Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Restitution du Rapport-synthèse de la descente effectuée par les membres de la Commission de la Bonne Gouvernance et de la Privatisation aux postes douaniers des frontières du Burundi (Port de Bujumbura, Gatumba, Ruhwa, Rumonge, Kanyaru-haut, Gasenyi et Kobero).

Publié lundi 14 février 2011
parChristine Nahimana
:

La Commission de la Bonne Gouvernance et de la Privatisation de l’Assemblée Nationale du Burundi, par le biais de son Président, Honorable Bénigne Rurahinda, a procédé, ce 10 février 2011, à la restitution du Rapport-synthèse sur la descente effectuée aux postes douaniers des frontières en dates des 8 et 9 novembre 2010, dans le cadre des missions du Parlement en matière du contrôle de l’action gouvernementale.

Cette descente, a dit l’Honorable Présidente de la Commission, a été motivée par des plaintes des petits commerçants faisant état d’une augmentation exagérée des taxes douanières consécutivement aux mesures innovatrices de l’Office Burundais des Recettes(OBR).

Dans l’ensemble, les Honorables Députés ont trouvé sur terrain que les importateurs se plaignent parce qu’ils ne sont pas du tout informés sur le nouveau système de dédouanement. De plus, pour les importateurs de véhicules, leurs lamentations se fondent sur le fait que les taxes douanières ont été énormément augmentées.

Du côté des agents de la douane, notamment ceux basés à Gasenyi, ils ont fait part aux Honorables Députés du manque d’une franche collaboration avec les services des renseignements et ceux de la brigade anti-corruption. Cela constitue alors une entrave grave au bon déroulement des services à rendre aux importateurs.

A Gatumba, ce sont les agents de la brigade anti-corruption qui sont accusés de se mêler au travail des agents de l’OBR.

Comme la Présidente de cette commission n’as pas été sur tous les postes douaniers de la frontière, elle a accordé la parole à l’Honorable Gloriose Berahino et Honorable Yves Sahinguvu pour être complétée en ce qui concerne respectivement le poste douanier frontalier de Kanyaru-haut, dans la province de Ngozi et de Gasenyi dans la province de Kirundo.

Concernant le poste frontalier de Kanyaru-Haut, l’Honorable Gloriose a fait savoir à la plénière que ce poste est sous-équipé. En effet, celui-ci ne dispose pas de pont bascule pour mesurer le poids des camions. On procède alors à des estimations de poids de ces camions. A l’époque, avant la mise en place de l’OBR, il a été constaté que l’on procédait à une sous-estimation. Or, si on permet à un agent douanier de faire des estimations sur le poids réel d’un camion, c’est dire qu’on lui permettait de faire du marchandage et il pouvait être facilement corrompu. Avec l’avènement de l’OBR, les agents douaniers ont été formés sur la manière d’estimer le poids du camion en suivant la marque et la catégorie du véhicule. Avec le nouveau système, les prix ont été revus à la hausse. Cela alors provoque la grogne des importateurs. De plus, il y a exiguïté des bureaux, ce qui ne facilite pas le travail des agents de l’OBR à ce poste frontalier.

Sur le poste frontalier de Gasenyi, l’Honorable Yves Sahinguvu a fait savoir que ce poste est abrité dans des bâtiments flambant neufs. D’ailleurs ces bâtiments sont jumelés à ceux du Rwanda. Cependant, le poste frontalier du côté du Burundi, le pont bascule existe mais n’est pas du tout fonctionnel, le courant électrique consommé vient du côté du Rwanda, d’où il est grand temps de changer cette situation. Il se pose aussi problème de logement pour les fonctionnaires de ce poste.

A Kobero, les Honorables Députés ont constaté que ce poste frontalier est presque fermé car les commerçants ont été découragés par les mesures de l’OBR qui les contraignaient de se déplace,r soit jusqu’à Kayanza, soit à Gitega ou à Bujumbura pour payer les taxes douanières.

A Rumonge, le handicap majeur au bon fonctionnement de l’OBR est l’absence de clôture autour du port, ce qui favorise l’entrée des produits fraudés. A cela s’ajoute l’introduction du marché à l’intérieur du port sur décision de l’administrateur communal.

Signalons que les données qui ont été récoltées sur terrain serviront à formuler des questions orales à poser aux Ministres concernés (commerce et industrie, communauté est-africaine, finances, bonne gouvernance) dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale par le Parlement.

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |