Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Restitution du rapport synthèse sur la situation carcérale au Burundi par la Commission Justice et Droits de la Personne Humaine

Publié vendredi 20 novembre 2015
parGabby Bugaga
:

Jeudi 19 novembre 2015, la restitution du rapport synthèse sur la situation carcérale au Burundi était à l’ordre du jour de la séance plénière des Honorables Députés à l’Assemblée Nationale.

JPEG - 49.4 ko
Le Président de l’Assemblée et son Deuxième vice lors de la Plénière

Ce rapport est produit peu après la descente des Membres de la Commission Permanente de la Justice et des Droits de la Personne Humaine à travers les milieux carcéraux où ils ont rencontré plusieurs personnes concernées par le domaine ; que ce soit les responsables pénitentiaires, les détenus, les prévenus ainsi que les administratifs en général.

En effet, l’Assemblée Nationale est attachée à la liberté de tout individu et au respect de la loi, raison pour laquelle elle veille à ce que toute personne en détention le soit conformément aux normes nationales et internationales auxquelles le Burundi a souscrit.

Presque toutes les communes disposent des cachots mais certains d’entre eux sont dans un état délabré. Il s’agit d’un cas que partagent plusieurs communes des provinces visitées ces derniers mois. A ce sujet le président de la Commission a rappelé que l’hygiène et la salubrité restent dans dérisoires.

Néanmoins, lors des entretiens avec les détenus, les Membres de la Commission ont pu entendre que les conditions de détention sont généralement bonnes mais que la surpopulation carcérale reste un handicap majeur d’autant plus que certains cachots ne disposent pas d’eau suffisante. Qui pis est, les mineurs ne sont pas séparés des adultes dans certaines prisons. D’où l’urgence de trouver les moyens de désengorger les cachots.

Les Députes ont débattu sur la qualification des prévenus ayant mené une insurrection dans certains quartiers de la ville de Bujumbura. Certains les nommaient des manifestants alors que les manifestants sont ceux qui ont une autorisation légale, ce qui n’est pas le cas pour ces derniers.

JPEG - 28.4 ko
Honorable NIRAGIRA Félix présentant le rapport

Au sujet des mineurs, l’on a constaté que les jeunes devraient être séparés des adultes pour leur permettre de garder les bonnes mœurs étant donné que lorsqu’ils quittent la prison ils reprennent la même attitude et deviennent difficilement corrigibles.

Sachez que la perspective de rééduquer les mineurs avant de les renvoyer chez eux ainsi que celle de remplacer les peines par des activités d’intérêt public, notamment les travaux communautaires ont été envisagées. La séance s’est terminée par une série de recommandations émises par les personnes impliquées dans le domaine pénitentiaire.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |