Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Missions à l’étranger

SERIE D’ACTIVITES EFFECTUEES PAR LA DELEGATION BURUNDAISE EN MARGE DE LA 135 EME ASSEMBLEE DE L’UNION INTERPARLEMENTAIRE

Publié jeudi 27 octobre 2016
parNikiza Providence
:

En marge de leur mission de travail de participation à la 135ème Assemblée de l’Union Interparlementaire et réunions connexes, le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale l’Honorable Edouard Nduwimana et l’Honorable Anicet Niyongabo, Deuxième Vice-Président du Sénat, ont participé ce mercredi 26 octobre 2016 à une réunion du Forum des Parlements des pays membres de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lac CIRGL en sigle.

JPEG - 42.2 ko
Le Deuxième Vice Président de l’Assemblée Nationale participant à la réuniondu Forum des pays membres de la CIRGL

Le Secrétaire Général du Forum des pays membres de la CIRGL a présenté le bilan des réalisations et les perspectives de ce forum pour l’an 2016. Parmi ces réalisations figurent entre autre le suivi de la situation politico-sécuritaire et humanitaire dans les pays comme la République Centrafricaine, le Sud Soudan, la République Démocratique du Congo et le Burundi. Selon toujours le Secrétaire Général du Forum des Parlements des pays membres de la CIRGL, des missions d’information parlementaires ont été organisées dans ces pays ci- haut cités pour se rendre compte de l’état des lieux de la situation politique, sécuritaire et humanitaire .Cette mission a été organisée au Burundi en janvier 2016. Selon le rapport sorti par cette mission, le Burundi a été recommandé d’encourager un dialogue véritablement inclusif.

Le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale s’est exprimé sur la situation actuelle du pays. Il fait savoir qu’il y a des avancées significatives en matière de paix et de sécurité même si le pays a encore quelques défis à relever. L’Honorable Edouard Nduwimana a également évoqué le conflit qui existe entre le Burundi et le Rwanda qui est la source d’insécurité au Burundi. Pour ce faire, il a demandé à ce forum d’aider à trouver une solution durable à ce conflit, pour que les bonnes relations de coopération entre ces deux pays voisins soient rétablis. Le Président en exercice du Forum des Parlements des pays membres de la CIRGL Honorable Dias dos Santos Président de l’Assemblée nationale de l’Angola, a fait savoir qu’il a pris bonne note de cette situation. Il a demandé aux Parlements de ces deux pays en conflits de faire un pas en avant en ce qui est de la résolution de ces conflits .Il a par la suite indiqué que ces conflits prendront fin par voie de dialogue entre ces deux pays. Il a réaffirmé la préoccupation de ce forum face à ces conflits des pays de la sous-région et a promis son soutien en ce qui est du rétablissement de bonnes relations étant donné que ce forum a une importante obligation de contribuer efficacement pour garantir la stabilité de la région.

JPEG - 39.1 ko
La délégation Burundaise et la délégation Chinoise en pleine audience

. Dans l’après-midi de ce mercredi 26 octobre 2016, une série d’audiences a été accordée à la délégation Burundaise. En premier lieu, la délégation Burundaise a rencontré les Parlementaires de la République Populaire de Chine. Leurs entretiens étaient centrés sur les relations de coopération entre le Burundi et la Chine. Le Deuxième Vice-Président du Sénat Anicet Niyongabo a d’abord remercié la République populaire de Chine pour son soutien moral et matériel envers le peuple Burundais .Il a fait savoir que le Gouvernement du Burundi reconnait combien la Chine est restée aux côtés du Burundi dans les moments difficiles qu’il a traversé. Il a pris cette occasion pour exprimer les sentiments de satisfaction du Gouvernement Burundais envers la Chine pour avoir voté contre la résolution HRC33 qui ne vise que remettre en cause la souveraineté du Burundi

Il était également question de demande qu’il y ait des relations de coopération entre le Parlement Chinois et le Parlement Burundais. Les Parlementaires Chinois à leur tour ont salué les relations bilatérales qui existent entre le Burundi et la Chine. La Chine entretient des relations de coopération avec un bon nombre des pays Africains dont le Burundi . Ainsi, la Chine intervient dans différents domaines parmi lesquels l’éducation, la santé et bien d’autres. S’exprimant sur le point de la création des relations de coopérations entre les deux pays, ils ont promis que cette requête sera soumise au niveau du Parlement pour y en discuter. Il a été demandé au Parlement Burundais de contacter l’Ambassade de la Chine au Burundi pour plus d’orientation sur ce sujet. Ils ont confirmé que la réussite de ces relations entre les deux Parlements pourra contribuer au renforcement des relations de coopération qui existent déjà. Ces entretiens ont été clôturés par l’échange des cadeaux.

La délégation Burundaise a été également reçue en audience par les Parlementaires Russes présents à cette session. Leurs échanges ont principalement porté sur les relations bilatérales entre la Russie et le Burundi ainsi que la situation politico- sécuritaire et sociale qui prévaut au Burundi. Le Deuxième Vice-Président du Sénat a remercié la Fédération Russe qui a soutenu le Burundi en votant non à la résolution HRC33 commanditée par certains pays de l’occident via le rapport biaisé de l’EUNUB sur le Burundi qui a été produit sans toutefois consulter le Gouvernement Burundais. Partant de ce rapport, l’Honorable Anicet Niyongabo a indiqué que le rétablissement de la paix et de la sécurité au niveau de tout le pays a été une priorité pour le Gouvernement Burundais et ces derniers sont une réalité à travers tout le territoire Burundais.

JPEG - 43.7 ko
La délégation Burundaise en audience avec la délégation Russe

Ce qui est étonnant donc, a-t-il poursuivi, c’est le fait que la Communauté Internationale semble ne pas avoir la volonté de réconcilier le peuple Burundais mais plutôt de le diviser, étant donné que certains de pays occidentaux hébergent certains burundais promoteurs des insurrections qui ont emporté des vies humaines, les insurrections qui n’avaient d’autre objectif que de renverser le pouvoir. L’Honorable Anicet Niyongabo a ainsi demandé à la Fédération Russe d’aider le Burundi à sortir de ces problèmes. Il a également demandé qu’il y ait des relations de coopérations entre les deux Parlements.

Prenant la parole, le Chef de la Délégation Russe s’est d’abord réjouit du fait que la Fédération Russe et le Burundi sont des pays amis il y a longtemps. Il a fait savoir que la Fédération Russe comprend très bien ce qui se passe au Burundi. La Russie a pour principe de soutenir tous les pays qui veulent défendre leur souveraineté. Les pays de l’Europe et ceux de l’Occident ne rêvent que d’opprimer les pays en voie de développement et ils ne veulent pas que ces derniers se développent à partir de leurs ressources naturelles . Par conséquent, il a ajouté que ces pays européens pensent toujours au néocolonialisme et ils prennent les prétextes des concepts de la Démocratie et des Droit de l’Homme pour violer la souveraineté et l’indépendance des pays. Le chef de la Délégation Russe a également parlé des relations de coopération entre le Burundi et la Russie. La Russie intervient dans les différents secteurs du développement du Burundi . C’est notamment dans le secteur de l’éducation en ce qui est de la formation des jeunes. Il a promis l’augmentation du quota des bourses d’études accordées au Burundi. En tant que Vice-Président de la commission chargée des affaires étrangères, législation et tourisme, le chef de la Délégation Russe a promis le soutien de son pays en ce qui est de la promotion du tourisme au Burundi. Somme toutes, le chef de la Délégation Russe a réitéré le soutien de son pays et a promis que la Russie restera toujours aux côtés du peuple Burundais.

JPEG - 48.2 ko
La délégation Burundaise accueilli en audience par le SG de l’UIP

Après l’entretien avec la Délégation Russe, la Délégation Burundaise conduite par l’Honorable Edouard Nduwimana Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale, a été reçue en audience par le Secrétaire Générale de l’Union Interparlementaire. Au cours de cette audience les discussions étaient quasiment centrées sur la situation politico-sécuritaire et sociale au Burundi. L’Honorable Edouard Nduwimana a expliqué que la paix et la sécurité règnent au Burundi. Au Burundi comme ailleurs dans le monde entier, les défis auxquels font face le Burundi seraient facile à résoudre n’eurent été les pays occidentaux qui sont derrière la crise burundaise . Il est revenu sur l’exemple du rapport biaisé récemment publié sur le Burundi qui ne contient que des rumeurs collectés sur les réseaux sociaux et tout cela en faveur d’une seule partie. Ayant constaté que ce rapport avaient comme objectif de traduire les autorités burundais à la Cours Pénale Internationale, le Burundi a jugé bon de quitter la CPI et la loi portant retrait du Burundi au Traité de Rome a été dernièrement promulguée a signifié l’Honorable Edouard Nduwimana. Cependant, il a précisé que cela ne signifie pas qu’ils ont voulu faciliter la violation des Droits de l’Homme par les dirigeants mais plutôt, c’est dans le but de contester contre cette cour qui, sûrement, est un instrument juridique des puissances occidentales pour opprimer les pays africains. C’était également l’occasion pour le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale, de rappeler au Secrétaire Générale de l’Union Interparlementaire le projet soumis par le Parlement Burundais. Ce projet est lié à la demande d’un soutien financier pour que les Parlementaires suivent et s’approprient d’une façon pérenne le dialogue inter burundais, en tant que représentants du peuple.

Le Secrétaire Général de l’Union Interparlementaire a fait savoir qu’il est au courant de ce qui se passe au Burundi . Il a également fait savoir que l’Union Interparlementaire a pour mission d’aider les Parlements membres à accomplir leur mission de représenter la population comme il le faut. Ces entretiens se sont clôturés par l’échange de cadeaux.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |