Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Retraite Parlementaire à Gitega

Publié samedi 4 août 2012
parChristine Nahimana
:

« Pourquoi investir dans les enfants ? », tel est le thème de la retraite parlementaire qui s’est tenue du 1er au 3 août 2012 à Gitega dans les locaux de l’hôtel Tamotels avec l’appui de l’Unicef.

JPEG - 40.6 ko
de gauche à droire : M. Johannes Wedenig,Représentant de l’Unicef,Honorable Aimé Nkurunziza et Honorable Jérémie Kekenwa

Le Burundi a déjà engagé beaucoup d’efforts dans le cadre de la protection et de la promotion des droits de l’enfant, en témoigne la gratuité de l’enseignement primaire et des soins de santé pour les enfants âgés de moins de cinq ans et les mères enceintes. Mais le chemin à faire reste long. Le Burundi se classe parmi les dix premiers pays au monde où le taux de malnutrition demeure élevé. C’est le constat fait par les parlementaires au terme des débats centrés sur les thèmes suivants :

- Analyse des instruments juridiques nationaux et internationaux de protection des droits de l’enfant et les documents de stratégies nationales (CSLP II, Vision 2025) y relatifs ;

- Les principaux droits de l’enfant et les causes de leur violation ;

- La situation des enfants au Burundi ;

- Pourquoi investir dans les enfants et priorités des enfants en matière législative et budgétaire ;

- Forum National des Enfants :

- Historique ;

- Rôle du Forum national des enfants dans la promotion et la protection des droits des enfants ;

- Le rôle du parlement dans la protection et la promotion des droits de l’enfant ;

- La réponse de l’Unicef aux problèmes de l’enfant à travers ses interventions appuyant le programme du Gouvernement dans les secteurs de l’éducation, de l’assainissement, de la santé et de la protection de l’enfant ;

- La gestion axée sur les résultats et approche basée sur les droits humains ;

- La base nationale de données Burundi Info.

Les principaux défis de l’enfant étant la qualité de l’enseignement, l’équité, la malnutrition chronique, les enfants chefs de ménages, les enfants en prison , les enfants affectés par le VIH/Sida et les enfants de la rue, les parlementaires ont voulu savoir la contribution de l’Unicef. Il leur a été répondu que tous les programmes sont du ressort du Gouvernement. Cette agence onusienne vient seulement en appui à l’un ou l’autre secteur.

JPEG - 44.4 ko
Vue partielle des participants

Les représentants du peuple ont également exprimé leurs inquiétudes au sujet du Forum National des Enfants. Ils doutent que ce cadre d’expression ne devienne une sorte de caisse de résonance des politiciens et de la société civile. Ils se sont également demandé si ce ne serait pas une façon de copier ce qui se fait ailleurs et le coller au Burundi.

Les conférenciers ont tranquillisé. L’innovation du Foneb réside dans le sens que c’est la première fois que le pays se dote d’un organe reconnu qui soit composé par les enfants. Etant donné que cette catégorie de la population aura à parler pour elle-même, elle développera par la même occasion le sens de responsabilité et de patriotisme. Le Foneb est le résultat d’un long processus. Les parlementaires ont sillonné tout le pays pour sensibiliser les populations pour sa mise en place. Ailleurs, on parle de Parlement des enfants mais au Burundi cet organe qui a changé d’appellation est sous la tutelle du Ministère de la solidarité nationale dans ses attributions, ce qui prouve à suffisance que le système de copier-coller n’a pas été retenu.

Vous saurez que le Forum National des Enfants au Burundi qui a été institué par le décret n° 100/167 du 5 juin 2012 stipule en son article 7 que les membres doivent avoir un âge compris entre 10 ans et 18 ans. Il a aussi été constaté la nécessité de créer un « Réseau des Parlementaires « Amis des Enfants ».

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |