Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » VOTE DE LOIS » Analyse et adoption en plénière

Rumonge désormais la 18ème province de la République du Burundi

Publié jeudi 26 février 2015
parChristine Nahimana
:

L’Assemblée Nationale a adopté à plus de 96% le Projet de loi portant Création de la province de Rumonge et délimitation des provinces de Bururi, Rumonge et Bujumbura.

JPEG - 54.7 ko
Vue partielle des Honorables députés en pleine vote

Pour se conformer à la politique de la décentralisation et déconcentration de l’administration publique, mais aussi dans le but d’impliquer la population dans la gestion des affaires publiques et de rendre plus proches les affaires publiques à la population bénéficiaire, le Gouvernement a jugé bon de créer la province de Rumonge.

Toujours dans son exposé des motifs, le ministre de l’Intérieur a fait savoir que les communes qui composent cette nouvelle province sont au nombre de cinq, à savoir : Rumonge, Burambi, Buyengero, Muhuta et Bugarama. Les trois premières communes (Rumonge, Burambi et Buyengero) se démembrant sur la province de Bururi, les communes de Muhuta et Bugarama étant détachées de la province de Bujumbura.

JPEG - 33.2 ko
Edouard NDUWIMANA, Minstre de l’Intérieur

La commission permanente qui a été saisie au fond a posé une série de questions au Ministre Edouard Nduwimana pour s’imprégner des raisons valables de l’existence de la province Rumonge.

A la question de savoir si il y aurait eu consultation de la population des provinces directement concernées par ce découpage, le Ministre Edouard Nduwimana a répondu par l’affirmative. Ce ne serait pas pour des mobiles politiques parce que Bururi et Bujumbura n’ont pas élu à majorité le CNDD-FDD, que ce projet de loi refait surface pour sanctionner, le Ministre de l’Intérieur ne le pense ainsi. Il argumente en disant que pour initier une réforme, il faut tenir compte des critères objectifs et ne pas se contenter des appréhensions des gens.

A ceux qui s’inquiètent si ce découpage n’aurait pas des incidences sur le processus électoral, le ministre de l’Intérieur les tranquillise, sauf si le décret de convocation des élections est rendu public avant la promulgation de la loi, a-t-il-ajouté.

Pour ce qui est du Parlement, la mise en place de cette loi ne va pas entrainer l’augmentation des députés. Le ministre Edouard Nduwimana a réaffirmé que la marge de 100 députés au niveau national sera respecté. Tout de même, il signale qu’à la législature prochaine, le nombre des sénateurs va passer de 34 à 36 à raison de deux par province.

L’étude de ce projet de loi a soulevé des débats houleux et les députés ont eu droit à poser des questions pour enfin aboutir au compromis. De l’avis de l’Honorable Charles Nditije, lui-même Vice- Président de la Commission saisie au fond pour l’étude de ce projet de loi, c’est étonnant que ledit projet de loi soit analysé 3 mois avant les élections à l’échelle nationale. Même si il trouve fondé la création de la province de Rumonge pour ménager la population qui éprouve des difficultés pour bénéficier des services de l’administration provinciale, lui et les députés qui épousent son idée proposaient finalement que l’adoption de ce projet de loi soit reportée pour éviter toute spéculation.

Le Ministre de l’Intérieur s’est réjoui que la majorité des représentants du peuple trouve la raison d’être de l’existence de cette province bien que son adoption ne suscite pas l’unanimité. Sans langue de bois, l’Honorable Bernard Busokoza laisse transparaître que la création de cette province dénote la volonté politique. De son côté, l’Honorable Bonaventure Gasutwa se demande si Rumonge ne peut se développer que si elle est dirigée par un gouverneur et de proposer plutôt qu’elle soit considérée comme une municipalité au même titre que la mairie de Bujumbura.

Un autre camp a soutenu que ce projet de loi vient à point nommé pour sauver la population. L’Honorable Karenga Ramadhan comme natif de Rumonge soutient que ce projet de loi soit finalement adopté, arguant que cette contrée regorge des potentialités suffisantes pour se développer. Il aura l’appui des Honorables Ibrahim Uwizeye, Jean Nizigama et Festus Ntanyungu, ce dernier s’insurgeant contre ceux qui ont fait entendre qu’il est contre la création de cette province. Même si il est natif de Bururi, le député Festus Ntanyungu se sentirait à l’aise d’avoir comme voisine la province de Rumonge.

Une question surgit quant aux chefs-lieux des deux provinces qui sont distants d’une vingtaine de kilomètres seulement. Les députés ont maintenu que Bururi et Rumonge restent les chefs-lieux respectifs de ces provinces pour ne pas s’adonner à des spéculations sans issue.

Après analyse des amendements proposés par la Commission saisie au fond, le projet de loi portant création de la province de Rumonge et délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge a été adopté par 93 députés sur 96 qui étaient présents à l’Hémicycle de Kigobe.

Ainsi l’existence de la 18ème province du Burundi est approuvée à 96.8% un peu tard à 19heures.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |