Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Restitution du rapport sur la rentrée scolaire 2015-2016

Publié jeudi 29 octobre 2015
parPetronie Bucumi
:
JPEG - 44.2 ko
Le Premier Vice Président de l’Assemblée Nationale dirige la plénière

Le manque d’infrastructures scolaires, l’insuffisance du personnel enseignant, les abandons scolaires causés par la paupérisation des ménages, la malnutrition et les grossesses non désirées, tels sont les quelques défis communs à toutes les Directions Provinciales de l’Enseignement du pays, si on en croit aux propos de l’Honorable Gloriose NIMENYA. La présidente de la Commission de l’Education, de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, de la Culture et de la Communication s’exprimait au cours de la séance plénière de jeudi 29 octobre 2015 lors de la restitution du rapport au terme d’une mission effectuée dans tout le pays.

Concernant les infrastructures scolaires, les classes sont pléthoriques et doivent être désengorgées pour un meilleur encadrement des élèves. Néanmoins, la plupart de nouvelles salles de classes construites au cours des travaux de développement communautaire ne sont ni achevées ni équipées, faute de tôles, de portes, de fenêtres, de ciment et de bancs-pupitres. Pour ce qui est du personnel enseignant, les Honorables Députés ont constaté qu’il y a un manque criant d’enseignants en général et d’enseignants qualifiés en particulier. Cette situation oblige certains enseignants à dépasser le volume horaire prévu de 24heures par semaine. La recherche du travail, le commerce et le long processus de réintégration scolaire sont aussi les facteurs qui favorisent les abandons scolaires, comme l’ont expliqué les Honorables Députés, Membres de la Commission qui n’ont pas manqué de parler également de la situation des élèves indigents qui devraient être assistés par les communes, alors que ces dernières n’honorent pas leur engagement. Par ailleurs, le matériel informatique qui devrait être utilisé pour améliorer la qualité de l’enseignement n’est pas suffisant. Beaucoup d’écoles n’en disposent même pas, ce qui les empêche d’accéder au monde moderne.

JPEG - 37.8 ko
La Présidente de la commission présentant le rapport en plénière

En outre, la commission d’orientation dans sa tâche devrait normalement associer un délégué de la DPE et tenir compte des choix des élèves dans leur orientation, ont proposé les Honorables Députés qui ont aussi condamné les mutations et les recrutements des enseignants qui se font au milieu de l’année scolaire, freinant ainsi le rythme d’avancement des programmes scolaires. Les autres défis soulevés par les Honorables Députés ont trait au triplement, à l’école préscolaire qui n’est ni privée ni publique, à l’école primaire qui est un cycle obligatoire et qui bénéficie d’une gratuité scolaire, avec comme conséquence les classes pléthoriques dans les écoles publiques. A l’issue de son rapport, la Commission a émis des recommandations à l’endroit du Gouvernement. Par exemple, parer au manque criant de personnel enseignant en général et du personnel qualifié en particulier, augmenter les infrastructures d’accueil et réhabiliter celles déjà existantes et usées et achever les salles de classes en construction.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |