Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Tenue d’un atelier de formation sur ‘La budgétisation sensible au genre’

Publié mercredi 30 octobre 2013
parClarisse Biraronderwa
:

Du 28 octobre au 1er novembre 2013, il se tient au chef-lieu de la province de Ngozi, un atelier de formation sur ‘La budgétisation sensible au genre’.

Les cérémonies d’ouverture de cet atelier organisé par le Parlement du Burundi, en collaboration avec ONU-FEMMES, à l’intention des parlementaires et des fonctionnaires du Parlement, ont eu lieu dans la matinée du 28 octobre 2013 et ont été rehaussées par la présence du Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Mo-Mamo Karerwa.

Dans le mot de bienvenue qui a été prononcé par le Conseiller Principal du Gouverneur de Ngozi, s’est réjoui que le choix de ce thème démontre la volonté de traduire l’égalité de tous dans la réalité du pays afin que les hommes et les femmes jouissent des mêmes droits. Il a saisi cette occasion pour féliciter le Gouvernement pour tout ce qu’il fait pour mettre en application l’égalité des genres, ainsi que la mise en application du contenu de l’Accord d’Arusha relatif à l’égalité des genres. Il a terminé en assurant que la prise en compte du concept genre dans le budget national permettra d’assurer l’auto développement de la femme et le renforcement du niveau qu’elle a déjà atteint.

Dans le mot prononcé par la déléguée du représentant d’ONU-FEMMES au Burundi, elle a rappelé que le partenariat entre cette organisation et le Parlement du Burundi ne date pas d’aujourd’hui car, depuis l’année 2012, cette organisation mène avec le Parlement des activités relatives à l’intégration du genre dans le travail parlementaire. Cet atelier de formation s’inscrit dans le prolongement de ses activités. Elle a reconnu que le Burundi a une volonté politique d’avancer la question relative à l’égalité des genres et cela se traduit dans les principales stratégies nationales telles que la Vision 2025 et le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, deuxième génération.

Dans cette vision, une politique nationale genre a été adoptée depuis 2003 et vient d’être mise au jour depuis juillet 2013. Et de féliciter les dirigeants du pays pour cette bonne volonté.

Elle a fait remarquer que ce renforcement des capacités des principaux acteurs publics permettra de localiser les priorités de genre surtout dans les lois proposées, plus particulièrement la loi budgétaire. Ce renforcement permettra aussi de mieux contrôler l’action gouvernementale liée à la prise en compte du genre, plus particulièrement dans les lois budgétaires jusqu’au niveau des Plans Communaux de Développement Communautaire (PCDC), d’autant plus que les moyens alloués sont un des indicateurs forts de l’intérêt pour une question.

Dans son discours d’ouverture des activités, le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale a rappelé que la dimension genre est intégrée dans la Constitution du Burundi. Cette même Constitution consacre l’égalité de tous les Burundais devant la loi et d’autres droits comme l’éducation, le travail ainsi que les droits politiques. Le Burundi a pris des dispositions pour assurer l’égalité des chances, comme l’intégration dans le budget de l’Etat la dimension genre.

Pour juguler les disparités qui persistent entre les hommes et les femmes, a-t-elle poursuivi, il faut adopter une approche budgétaire axée sur les résultats et la dimension genre. Elle a insisté que l’égalité des genres est source de développement durable du fait qu’elle est essentielle à la réalisation des droits humains et permet aux hommes et aux femmes d’avoir accès égal à l’éducation, d’acquérir une indépendance financière et d’être libre de toute sortes d’intimidation et de violence.

Pour les élus du peuple ainsi que les cadres d’appui du Parlement, a-t-elle continué, il est primordial qu’ils soient imprégnés de la problématique genre et de son lien avec la planification et la budgétisation. Le budget national est voté par le Parlement chaque année et c’est par le budget que le Gouvernement est doté des moyens et le Parlement est appelé à l’analyser avec diligence tout en y intégrant la dimension genre.

L’Honorable Mo-Mamo Karerwa a annoncé que les objectifs de cet atelier de formation sont entre autres l’acquisition des outils et un expertise technique pour être habilité à appuyer la prise en compte du genre dans la planification et la budgétisation des programmes au niveau des PCDC et mieux analyser les lois budgétaires au niveau du Parlement.

La maîtrise du processus budgétaire par les parlementaires et les fonctionnaires du Parlement est impératif afin de mieux appréhender comment le budget de l’Etat contribue à la promotion de l’égalité des sexes. Cette maîtrise va faciliter l’exercice des prérogatives constitutionnelles de contrôle de l’action gouvernementale par le Parlement en ce qui concerne l’exécution budgétaire.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |