parlement, il faut créer un réseau de journalistes spécialisés pour les reportages parlementaires.

Pour toutes les interventions et suggestions formulées par les parlementaires et le personnel d’appui et après que les participants ont convenu qu’une équipe technique soit mise sur pied pour intégrer les propositions émises et enlever les coquilles, le programme DSS (Développement du Secteur de Sécurité) a affiché sa satisfaction, reconnaissant que le document à valider sera retourné pour une autre séance après relecture et correction nécessaires.

Les organisateurs ont proposé que l’opération se fasse avant fin novembre 2014 pour ne pas perturber le programme annuel.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |